Archives de avril 2014

Comment participer au changement ?

Publié le 26 avril 2014

Grenoble Une Ville Pour TousSi l’équipe du Rassemblement a emporté les élections c’est parce qu’un grand nombre de citoyennes et de citoyens a trouvé dans sa démarche des raisons d’espérer de voir enfin changer les pratiques politiques et les grandes orientations de la politique municipale. De nombreuses Grenobloises et de nombreux Grenoblois (ayant ou non le droit de vote) se sont mobilisés et sont prêts à aider au changement. Ils se demandent aujourd’hui que faire et comment faire ?

L’équipe municipale s’installe et va prendre des décisions organisationnelles qui vont permettre à tous les volontaires de s’associer aux réflexions visant à améliorer la démocratie locale et à la mise en place des engagements pris devant les électeurs.

Mais le changement vient rarement d’en haut, par délibération et par arrêté. Les réformes procèdent rarement de décrets et de financements publics. Pour être efficace il est nécessaire que le Rassemblement mette en œuvre des dispositions et des moyens extérieurs à l’institution municipale qui permette à celles et ceux qui veulent s’engager dans la mise en œuvre du changement, de se réunir, de se former, de réfléchir et d’agir sous différentes formes. Les réflexions à ce sujet sont en cours. L’ADES y apportera toute son énergie et son expérience depuis de longues années de pratique municipale et de travail des dossiers. Des décisions importantes seront prises dans ce sens lors de sa prochaine Assemblée Générale le 13 mai 2014.

La réussite de la nouvelle équipe municipale dépend fondamentalement de sa capacité à rester en contact avec la réalité de terrain et de se nourrir des initiatives et des innovations des «gens de peu» que nous sommes toutes et tous, dans toutes les communautés-territoires de la commune de Grenoble et dans sa région.

Le site internet de la campagne électorale : http://unevillepourtous.fr/ évolue en site d’information des élus et la lettre d’information reprend sa parution. Toutes celles et ceux qui veulent participer au changement peuvent s’inscrire pour recevoir les informations.

La nouvelle Métro se met lentement en place

Publié le 26 avril 2014

Vendredi 25 avril le nouveau conseil de la Métro de 124 membres se réunissait pour désigner son exécutif. La nouvelle composition montrait une diversité politique nouvelle répartie en 7 groupes politiques. Le plus important étant le groupe du Rassemblement citoyen, solidaire, écologiste (RCSE de 28 membres dont 22 de la majorité grenobloise), puis le groupe « ADIS » (Agir pour un Développement Intercommunal Solidaire, 27 membres) regroupant des petites communes, le groupe Pour une autre agglomération (droite 24 membres), le groupe Pour une Agglomération Solidaire et Citoyenne (PS, 23 membres), le groupe Communes et Démocratie (PCF, 11 membres), groupe non-inscrit, société civile (9 membres) et le Front national avec 2 membres (Grenoble et Echirolles).

Lire le reste de cet article »

Un contrat de majorité à la Métro (citoyen, de gauche et écologiste)

Publié le 26 avril 2014

Nous reproduisons, le contrat de majorité qui va faire la feuille de route de la Métro au moins jusqu’au 1er janvier 2015 où elle va se transformer en Métropole et où le conseil de Métro va encore changer (Par exemple Grenoble passera à 40 élus au lieu de 31 et certaines petites communes passeront de 2 à 1). On y retrouve de nombreuses propositions provenant de la nouvelle majorité grenobloise.

Lire le reste de cet article »

Une attitude ambiguë d’un responsable de service

Publié le 26 avril 2014

Conseil municipalToute citoyenne et tout citoyen averti-e qui a suivi le conseil municipal du 14 avril, a pu se rendre compte que le Directeur Général des Services (DGS) qui siège au coté du maire, était particulièrement passif, voire inerte. Ce DGS sortant n’a pas aidé, comme il aurait dû le faire, la mise en place de la nouvelle équipe, ce qui a pu avoir des conséquences sur la qualité des décisions prises le 14 avril. S’il s’avère qu’il y a quelques erreurs de commises, la responsabilité lui en sera imputée. Une rapide enquête montre que ce dernier va céder sa place (départ à la retraite) à son successeur (F. Langlois) dès mardi 29 avril. Heureusement tous les membres de la direction générale (et du cabinet sortant) n’ont pas eu la même attitude. Ce n’est pas parce qu’il pensait que le maire serait quelqu’un d’autre qu’il devait gêner la mise en place de la nouvelle équipe. Les fonctionnaires doivent toujours avoir à l’esprit la continuité du service public.

