Archives de décembre 2014

Politique politicienne

Publié le 12 décembre 2014

france bleuDans la dénonciation, M. Chamussy (UMP) est toujours excessif, ainsi sur France Bleu Isère. “Le premier budget d’Éric Piolle sera le plus grand plan social de l’histoire de Grenoble”. Par contre sur les propositions il est toujours nullissime ! Face à la baisse très violente des dotations de l’Etat il est silencieux. Mais l’UMP ferait encore pire car elle propose une économie des dépenses publiques trois fois plus importante que celle de Valls-Hollande. Pour lui il ne faudrait pas faire d’économies et pas augmenter les impôts. Il faudra que ce magicien explique tout cela dans le détail lors de la discussion budgétaire.

Les attentes en matière de politique du logement

Publié le 12 décembre 2014

Remise Rapport Logement CREDOCLe 9 décembre le CREDOC (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) remet au ministère du logement un rapport intitulé : « Les Français et leurs attentes en matière de politique de logement ». Dans la note de synthèse, le CREDOC résume les multiples attentes :

« Classes moyennes dans l’incapacité d’accéder à la propriété, catégories modestes accablées par des charges de logement trop lourdes, jeunes ne pouvant accéder à l’autonomie résidentielle et à l’emploi, déficit de construction, frein à la mobilité résidentielle et professionnelle : nombreux sont les problèmes soulevés par la question du logement en France aujourd’hui. La population semble d’ailleurs partagée quant aux priorités que les pouvoirs publics devraient se fixer. 21% attendent que soit soutenue en priorité l’accession à la propriété. Une proportion presque aussi importante (18%) souhaite le développement du logement social, 15% évoquent l’aide aux jeunes actifs, 15% recommandent la mobilisation des logements vacants, 14% privilégient l’aide à la rénovation des logements anciens, et 10% l’augmentation des aides personnelles. Finalement seuls le développement du parc locatif privé et l’action pour garantir le paiement des loyers semblent moins urgents. »

Lire le reste de cet article »

Informations sur l’eau

Publié le 12 décembre 2014

robinet-qui-couleSur le site CartOgraph’, on peut accéder à de multiples informations et données sur l’eau et les milieux aquatiques.

Des données sur une vingtaine de thématiques : de la qualité des milieux au prix de l’eau potable, en passant par le niveau des nappes ou l’avancement de l’élaboration des structures de gestion de l’eau (SAGE, contrats de milieu, par exemple).
CartOgraph’ est un outil dynamique : tous les tableaux, graphes et cartes sont interactifs. On peut télécharger et imprimer tous les objets graphiques (tableaux, graphes, cartes) affichés à l’écran. Toutes les données sont accompagnées de fiches descriptives : elles renseignent sur l’organisme responsable de la production de la donnée, le mode de calcul effectué, etc.

Dernière heure : le SMTC obtient la suspension de l’arrêté du préfet

Publié le 5 décembre 2014

SMTCLe juge des référés a annulé ce vendredi 5 décembre, l’arrêté du préfet du 3 octobre 2014 qui décidait de supprimer la compétence transports en commun au SMTC à partir du 1er janvier 2015. Donc cet arrêté est suspendu pour l’instant.

C’est une bonne nouvelle, mais le préfet peut toujours aller contester cette ordonnance.

Restons vigilants sur les suites de cette affaire, il en va de l’avenir des transports en commun et souhaitons que le Conseil général vote dans son budget 2015 les 37 M€ nécessaires au bon fonctionnement du SMTC.

Photographie des finances de la ville de 2004 à 2013

Publié le 5 décembre 2014
©Ville de Grenoble

©Ville de Grenoble

Le 26 mai 2014, le nouveau maire, Eric Piolle, demandait aux services de la ville de faire un travail sur la réalité financière de la commune entre 2004 et 2013 sur la base des comptes administratifs et un travail prospectif sur les investissements et leurs impacts sur les dépenses futures.

Cet important travail de rétrospective financière a été rendu public le 2 décembre et en 90 pages (plus les annexes) il donne une photographie précise de l’état des finances de la ville sur 10 ans.

Pour accéder à l’ensemble des données suivez ce lien.

Pour télécharger directement l’audit financier (5,6 Mo) cliquez ici.

Il confirme ce que nous avons toujours expliqué : une situation financière plutôt correcte jusqu’en 2011, puis une lente dégradation en 2012, qui s’accélère en 2013. Des impôts très élevés, une dérive importante des frais de personnels qui va s’accélérer violement en 2014 par des embauches en grand nombre fin 2013, début 2014. Avec les chiffres indiqués dans l’étude, on peut estimer qu’entre 2012 et fin 2013, il y a eu environ 150 embauches supplémentaires d’agents sur emplois permanents et 400 sur emploi non permanents ! Il va bien falloir que ceux qui ont pris ces décisions qui coutent très cher, s’expliquent devant les Grenoblois quant à leur nécessité pour le service public.

Lire le reste de cet article »

Center parcs, il faut arrêter tout de suite !

