Archives du 3 décembre 2010

Lycée Mounier : de la clarté SVP et attention aux dérapages…

Publié le 3 décembre 2010

La journée de lundi 29 novembre a été riche en rebondissements

  • Nous apprenons que selon l’interprétation du Président de la Région, le médiateur ne s’occuperait que du moyen ou long terme, c’est-à-dire pas de la situation de blocage actuelle mais de ce qui se passera “plus tard” ! En général lorsqu’un médiateur est nommé c’est pour effectuer une médiation immédiate entre plusieurs positions antagonistes… Là nous sommes dans la quasi-provocation.
  • Le Recteur tient une conférence de presse pour suivre la proposition du Président de la Région (les classes de secondes seront supprimées à la rentrée 2011) et prononce des propos totalement outranciers et inadmissibles (rapportés par Grenews) :

“Ceux qui prétendent que la fermeture de Mounier a pour but de faire des économies ou alimentent le débat complètement débile “d’un lycée de trop sur Grenoble” feraient mieux d’aller voir un psychiatre” !

Outre que cette façon d’exprimer son avis est méprisante pour les “Mounier”, elle est méprisable venant d’un haut fonctionnaire de l’administration, de surcroît de l’Education Nationale. Puisqu’il est question de psychiatrie, le recteur serait bien inspiré de maîtriser ses nerfs à l’instar des “Mounier” et de s’interroger sur ses responsabilités et la conduite à tenir pour la suite. Malgré l’exaspération générale, la stratégie de la tension et de la provocation orchestrée par le recteur ne poussera pas, comme il le souhaite, les “Mounier” à des actions radicales. Il aurait ainsi beau jeu de voir débarquer N. Sarkozy qui dans son discours de la honte prononcé à Grenoble avait “promis” de revenir avant la fin de l’année 2010.

Mais pourquoi donc le processus de réhabilitation de Mounier a été stoppé ?

Le recteur explique à Grenews : «  si le plan initial de réhabilitation de Mounier n’a pas été poursuivi, c’est avant tout parce que “l’équipe du lycée ne s’est pas mobilisée à temps” et que “celle de Vaucanson lui est passée devant”. Donc il est clair que ce n’est pas pour des conditions de sécurité ! Mais alors pourquoi ne pas relancer le programme comme prévu par la région puisqu’il y a l’argent ?

Lire le reste de cet article »

Votation citoyenne

Publié le 3 décembre 2010

Il est temps de reconnaître la citoyenneté locale pour tous les résidants, qu’ils soient français ou étrangers. Depuis des années la votation citoyenne demande aux habitants si ils sont d’accord pour le droit de vote et d’éligibilité aux élections locales pour les résidents étrangers présents depuis au moins 5 ans en France.

Nationalement il était prévu que cette année ce soit les communes qui organisent elle-même une consultation des habitants pour donner encore plus de poids à cette demande. Certaines communes le font. Malheureusement la Ville de Grenoble qui aurait due être à la pointe de ce combat s’est dérobée et la votation citoyenne se fera comme d’habitude avec quelques urnes dispersées dans la ville, ce qui n’est pas à la hauteur de l’enjeu.

Cette année, la 9ème campagne de Votation citoyenne sera lancée le 10 décembre, Journée Internationale de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, et se poursuivra les 11 et 12 décembre. La Votation aura lieu cette année dans le cadre des dix ans du Conseil consultatif des résidants étrangers de Grenoble – CCREG, et sera accompagnée par une série de débats et une Marche vers l’Egalité qui est une initiative nouvelle et intéressante. Elle sera clôturée par dune soirée festive. Voir le programme détaillé en ligne.

A noter que pour la première fois un vote électronique sera organisé sur www.alpesolidaires.org

Le maire oublie la plus élémentaire déontologie à propos d’une question orale

Publié le 3 décembre 2010

Conformément au règlement intérieur du Conseil municipal, le groupe des élus Ecologie et Solidarité pose une question orale au maire de Grenoble sur ce qui se passe dans le dossier du lycée Mounier. Quelques jours avant le Conseil municipal, le maire se permet, sans l’autorisation de l’auteur de la question, d’envoyer le texte de la question à la presse et sous-traite aux présidents des groupes de la majorité une réaction pour essayer de discréditer la question en leur demandant d’envoyer un communiqué de protestation à la presse.

Lors du conseil du 29 novembre, le maire ne répond pas aux questions posées, expliquant qu’il ne s’agit pas d’un tribunal.

Voici les termes exacts des questions posées par écrit plusieurs jours avant par G. Kuntz. Tout un chacun pourra juger s’il s’agit d’un tribunal ou des questions légitimes demandant des mises au point précises.