Et si on parlait finances

Publié le 26 avril 2014

tirelireChaque année, avant le 30 juin, le Conseil municipal doit voter le Compte Administratif (CA) qui retrace dans le détail la réalisation du budget voté pour l’année précédente. Le CA 2013 sera donc présenté au vote des élu-es prochainement (a priori fin juin). Les premières indications montrent que l’ancienne équipe municipale a laissé dériver les dépenses, ce qui aboutit à un résultat très inférieur à ce qui était attendu. Alors qu’en 2011 et 2012 les résultats disponibles étaient respectivement de 3,32 M€ et 2,92 M€, celui de 2013 ne s’élèverait qu’à 0,5 M€ (soit 6 fois moins).

L’ancien adjoint aux finances (J. Safar) lors de l’adoption du budget supplémentaire en 2013 s’auto-félicitait à propos du résultat du CA 2012: « Le solde, de 3 millions d’euros, a donc été reporté sur le budget 2013. Comme je l’ai précisé, ce résultat confirme une fois encore la bonne gestion financière de notre collectivité dans le contexte que chacun connaît. »

Avec le résultat de 2013 (nul ou seulement de 0,5 M€) on voit ce qu’il en est de la bonne gestion de celui qui postulait au titre de premier magistrat de la cité.

Ce très faible report sur le budget 2014 ne comblera pas le trou financier très important que l’équipe sortante a élégamment laissé aux successeurs dans la réalisation des premiers mois du budget 2014. La nouvelle équipe municipale va devoir montrer tous ses talents de gestionnaire pour terminer l’année sans catastrophe.

Politique politicienne

Publié le 26 avril 2014

Michel Destot revient sur les cause de la défaite de la liste qu’il poussait aux municipales. Dans une interview au Point (publié le 22 avril) il répond à la question : «La perte de Grenoble par le PS est l’une des grandes surprises de ce scrutin. Quelles en sont les raisons ? ». Michel Destot «Trois facteurs ont joué. La déferlante de protestation nationale, comme un peu partout ; le FN et une droite à un très bas niveau, à 30 % environ, un résultat aggravé par la présence sur la liste UMP d’Alain Carignon ; et enfin un nouveau candidat socialiste… ». Tout le monde aura compris que dans l’esprit du maire sortant, ce n’est pas à cause du bas niveau (30%) de la droite et l’extrême droite qu’il a perdu (bizarre comme argument), mais parce que la tête de liste PS était nouvelle. J. Safar appréciera. Quant au bilan de sa gestion gauche-droite de son dernier mandat, il n’est pour rien dans ce qui est bien une défaite cuisante. Sur la fin de règne, certains élus, instruits par leur fou, gagnent en lucidité et reconnaissent leurs erreurs. Rien de tel avec Michel Destot qui, sur son blog, ces derniers mois en venait à accuser la médiocrité des Grenoblois.


Rassurons Eric Grasset et Alain Pilaud qui craignent qu’on oublie ce qu’ils ont fait durant le mandat précédent, et qui s’épanchent dans la presse locale. Nous n’allons pas faire comme leur équipe qui s’appropriait tout le travail des autres. Au contraire, non seulement nous ne nierons pas ce qu’ils auront fait de bien mais en revanche nous n’oublierons pas ce qu’ils ont fait de mal. Malheureusement les dégâts sont là : ALPEXPO et son trou abyssal, les trous financiers de la mise en place des rythmes scolaires… et sans doute d’autres dégâts qu’un bilan fouillé de leur gestion fera apparaître.


