Archives du 1 février 2014

“Grenoble une ville pour tous” : la bonne surprise peut arriver aux municipales à Grenoble

Publié le 1 février 2014

Dans Libération du 28 janvier on a un article très intéressant sur ce qui se passe à Grenoble avec l’irruption de cet OPNI (Objet Politique Non Identifié) qu’est le Rassemblement citoyen de la gauche et des écologistes mené par Eric Piolle. Libération interroge un politologue de Sciences Po Grenoble, Simon Labouret, qui estime que cette nouvelle liste peut très bien gagner en passant devant la liste PS au 1er tour. Une des conditions qu’il y met : «  Pour l’emporter, ceux-ci devront convaincre  qu’ils ne sont pas simplement une force de contestation, mais qu’ils sont capables de gérer une grande ville.  »

Et bien, il ne fait pas l’ombre d’un doute que cette liste a toutes les compétences pour gérer la ville !

Lire le reste de cet article »

Des déchets radioactifs se baladent à Grenoble

Publié le 1 février 2014

NucleaireSTOPVoila encore un exemple de dysfonctionnement important des pouvoirs publics. L’institut Dolomieu (ancien institut de géologie alpine) géré par l’Université Joseph Fourier, qui domine la ville depuis les pentes de la Bastille, contenait évidemment des échantillons de minerais divers… dont d’uranium. Ces minerais mais aussi d’autres déchets radioactifs ont été stockés dans un local extérieur, non sécurisé, facilement accessible, ne comportant aucune indication qu’il y avait ce genre de stockage ! Il aura fallu qu’un travailleur d’une entreprise intervenant dans le démantèlement des sites nucléaires le dénonce, via le journal « Le Postillon », pour que subitement les administrations se réveillent et décident de faire évacuer rapidement bientôt ces déchets.

Lire le reste de cet article »

Premier café citoyen du Rassemblement : à Grenoble, des services publics au service du privé ?

Publié le 1 février 2014

GrenobleUneVillePourTousLe rassemblement citoyen de la gauche et des écologistes ouvre des débats en son local de campagne : la Maison du Rassemblement au 3 bis rue Lafayette.

Le premier «  café citoyen  » se déroulera le mardi 4 février de 18h30 à 20h. Sur le thème à Grenoble, des services publics au service du privé ?

Ce café sera animé par Vincent Comparat, de l’Observatoire des Finances et des Politiques publiques (OFiPoPu), ancien administrateur de la Régie des Eaux de Grenoble de 2000 à 2008, et membre du collectif pour un chauffage urbain juste et solidaire.

Lire le reste de cet article »

Comment les « PPP » assèchent l’économie locale

Publié le 1 février 2014

Voila les méfaits des fameux Partenariats Publics Privés (PPP) malheureusement mis en place sur le campus ou sur la Presqu’île pour construire de nouveaux bâtiments. A partir du moment où c’est une société privée qui construit, équipe et gère le bâtiment, elle échappe aux règles des marchés publics et sous-traite à sa guise à qui elle veut. Exemple avec la construction sur la Presqu’île du bâtiment GreEn’ER sur un terrain appartenant au CEA, qui a été confié par les responsables politiques et universitaires au grand groupe Eiffage.

Lire le reste de cet article »

Une restructuration du service de l’eau à Grenoble

Publié le 1 février 2014

Afin de pouvoir mutualiser les services de l’eau de différentes communes, il a été créé entre les communes de Grenoble, Sassenage, La Tronche, Seyssins et Varces une Société Publique Locale, la SPL «  Eau de Grenoble  » qui depuis le 1er janvier 2014 gère totalement ou partiellement la production, l’adduction et la distribution de l’eau dans ces communes.

Pour les usagers Grenoblois il n’y aura pas de changement puisque le service reste en régie (maintenant à autonomie financière et sans personnalité morale) attachée à la Ville et dont l’activité sera retracée par un budget annexe au budget principal de la ville. La SPL qui a repris les personnels de l’ancienne régie, fait le travail au quotidien dans le cadre de conventions passées avec la ville. Le tarif de l’eau sera voté par le conseil municipal. Cette nouvelle formule ne devrait pas changer quoi que ce soit à la qualité du service pour les usagers grenoblois et au contraire offrir aux autres communes un service de qualité.