« Monsieur, le Maire, pouvez-vous rassurer les parents, personnels et lycéens au sujet de la sécurité du lycée Mounier ? Pouvez-vous confirmer avoir demandé au Président de Région de surseoir au jury de concours de maitrise d’œuvre de la reconstruction du lycée ? Quel est le projet sur la ZAC Flaubert que vous mettez en avant aujourd’hui ? Quand enfin le conseil municipal, qui a voté la création de la ZAC Flaubert sans ce projet, pourra t-il en débattre  à partir des données que nous vous avons demandées sans les obtenir en particulier sur la pollution de ce site ? »

Ce n’est qu’à la deuxième question que le maire a répondu, en apportant un démenti, pas de réponses sur les autres…

Cadeau de Noël de la CDC

Publié le 3 décembre 2010

Mais pourquoi donc la Caisse des Dépôts et Consignation – CDC donne-t-elle une subvention de 30 000 € à la Ville de Grenoble pour l’aider dans sa communication sur les projets de la ZAC presqu’île, alors qu’elle n’a rien à y voir ?

Les explications du maire étaient des plus emberlificotées… Il ressort qu’il s’agit d’un renvoi d’ascenseur suite aux multiples actions que mène la Ville en partenariat avec la CDC.

Nous aurions préféré que cet argent soit utilisé à autre chose que la communication qui est déjà fort dispendieuse à Grenoble, par exemple sur le logement social qui est tout de même plus dans la compétence de la CDC.

Offensive sécuritaire et solitaire de MM. Destot et Safar

Publié le 3 décembre 2010

Lors du Conseil municipal du 29 novembre, les conseillers municipaux écologistes apprennent, par la presse (Grenews), que le matin même, MM. Destot et Safar ont tenu une conférence de presse sur leur nouvelle politique sécuritaire avec un fort développement de la vidéosurveillance. Et dans les rendus compte du maire sur les marchés passés ces derniers mois, se trouvent trois marchés pour l’installation de nouvelles caméras pour la modique somme de 750 000 € !

Lors du Conseil municipal, les élus écologistes demandent ce qu’il en est au maire et à son premier adjoint, stupeur générale dans les rangs de la majorité municipale qui n’était pas au courant, et les deux intéressés sont restés dans un silence très gêné.

La majorité (droite-gauche) avait pourtant solennellement décidé de faire l’évaluation des premières caméras (non mises en route) avant toute nouvelle installation.

Vous avez dit majorité de godillots ?

Tout le monde il est beau…

Publié le 3 décembre 2010

Le chômage a baissé, les déficits publics diminuent, la reprise économique est en cours, et on en passe… C’est en substance (si l’on ose dire) ce que M. Chamussy a déclaré en conseil municipal de Grenoble le 29 novembre dernier. De deux choses l’une, ou bien celui qui se veut le chef de file de la droite municipale arrivait tout juste d’une planète peuplée de bisounours, ou bien il faut voir dans ce discours un effet de la mise sous tutelle de la fédération de l’Isère décidée par N Sarkozy. Transformer à ce point la réalité, croire ou faire croire à l’existence d’un monde imaginaire… Nous pencherions volontiers pour la deuxième hypothèse.

Le Préfet laisse les sans-abris trop longtemps dans le froid glacial!

Publié le 3 décembre 2010

Les associations humanitaires protestent contre l’inaction ou la lenteur du Préfet pour l’hébergement d’urgence, alors qu’il reste des centaines de personnes à la rue en cette période de grand froid. Le Préfet se décharge trop facilement des responsabilités de l’Etat sur les associations et sur les collectivités.

La mise à l’abri de la neige et du froid des personnes campant depuis début août dans le camp du Rondeau a été organisée dans l’improvisation totale le 30 novembre. Il a fallu attendre plus de 3 mois pour qu’enfin  le droit commun soit appliqué en particulier pour les familles avec des enfants qui venaient encore de passer des nuits dehors dans le froid et sous les premières neiges.

Rappelons que les Roms ont été mal traités ces derniers mois. Après leur expulsion par les bulldozers et la police du campement des bords de la rocade sur début août, ils ont été transférés sur le camp de grand passage du Rondeau géré par la Métro.

Au début, il a été interdit à ces personnes de faire du feu (y compris pour se faire chauffer quoi que ce soit). Alors qu’ils savent se débrouiller pour se construire des abris, la Métro a interdit toute installation autre que les tentes premier prix (sans double toit) fournies par le CCAS de Grenoble. Pas de toilettes, des WC de chantier placés en plein milieu de l’aire au vu et su de tous, l’électricité pourtant installée pour les gens du voyage n’a pas été branchée.

Vu la vague de froid, il aurait fallu loger ces gens ailleurs, ce n’est que le 30 novembre que le camp a été évacué. Malgré les alertes météo, la Préfecture a attendu 18h,  la nuit et la neige drue, pour enfin accepter de remplir sa mission.

Les familles ont été dirigées vers les lieux prévus depuis la semaine dernière (appartements, mais aussi caravanes pas chauffées). Il a été proposé sans autre choix aux adultes sans enfants d’aller dans un hangar industriel désaffecté au 9 rue Prosper Mérimée derrière la Bifurk. Aucun moyen de transport n’a été mis à leur disposition et des bénévoles ont du faire la navette avec quelques voitures. Sur place, ils ont trouvé un hangar glacé dans lequel on installait une soufflerie. La Croix Rouge installait des lits de camp. Pas de séparation hommes/femmes. Pour la nourriture, il a fallu compter sur soi-même et des voisins venus apporter des biscuits. Bref une improvisation totale et des conditions d’hébergement indignes.