On peut savourer la coquille de France 3 Alpes dans son reportage sur le fait que le groupe ADIS (Agir pour un Développement Intercommunal Solidaire) présente un candidat à la présidence de la Métro. L’ADIS regroupe de 27 à 29 élus de petites communes et entend peser sur la mise en place de l’exécutif de la Métro. France 3 termine son billet sur l’ADIS : « La gauche a impérativement besoin de l’apport de toute ou partie des voix de l’ADES pour avoir la majorité absolue au sein de l’assemblée communautaire. » Merci pour la pub et nous confirmons que l’ADES pèse d’un grand poids à gauche dans l’agglomération ! Mais pas uniquement à gauche, car elle est là aussi pour orienter l’agglomération vers la transition écologique qui s’impose pour les générations actuelles et les générations futures.

Le changement c’est maintenant !

Publié le 19 avril 2014

Le Maire à la foireVoila une majorité qui fait ce qu’elle a dit durant toute la campagne. C’est exactement l’inverse de la précédente qui avait promis de ne pas augmenter les impôts et qui l’a fait ; qui n’avait pas dit qu’elle augmenterait les indemnités des élus de 25 % et qui l’avait fait.

La majorité a baissé les indemnités des élus de 25 % comme elle l’avait annoncé (engagement n° 19).

Le maire a inauguré la Foire des Rameaux en indiquant que dès lors elle restera sur l’Esplanade, à la grande satisfaction des forains et des usagers de cette grande manifestation. (voir plus loin).

Premier conseil municipal (14 avril)

Publié le 19 avril 2014

Photo Ville de Grenoble

Ce premier conseil municipal a décidé des niveaux d’indemnité du maire, des adjoints, des conseillers délégués et des simples conseillers municipaux. Sans surprise, la majorité a appliqué sa promesse de revenir sur l’augmentation de 25 % que s’était octroyée l’ancienne majorité. Voila donc des élus qui appliquent un engagement clairement pris et expliqué dans la campagne électorale, dans une période où de plus en plus de Grenoblois ont des difficultés à boucler les fins de mois. Loin d’une décision démagogique il s’agit d’envoyer un message clair, la gestion financière de la ville sera rigoureuse et des efforts seront demandés à tous les niveaux. Il est d’ailleurs surprenant que les oppositions aient voté contre, c’est une attitude qui ne sera pas comprise par une grande majorité de Grenoblois. C’est le signe que toutes les économies possibles seront faites sans mettre en péril les politiques publiques essentielles. Cela avait commencé dès le conseil d’installation où le pot de fin de conseil était des plus succincts, cela n’a pas empêché la convivialité.

Lire le reste de cet article »

Obstruction, j’écris ton nom

Publié le 19 avril 2014

La démocratie, le pire des systèmes à l’exclusion de tous les autres, avait dit Winston Churchill. Pour s’en assurer, il suffisait d’assister au conseil municipal de Grenoble le lundi 14 avril. A l’ordre du jour, le choix des représentants de la Ville dans les organismes extérieurs. Une grande classique des débuts de mandats municipaux. Le maire avait proposé que ces attributions de délégations se votent à main levée ; un choix de transparence des votes et de gain de temps. Que nenni, articula le leader de la Droite municipale : il fallait procéder à x votes à bulletin secret. D’où une procédure interminable, qui conduisit le conseil jusqu’à 2 heures du matin. Pour les nouveaux élus, ce second conseil fut un singulier baptême du feu, et un beau contre exemple de fonctionnement démocratique : ainsi donc, quand on est, très largement, battu dans les urnes, il reste la stratégie de l’obstruction au fonctionnement des institutions démocratiques. M. Chamussy promet un “combat acharné” pour récupérer ces délégations qu’un “sectaire” système électoral lui a volé. Décidément, en politique comme ailleurs, l’avantage de la bêtise sur l’intelligence, c’est que l’intelligence a des limites.