Lire le reste de cet article »

Anticorruption : seul Eric Piolle s’engage à Grenoble

Publié le 1 février 2014

Logo-signataire-Anticor-2014-300x157Grenoble est une des rares villes où un système de corruption a été mis à jour. Une association nationale, «  Anticor  » est née pour combattre ce mal récurrent et plus développé qu’il n’y parait.

Seul des candidats grenoblois, Eric Piolle, tête de liste du Rassemblement “Grenoble une ville pour tous” a signé la charte anticorruption de l’association nationale ANTICOR. Il est aussi le seul à avoir mis en ligne sa déclaration de patrimoine (sur le site une villepourtous.fr).

Pour lire l’intégralité de la charte voir le site d’Anticor

En voici les titres :

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne : poussif à droite, perle au Modem, continuité au PS

Publié le 1 février 2014

A droite la campagne est poussive et les listes ne sont toujours pas dévoilées. Beaucoup de discours et de promesses mais dans les actes pas grand-chose. Coté UMP, Chamussy a du mal à construire sa liste : un jeune refuse d’y aller car il sent que ça ne fonctionne pas ? Il est immédiatement remplacé par un jeune de l’appareil UMP. L’élaboration de sa liste a donc été laborieuse et il n’aura pu la boucler qu’une semaine après celles du Rassemblement “Grenoble une ville pour tous” conduit par EricPiolle et celle du PS… On n’entend plus parler de G. Dumolard, celui qui devait aller jusqu’au bout a disparu des radars.

Une perle relevée dans la publicité du candidat de Longevialle : « Le logement est trop cher… le logement abordable doit être une priorité. » C’est l’hommage du vice à la vertu !

Lire le reste de cet article »

Avertissement avec frais pour les campagnes électorales

Publié le 1 février 2014
avrillier-senatoriales2011

R. Avrillier

Voila qui devrait faire réfléchir le duo Safar-Destot, candidats aux élections municipales et qui n’hésite pas à utiliser les moyens de la Ville pour faire sa campagne. En effet Sarkozy a été pris la main dans le pot de confiture lors de l’élection présidentielle en utilisant les moyens de l’Etat pour faire campagne. Après les sondages de l’Elysée, R. Avrillier a poursuivi l’étude des financements irréguliers de la campagne présidentielle de Sarkozy. Une enquête a été ouverte à Paris sur le financement du meeting de Toulon de Nicolas Sarkozy, épinglé par le Conseil constitutionnel pour justifier le rejet de son compte de la campagne 2012. Cette enquête préliminaire fait suite à un courrier adressé l’été dernier par R. Avrillier, qui dénonçait de possibles faits de “détournement de fonds publics” en marge de la campagne présidentielle 2012 de l’ancien chef de l’Etat.

Lire le reste de cet article »

Spéculation immobilière : le bilan Safar-De Longevialle

Publié le 1 février 2014

Schneider3La liste du Rassemblement, Eric Piolle en tête, est allée débaptiser la rue «  Villard de Lans  », en rue «  BNP Paribas  », en hommage au promoteur qui a réalisé avec Grenoble Habitat les tours (pour certaines de 11 étages) du quai de la Graille, appelé «  Clos des Fleurs  ». Cette réalisation résume exactement la politique d’urbanisme et de logement de la majorité sortante : densification à outrance, prix des logements très chers… Lors d’une conférence de presse Eric Piolle a décrit dans le détail les mécanismes mis en place par la majorité sortante, dès son arrivée aux affaires en 2008, qui ont profité aux spéculateurs : changement du Plan Local d’Urbanisme pour permettre de construire plus de logements sur le même terrain, cadeaux aux promoteurs sur le prix du foncier…

Voir les détails sur le site unevillepourtous.fr

Lire le reste de cet article »