Publié le 5 décembre 2014

Non au Center ParcsAlors que la contestation contre ce grand projet inutile était confinée à l’Isère et un peu à la Drôme, Center Parcs à Roybon fait maintenant l’actualité nationale en rapprochant ce combat de ceux contre le barrage de Sivens ou de l’aéroport Notre Dame des Landes. De plus en plus de voix s’élèvent pour qu’il soit arrêté.

Les échéances électorales de mars (départementales) et de décembre 2015 (régionales) font bouger les lignes dans le bon sens : le président du conseil régional (PS) se fend d’une lettre au préfet de région pour lui demander d’arrêter les travaux (après avoir voté des subventions à l’opération), le PCF de l’Isère reconsidère sa position alors que ses élus au conseil général ont jusqu’à présent voté pour ce projet et pour les dépenses très importantes d’argent public englouties dans ce projet inutile. Seul le PS (avec la droite) reste droit dans ses bottes.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

Publié le 5 décembre 2014
©Ville de Grenoble

©Ville de Grenoble

– Suite à la publication de la rétrospective financière de la ville de Grenoble, on pouvait s’attendre à une critique des chiffres, des faits et des analyses de la majorité par les oppositions. Eh bien non ! Que soit l’UMP ou le PS, ils ne veulent voir qu’une opération de dédouanement ou d’enfumage de la majorité. Peut-on espérer un jour un débat de fond sur la situation financière de la ville ?

– Pour le Président de l’UMP38, l’argent ne compte pas. Il est pour l’élargissement de l’A480, la restructuration de l’échangeur du Rondeau et veut en plus relancer une rocade nord et une ligne à grande vitesse Lyon-Grenoble ! Juste quelques milliards d’euros ! Et pour financer tout cela il propose que chacun mette la main à sa poche ! En fait, c’est très simple, il demande ni plus ni moins que le Conseil général et la Métro revoient leurs politiques budgétaires… Après le désengagement de l’Etat voila les recettes de l’UMP, on laisse tomber les services publics essentiels à la vie quotidienne pour financer les rêves des dinosaures de la politique locale.

Lire le reste de cet article »

Inscription sur les listes électorales

Publié le 5 décembre 2014
©Ville de Grenoble

©Ville de Grenoble

En 2015, il va y avoir deux élections, les départementales (en mars 2015) et les régionales (en décembre 2015). Pour pouvoir voter, il faut être inscrit sur les listes électorales avant le 31 décembre 2014 ! Si vous n’êtes pas encore inscrit, vous pouvez le faire en ligne.

Si vous avez déménagé à l’intérieur de la ville, vous pouvez l’indiquer à la mairie afin d’être inscrit dans le nouveau bureau de vote. Car, avec le changement des frontières des cantons, il y a eu un redécoupage de certains bureaux de vote.

Chauffage urbain, trop perçu suite

Publié le 5 décembre 2014

Usine de la CCIAG à la PoterneLe Tribunal de Grande Instance de Grenoble (TGI) vient de rendre une ordonnance concernant le recours des 17 copropriétés demandant le remboursement du trop perçu dans leurs factures de chauffage de la Compagnie de Chauffage (CCIAG).

Rappel, entre le 1er juillet 2008 et le 31 octobre 2011, la CCIAG a dégagé des marges très supérieures aux marges estimées dans le contrat avec les communes qui fixait les nouveaux tarifs. Devant les fortes augmentations des factures, les usagers ont protesté et un collectif d’usagers pour un service public juste et solidaire a vu le jour. Des copropriétés ont décidé d’aller en justice pour se faire rembourser le trop perçu, par un recours devant le Tribunal de Grande Instance. Les communes sous la pression des usagers avaient décidé de nouveaux tarifs en baisse de 8 à 10 % à partir du 1er novembre 2011.

Le tribunal administratif suite à un recours de l’ADES a annulé les tarifs du chauffage urbain d’abord de 1983 à 2008 puis de 2008 à 2011.Les tarifs de 2011 à 2013, puis de 2013 à maintenant sont aussi contestés devant le tribunal administratif par l’ADES, mais pas encore jugés.

Lire le reste de cet article »

Passage à la métropole : réussir la mutualisation

Publié le 5 décembre 2014

logo MétroVu la vitesse avec laquelle se fait le passage de certains services exercé par les communes, il y a des craintes que cela renchérisse ces services. Les principes adoptés par la Métro sont bons, mais c’est dans le détail que des dérives peuvent voir le jour. La Métro est en train de passer des conventions avec les communes pour qu’elles poursuivent pendant un an la gestion courante des services transférés afin que pour l’usager rien ne change. Mais ensuite la construction des services à la Métro peut donner lieu à des dérives si on laisse faire des logiques purement administratives ou les gourmandises d’élus qui veulent grossir leur propre fief.

Prenons l’exemple du service de l’eau.