Jean Jonot

La Métro, encore une semaine d’attente

Publié le 19 avril 2014

Conseil de la Métro janvier 2014Le conseil de Métro va se réunir le 25 avril 2014 pour désigner son président ou sa présidente (moins probable). C’est la première fois que le résultat n’est pas prévisible. Auparavant, le PS était majoritaire à lui seul. La majorité se construisait autour de lui. Le PS en abusait jusqu’à interdire la présence d’un seul conseiller communautaire écologiste en 2008, tout en participant d’un grand arrangement d’agglomération transformant La Métro en guichet. Actuellement avec l’augmentation du nombre de petites communes, les groupes politiques sont beaucoup plus éclatés. Le PS a désigné son candidat à la présidence, ce sera le maire de Pont de Claix, Christophe Ferrari, après un scrutin assez serré avec le maire de St Martin le Vinoux. Après de multiples hésitations le PS semblerait favorable à une majorité de gauche et écologiste, mais sur quel projet ? Les grandes manœuvres sont en cours, il serait bon que tout soit mis sur la table publiquement.

Vidéosurveillance, le poisson d’avril a bien fonctionné

Publié le 19 avril 2014

Le maire, Eric Piolle, a fait un beau poisson d’avril en proposant de revendre les caméras de vidéosurveillance de Grenoble au maire de Nice, grand consommateur de caméras.

Mais les oppositions de droite et du centre ne connaissent pas l’humour et l’ironie. Et voila que les oppositions se manifestent en prenant pour argent comptant ce gag et des municipalités gérées par l’UMP qui se mettent sur les rangs !

L’UMP s’empresse de vouloir faire signer une pétition aux Grenoblois pour obtenir un référendum municipal sur l’augmentation de la vidéosurveillance. Mais le cadre règlementaire de ce type de pétition n’est pas encore décidé et le type de consultation à mettre en place non plus. Il s’agit de choses suffisamment importantes pour ne pas faire comme avant, c’est-à-dire une charte de la démocratie locale suffisamment molle pour ne pas être contraignante, laissant les mains libres aux élus en place, ce qui était la négation d’une démocratie vivante. Et comme il va falloir associer les habitants à l’élaboration des nouvelles pratiques démocratiques ça va prendre un peu de temps.

Rappelons que la vie dans des assemblées délibérantes responsables demande de la patience et un travail de fond et pas d’agitation fébrile.

Coté opposition PS et assimilés, la fausse colère de J. Safar n’apporte rien au débat. L’ancienne équipe s’était engagée, avant de prendre une décision définitive, à faire une évaluation de ce qu’allait apporter l’expérience de l’implantation de caméras dans trois zones de l’espace public et de revenir devant le Conseil municipal. Cet engagement (un de plus) n’a pas été tenu et l’évaluation a été faite mais non rendue publique.

La nouvelle majorité, conformément à ses engagements va reprendre ce dossier en toute transparence. Ce qui est en cause ce ne sont pas les caméras qui équipent le tram ou les bâtiments publics, mais celles situés dans l’espace public qui constituent une intrusion dans la vie privée qui pose questions.

Pour connaître dans le détail la position de la majorité sur cette question, voir la conférence de presse du 26 février 2014.

Quelques leçons des résultats des élections municipales à Grenoble

Publié le 19 avril 2014

Vote ArlequinLes élections municipales à Grenoble devraient faire l’objet d’études approfondies car elles sont atypiques. Jamais des sondages ne se sont tant trompés (par qui étaient-ils payés ?) et les évolutions politiques entre les deux tours sont très intéressantes.

Que prédisaient les sondages, ceux publiés et non publiés : la liste de la majorité de droite et PS sortante menée par J. Safar était largement en tête au 1er tour et la liste du rassemblement menée par Eric Piolle était soit en 2e soit en 3e position. Et le plus surprenant c’était qu’au 2e tour en cas de triangulaire (PS, Rassemblement, UMP), la liste du Rassemblement s’effondrait au profit de la liste Safar, ce qui était une prédiction très curieuse. (voir plus loin les détails sur ces sondages).

Lire le reste de cet article »

La Foire des Rameaux et l’Esplanade

Publié le 19 avril 2014
Foire des Rameaux Grenoble

Photo “Vivre à Grenoble”

La nouvelle majorité avait promis, si elle était élue, qu’elle garderait le site de la grande Esplanade comme lieu de respiration et d’accueil de grands évènements dont la ville et l’agglomération ont besoin.

Cette année c’était le 80e anniversaire de la foire des Rameaux à l’Esplanade. Auparavant la foire se tenait (depuis 1905) place Saint Bruno C’est une des plus grandes foire d’Europe.