Lire le reste de cet article »

Sarkozy ordonne la mise sous tutelle de l’UMP 38

Publié le 3 décembre 2010

Non, les élections pour la Présidence de l’UMP38 n’auront pas lieu avant le printemps 2011 car Sarkozy et Coppé ont décidé de la mise sous tutelle nationale de l’UMP 38. Sarkozy aurait même dit qu’il fallait tourner la page Carignon. Il serait temps ! Mais cette page a été si souvent faussement tournée qu’il faut être prudent dans les annonces définitives. Le corrompu doit toujours rembourser ses dettes au Conseil général de l’Isère, il ne faudrait pas que la page se tourne à ce sujet.

Nous ne pouvons que nous réjouir de voir la droite UMP paralysée dans l’Isère et à Grenoble. Elle semble tirer un trait sur les prochaines cantonales de mars 2011.

Cherchez la femme !


Publié le 3 décembre 2010

Dans Isère Magazine de novembre 2010, p9, sous le titre “Oui à Center Parcs !” on voit une photo réunissant, autour de A. Vallini, Président du Conseil général de l’Isère, et de Gérard Brémond, PDG de Pierre & Vacances (le groupe qui porte le projet), une brochette de pas moins de 30 personnalités, dont… une seule femme ! Laquelle n’a pas l’honneur d’être citée dans la légende de la photo, à moins qu’il ne s’agisse de Mme “Chambre de Commerce et d’Industrie de Grenoble Gilles Dumolard (représenté)” ?

Cette photo de maires, conseillers généraux, et autres présidents de chambres consulaires, masculine à outrance, monocolore et d’une moyenne d’âge de 50-55 ans à vue de nez est-elle censée être représentative des forces vives de notre département ?

Il est temps de changer ! ça tombe bien, pour mettre du Rouge & du Vert dans le conseil général, en mars 2011 il y a des élections cantonales !

« Play Grenoble » !

Publié le 3 décembre 2010

Le marché de Noël s’est installé de la Place Victor Hugo au jardin de Ville… même l’Office du Tourisme y a son petit chalet avec ses agents d’accueil dans leur nouvelle tenue vert-pomme prêts a vous renseigner, avec un détail : cette tenue est siglée d’un logo accompagné de la formule «Play Grenoble »… ?

Quelle signification peut avoir cette formule ? S’agirait-il du nom que va prendre l’offre touristique Grenobloise chargée de regrouper différentes entités autour de l’Office du Tourisme, suite à un grand remodelage ?

Les Grenoblois le sauront bien assez tôt lorsque ce projet leur sera présenté… Nous noterons encore une fois le manque de concertations et de débats autour de cette restructuration. Décidément cette majorité a un problème avec la démocratie participative…

Mais ce nouveau nom vous play t’il ? Est ce que ça fait assez « high tech » pour plaire au maire ?

Perdu de vue

Publié le 3 décembre 2010

Il arrive parfois que l’on s’interroge sur le parcours de certains hommes politiques disparus d’un coup du devant de la scène qu’ils occupaient pourtant depuis de nombreuses années. Tenez, par exemple, Michel Hannoun. Médecin de formation, ancien député-maire de Voreppe, ancien président du Conseil général de l’Isère, M. Hannoun est aujourd’hui membre de la commission nationale santé de l’UMP et membre du conseil de surveillance de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris. Jusque là rien d’exceptionnel, sauf si l’on sait que ce médecin, ancien parlementaire, a su mettre les deux versants de sa brillante carrière au service des laboratoires Servier, dont il est également directeur des études. Quoi de mieux en effet qu’un médecin pour faire du lobbying en faveur des médicaments auprès de ses ex-collègues parlementaires. Les Laboratoires Servier ? Le fabricant et distributeur du Médiator, médicament vendu d’abord comme antidiabétique puis comme coupe faim et qui à force de ravage (500 morts selon la sécurité sociale) a finalement été retiré de la vente grâce au long combat mené par une pneumologue de Brest, I. Frachon. Quelque chose à rajouter M. Hannoun?

GF 38 ça urge !

Publié le 3 décembre 2010

Le 30 novembre l’organisme de contrôle et de gestion du football Français (DNCG) a demandé au club de produire pour le 9 décembre un certain nombre de documents et par conséquent décidé de mettre sa décision définitive en délibéré. M. Ino (directeur général délégué du GF38) a transmis ces demandes à l’actionnaire majoritaire du club, qui est coutumier du fait de ne pas fournir les documents dans les délais exigés par la DNCG. En attendant, sur le plan sportif, après une saison catastrophique en ligue 1, le club est lanterne rouge de la ligue 2, et en a sans doute assez d’être mis à l’index.

Le GF 38 sera-t-il vendu avant le 9 décembre ? Suspens insoutenable !