Lire le reste de cet article »

L’absentéisme progresse dans les collectivités locales

Publié le 5 décembre 2014

absenteismeLors du congrès des maires, une étude sur l’absentéisme au travail dans les collectivités locales a été rendue publique le 25 novembre 2014. L’étude a été réalisée auprès d’un échantillon de 366.700 agents affiliés à la Caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales (CNRACL), répartis dans 18.500 collectivités. Le champ d’étude est constitué par l’ensemble des arrêts de travail déclarés entre 2007 et 2013.

« Le taux d’absentéisme, indicateur de gravité qui mesure la part du temps perdu en raison des absences, est en constante augmentation depuis 2007.

Après une forte évolution (+ 6 % entre 2007 et 2009 et + 5 % entre 2009 et 2010), le taux d’absentéisme progresse de façon constante d’environ 2 % par an depuis 2010.

Ainsi, toutes natures d’arrêts confondues, il progresse de 18 % en 6 ans et s’établit à 8,7 % en 2013.

Ce qui signifie qu’une collectivité qui emploie 100 agents titulaires a en moyenne constaté sur un an l’absence de près de neuf d’entre eux pour raison de santé… Lire le reste de cet article »

Défendons le principe de l’impôt

Publié le 5 décembre 2014

declaration droitsLa déclaration des droits de l’homme et du citoyen d’août 1789, qui fait partie de notre constitution, fonde l’obligation de l’impôt dans son article 13 :

« Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés. »

L’expression de contribution commune est autrement plus porteuse de sens que le terme décrié d’impôt.

Il faudrait rappeler cette définition très simple au gouvernement et au président de la République qui décide de faire cadeau de l’impôt aux organisateurs des spectacles sportifs à l’occasion des grandes compétitions sportives « pour convaincre des jeunes de pratiquer une discipline [et pour] qu’ils aient le sentiment que ça se passe tout près de chez eux ».

Lire le reste de cet article »

Peut-on faire confiance aux sondages politiques ?

Publié le 5 décembre 2014

sondagesLa première conférence citoyenne organisée par le centre de recherche juridique de l’Université Pierre Mendès-France de Grenoble  aura lieu le mercredi 10 décembre à la Maison du tourisme de Grenoble de 18h30 20h30. Entrée libre.

Elle est organisée par le professeur Rambaud (agrégé de droit public) sur le sujet : ” Peut-on faire confiance aux sondages politiques ? “.

Invité : Raymond Avrillier, à l’origine de l’affaire des sondages de l’Elysée.

« Au service de quelle banque sommes-nous ? »

Publié le 5 décembre 2014

BanquesNous recevons cette plaquette accessible ici réalisée par le syndicat Sud BPCE. Ce document à vocation pédagogique est à destination des salariés du Groupe BPCE, mais il s’adresse également aux militants engagés dans le mouvement social et plus largement aux citoyens désireux de comprendre la réalité du système bancaire actuel.

Dans cette plaquette, à partir de chiffres et d’informations provenant d’organismes officiels, ce syndicat s’est attaché à mettre en lumière le poids des banques dans notre économie, la nature de leurs activités, l’utilité réelle de ces activités et leurs conséquences pour notre vie de tous les jours. Il a également pointé la responsabilité de la finance dans la crise qui a suivi la faillite de Lehman Brothers en 2008 et qui se prolonge encore aujourd’hui. Il nous propose aussi de mettre en débat des éléments de réflexion pour la mise en place d’un système bancaire alternatif. Il termine en proposant « Vous pouvez bien sûr diffuser ce document auprès de vos réseaux. ». Dont acte…

Vote électronique à l’UMP : nouveau déni de démocratie

Publié le 5 décembre 2014

vote électroniqueLe dernier scrutin organisé par l’UMP pour élire son président n’a pas échappé aux failles informatiques pouvant mettre en cause la sincérité du résultat. Après le précédent vote papier désastreux en 2012 pour départager F. Fillon et J.F. Copé, l’UMP pensait éviter toute contestation en adoptant le vote électronique par internet. Visiblement la société Paragon choisie pour l’organiser n’avait aucune expérience dans un vote de cette ampleur et n’a pas mis en place les protections informatiques élémentaires contre les attaques que n’ont pas manqué de subir ses serveurs. La presse s’est fait largement écho des craintes avant le vote et des lacunes constatées pendant celui-ci, mais le résultat du vote qui semble non contestable a occulté les anomalies du scrutin. Pourtant en plus de l’écroulement des serveurs qui non pas été accessibles le premier soir (y compris par le président par intérim en direct devant la presse !), on peut s’interroger sur ce qui se serait passé si le scrutin avait été serré. En effet l’UMP a annoncé sans rire un nombre de votants supérieur de 132 voix à la somme des suffrages exprimés et des nuls. Après avoir parlé d’erreur de transcription, la « Haute autorité de l’UMP » a conclu à la « mise à l’écart de 132 bulletins de vote consécutive à la brève suspension de service qu’a entraînée le déploiement des dispositions de sécurisation du site de vote en réaction aux tentatives de piratage » et a annoncé le résultat du vote sans donner le nombre de votants devenu incertain.

Lire le reste de cet article »