Le maire Eric Piolle a participé, le 12 avril 2014, à l’inauguration de cette grande manifestation. L’association « Vivre à Grenoble » a fêté comme il se doit cet évènement en déployant une banderole souhaitant longue vie à la Foire sur ce site historique.

Il reste maintenant à la majorité de revoir entièrement, avec les habitants, le projet urbain de l’Esplanade. L’ancienne majorité avait fait appel auprès de la cour Administrative d’Appel de Lyon du jugement que nous avons obtenu du tribunal administratif annulant le PLU de l’Esplanade. Le maire serait bienvenu de retirer cet appel sous peu.

Un début d’analyse d’un échec

Publié le 19 avril 2014

GO-citoyenneteGo citoyenneté commence à réfléchir sur l’échec cuisant qu’il a subi lors de l’élection municipale. Le seul élu, Paul Bron a été interviewé par les journalistes du site « Place’Grenet ». Il reconnait avoir perdu le contact avec certains réseaux dans la ville, ce qui, pour un mouvement politique qui se revendique local, est évidemment problématique. « Nous avons perdu. Pour passer à autre chose, il faut comprendre avant de reconstruire. ». C’est le début de la sagesse.

Par contre il y a encore des choses importantes qu’ils n’ont pas compris : « Je pense, en revanche, que nous avons fait une campagne trop traditionnelle qui n’était pas adaptée au désir de changement. La liste concurrente a anticipé cela, à commencer par la figure de son leader qui s’est imposée au fur et à mesure de la campagne, en laissant dans l’ombre ses partenaires improbables. » La liste du rassemblement ne se résume pas à une figure sympathique et compétente entourée de partenaires discutables !! Là il va falloir qu’ils affinent leurs analyses car ils ont faux sur toute la ligne. La construction du Rassemblement a créé une synthèse parfaitement incarnée par la tête de liste, qui a mis en mouvement des militants et de citoyens, femmes et hommes, d’opinions diverses mais animés de valeurs simples et efficaces : priorités à l’action citoyenne, de gauche et écologiste, et des propositions de changement touchant la vie quotidienne des Grenoblois.

Quelle opposition seront-ils ? « Nous ne serons pas dans la dérive procédurière de l’Association démocratie écologie et solidarité (Ades) qui est intervenue uniquement à charge dans le mandat précédent ». Il faut toujours avoir un bouc émissaire, mais là aussi ils devraient trouver des motifs d’interrogation sur les pratiques politiques qu’ils ont développés et que l’ADES a dénoncé durant 6 ans sans concession. Parfois il faut savoir écouter l’opposition, surtout quand elle prévient, avant le vote de la délibération, qu’elle est illégale et sera attaquée. Et GO devrait vite s’apercevoir que loin d’être une dérive procédurière la pratique de l’ADES est assez efficace pour permettre d’accélérer le changement politique.

Enfin une dernière inexactitude : « la ville a un budget équilibré ». C’est totalement faux et bientôt tout sera mis sur la table avec une dégradation de la situation financière catastrophique ces derniers mois. Autant le budget primitif 2014 était équilibré tel qu’annoncé avant la campagne électorale, autant le résultat réel ne le sera pas, et les responsabilités devront clairement dénoncées.

PC Grenoble comme Pas Compris Grenoble

Publié le 19 avril 2014

Le PCF Isère qui s’était mis dans le bus Safar pour avoir des élus sans débattre des projets n’a plus aucun élu au conseil municipal de Grenoble : il a brillé par un communiqué d’entre deux tours soutenant Safar contre « le projet catastrophique » du Rassemblement, « l’inflation démagogique de la liste écologiste », « la conditionnalité bloquante des aides aux entreprises » du Rassemblement. Nous sommes passés à deux doigts d’une attaque contre “la menace d’extrême-gauche” que constituerait le Rassemblement, thème développé par Safar, la droite et l’extrême-droite. Dans ce communiqué de la chambre de commerce, pardon du PCF Isère, les représentants du PCF qui voulaient être élus derrière Safar s’opposent clairement à la remunicipalisation des services publics délégués au privé.

Merci patrons.

Conseil municipal lundi 14 avril à 18 h

Publié le 11 avril 2014

salle du conseil municipal de GrenobleLe premier conseil municipal, après l’installation du maire et des adjoints va voter les délégations que le conseil va donner au maire et l’ensemble des représentations du conseil dans les satellites de la ville et dans tous les autres organismes. Il décidera des niveaux des indemnités du maire, des adjoints, des conseillers délégués et des simples conseillers municipaux.

L’heure du conseil est déplacée à 18 h pour permettre à celles et ceux qui travaillent d’y assister.

La mise en place de la nouvelle majorité

Publié le 11 avril 2014

La nouvelle majorité s’est mise très rapidement au travail. Le conseil municipal d’installation s’est tenu le plus vite possible après l’élection, soit le vendredi 4 avril. Le premier conseil se tiendra lundi 14 avril à 18 h, ce qui n’était pas possible plus tôt. La nouvelle équipe doit très vite imposer son rythme et sa manière de travailler car il y a urgence. Les premières informations indiquent que la situation financière laissée par l’ancienne majorité est très dégradée et ne correspond pas du tout aux prévisions budgétaires.

Les premières mesures prises montrent la volonté de la nouvelle équipe de vouloir gérer l’argent public avec rigueur et parcimonie. La diminution du nombre d’adjoint et du nombre de conseiller délégués va dans le bon sens et la décision de baisser de 25 % les indemnités des élus sera appliquée. Au lieu de dépenser 1,2 M€ par an, la ville dépensera environ 0,9 M€ Soit une économie non négligeable de 300 000 € par an soit pour les 6 ans une économie d’environ 2 M€, c’est l’équivalent de 8 emplois pérennes à temps plein.

La volonté de transparence de la nouvelle majorité se traduira vite en acte et les indemnités seront rendues publiques et accessibles à tous. Il y aussi une volonté d’égaliser les indemnités en cas de cumul de fonction afin de rompre avec la situation précédente où certains élus dépassaient les 8000 € par mois grâce à l’accumulation des mandats et des fonctions dans les satellites.

Il est prévu qu’il n’y aura pas de cumul d’exécutif entre la ville et la Métro, donc un adjoint ou conseiller délégué à la ville ne devrait pas être vice-président ou conseiller délégué à la Métro.

La nouvelle majorité a du pain sur la planche et le plus urgent sera de réparer les dégâts financiers importants laissés par l’ancienne équipe durant la dernière année. Il faudra annuler tout ce qui n’est pas indispensable au fonctionnement normal de l’institution et à la qualité des services aux habitants. Des audits financiers devront être menés rapidement pour y voir clair à la ville et dans les satellites.

Le cas d’ALPEXPO devra être réglé rapidement, le trou financier devient gigantesque, la prudence voudrait que la ville se désengage vite de cette catastrophe.

Les Grenoblois ne vont pas regretter d’avoir changé d’équipe municipale car laisser la même en place signifiait à terme la mise en faillite de la ville comme on l’a connu sous la gestion de droite entre 1983 et 1995.

Et la Métro ???

Publié le 11 avril 2014
Salle du Conseil de la Métro

Photo GK

La mise en place du conseil de la Métro aura lieu le 25 avril. Dans toutes les communes le choix des conseillers communautaires a été fait lors des élections municipales. Il y aura 31 conseillers issus de Grenoble soit 25 % du conseil de Métro. Sur les 31 il y aura 22 du Rassemblement citoyen de la gauche et des écologistes, 4 du groupe Safar, 4 de l’UMP et 1 du FN.

Les grandes manœuvres ont commencé en coulisses pour la formation de la nouvelle majorité et la désignation des candidats à la présidence de la Métro. La défaite de M. Baïetto à Eybens a bouleversé la donne car ce dernier avait préparé sa réélection depuis longtemps en menant campagne auprès des maires des petites communes. La défaite de J. Safar à Grenoble affaiblit le PS qui n’est plus aussi dominateur à la Métro mais qui reste néanmoins le groupe le plus important et qui devrait présenter au moins un candidat à la présidence. J. Safar, chassé de Grenoble voudrait se refaire à la Métro, il cherche donc des alliés pour cela.

Le rassemblement citoyen de la gauche et des écologistes va former un groupe important (environ une trentaine de conseillers communautaires) et propose qu’une majorité de gauche et écologiste se mette en place sur des grandes priorités politiques et pas seulement sur des répartitions de postes. Le maire de Grenoble a un rôle important à jouer dans cette construction puisqu’il n’est pas suspect de vouloir rouler pour lui, n’étant pas candidat à la présidence ou à une vice-présidence.

Espérons que les postures politiciennes ne l’emporteront pas sur les positions de fond car ce qui va se passer à la Métro jusqu’au 1er janvier 2015, date de passage à la Métropole, va être déterminant pour l’avenir de l’action publique dans l’agglomération. Il faudra une mobilisation de toutes les énergies des personnels et des élus pour mettre en place ce nouvel outil pour construire l’agglomération de demain. Ou bien l’intérêt général communautaire l’emportera ou bien les petites combinaisons politiciennes détruiront toute capacité d’action pour répondre aux enjeux actuels.

A suivre ….

La bonne pratique de Grenoble est-elle transférable ?

Publié le 11 avril 2014
Meeting Rassemblement Grenoble 19/3/14

Photo GK

Depuis le 30 mars 2014, date du succès de la liste du rassemblement citoyen, de la gauche et des écologistes, il n’y a pas un article ou émission politique qui ne présente la démarche grenobloise comme l’exemple à suivre. Dans le marasme ambiant, effectivement, on peut comprendre que la primaire à gauche qui s’est déroulée à Grenoble en intéresse plus d’un, et notamment, certains partis politiques nationaux en quête d’alternative. Mais attention à ne pas aller trop vite en besogne dans les solutions magiques qu’affectionnent les médias et la «province parisienne», car si un tel résultat a été obtenu à Grenoble, ce n’est pas le fait d’un simple collage d’étiquettes, mais le fruit d’un très long travail sur le terrain. Et ce succès n’a d’intérêt que s’il est soutenable dans le temps car la conquête d’un «pouvoir» n’est rien par rapport à son exercice au quotidien pendant 6 ans. Heureusement de nombreux ingrédients ont été rassemblés pour changer les manières de faire, reste à bien les agencer à l’avenir.

Par delà la qualité de la campagne et de la liste, plusieurs ingrédients ont permis ce résultat :

  • une capacité de faire permettant de peser sur les politiques municipales et d’agglomération successives, soit dans l’opposition à la droite au pouvoir (1983-1995), soit minoritaires écologistes dans une majorité d’union de la gauche (1995-2008), soit dans l’opposition à un arrangement “gauche” et droite (2008-2014),
  • une méthode, en contestant de manière non incantatoire ou symbolique les intérêts aux affaires, en proposant des alternatives en actes, innovantes, en démontrant une compétence à restaurer l’intérêt général et à gouverner la cité de manière citoyenne, de gauche et écologiste.
  • une volonté de coproduire ces alternatives avec les forces vives de cette ville (entreprises, services publics et privés, citoyens) et notamment les associations : unions de quartiers, associations de migrants et de demandeurs d’asile, associations d’éducation populaire, associations sociales et culturelles, ….

Lire le reste de cet article »

Une nouvelle équipe au travail

Publié le 5 avril 2014

Le conseil municipal d’installation a eu lieu le vendredi 4 avril 2014, et procédé à l’élection du Maire et des adjoints : autour d’Eric Piolle, maire le mieux élu de l’histoire de Grenoble depuis 1983 avec 50 voix sur 59, 20 adjoints et adjointes vont aider à faire de Grenoble Une ville pour tous.

Conformément aux engagements de la liste Grenoble Une ville pour tous, et avec l’aide des agents de la municipalité qui se sont mobilisé très rapidement pour le permettre, ce premier conseil a été retransmis en direct sur internet, vous pouvez le revoir depuis le site de la Ville de Grenoble.

EquipeRassemblementMairie04042014

Les élus du Rassemblement citoyen, de la gauche et des écologistes assemblés autour d’Eric Piolle, nouveau maire de Grenoble
Photo GK, tous droits réservés