Archives du 9 septembre 2011

Le logement social n’aurait plus la priorité dans la majorité municipale !

Publié le 9 septembre 2011

Contrairement aux idées reçues, de nombreux grenoblois sont favorables au logement social de qualité. Rappelons que plus des deux tiers des ménages peuvent prétendre accéder au logement social, qui est un outil de la solidarité ainsi qu’un moyen de lutte contre la spéculation foncière et immobilière, laquelle devient insupportable à Grenoble.

Un riverain d’une opération de la rue Vaujany nous a exprimé sa tristesse d’observer que cette opération de 15 logements sociaux construits par ACTIS est encore contestée et pourrait ne pas voir le jour. Que les riverains contestent, c’est souvent le cas et c’est leur droit le plus strict, mais que l’adjoint à l’urbanisme les soutiennent est beaucoup plus grave. Après l’opération Painlevé qui a été abandonnée, avec une promesse de l’adjoint à l’urbanisme de proposer rapidement un autre tènement, voilà une seconde opération qui pourrait ne pas aboutir.

Lire le reste de cet article »

Le point sur le dossier Presqu’île

Publié le 9 septembre 2011

PLU : la majorité municipale admet enfin qu’elle s’est trompée…

Le 16 mai 2011, le Tribunal administratif annule la révision simplifiée du PLU (Plan Local d’Urbanisme) de la Presqu’île. Au lieu d’admettre immédiatement son erreur, la majorité municipale a essayé de faire croire que la faute était imputable à ceux qui avaient dénoncé l’illégalité d’une révision simplifiée pour une opération (l’aménagement de la Presqu’île) de cette importance ! Pourtant, la majorité municipale aurait eu la possibilité de faire appel de ce jugement, mais elle ne l’a pas fait, reconnaissant implicitement son erreur. En conséquence le plan d’urbanisme actuellement en vigueur sur la Presqu’île est l’ancien PLU.

Une très bonne nouvelle : les dernières traces de la Rocade s’effacent…

Une modification simplifiée du PLU est en cours, qui doit supprimer des emplacements réservés, en particulier ceux pour la rocade-nord, ce qui signifie l’abandon pour longtemps (espérons pour toujours) de ce projet d’un autre âge, pourtant vivement soutenu par le maire et sa majorité (cela faisait partie des promesses du candidat Destot). Des registres sont ouverts jusqu’au 5 octobre à la mairie et à la Plateforme pour recueillir les observations du public.

Pour une révision globale du PLU de Grenoble

Publié le 9 septembre 2011

Au lieu de faire des projets d’urbanisme morceaux par morceaux, sur mesure pour le plus grand bonheur des intérêts des promoteurs immobiliers, il faudrait maintenant que soit lancée une grande réflexion sur une révision globale du Plan local d’urbanisme (PLU) sur toute la ville afin de dessiner la ville de demain (à taille humaine). Une «ville en transition» c’est-à-dire, plus économe en ressources, en énergie, prenant mieux en compte l’insertion de la ville de Grenoble dans son territoire réel plus vaste, écologique, économique et social et non celui de la mondialisation financière et technologique. Il y a un mouvement international des villes en transition (http://villesentransition.net/) avec des mesures à mettre en œuvre par les gens au quotidien.

Lire le reste de cet article »

Les tarifs de la Compagnie de Chauffage en débat

Publié le 9 septembre 2011

Les semaines qui viennent vont être cruciales pour la fixation de nouveaux tarifs du chauffage urbain par le vote d’un nouvel avenant à la concession par les communes délégantes. En effet, la direction de la Compagnie de Chauffage soucieuse de faire d’importants profits pour rémunérer directement ou indirectement ses actionnaires se bat pour éviter une diminution trop forte des tarifs.

Par ailleurs, au cours des derniers mois, les maires des communes se sont trouvés confrontés aux sollicitations de plus en plus virulentes du collectif “Pour un chauffage urbain juste et solidaire” : ce collectif qui regroupe de nombreuses copropriétés et associations de locataires, dénonce, au nom des usagers, des tarifs ne répondant pas aux exigences d’un service public digne de ce nom.

Le 30 août dernier, des salariés de la CCIAG (dont des membres du comité de direction) ont signé un courrier pour faire pression sur les maires des communes délégantes et les membres du Conseil d’Administration de la SEM.

Ce courrier adressé au maire de Grenoble (et curieusement à en tête officiel de la CCIAG : serait il piloté par la direction ?), attaque l’ADES, l’OFiPoPu et les copropriétés qui se mobilisent. Extraits :

Lire le reste de cet article »

La rentrée à Mounier, un goût amer

Publié le 9 septembre 2011

Il s’avère que la capacité réelle d’accueil du lycée Mounier, dans de bonnes conditions pour les élèves, était beaucoup plus importante que ce qui avait été indiqué par le Président de la Région et le Recteur d’Académie qui a suivi aveuglément les contre vérités de JJ. Queyranne. La rentrée s’est donc faite dans de très bonnes conditions et même sans les préfabriqués le lycée aurait pu recevoir plus de 3 classes de secondes.

Toujours aussi subtil, le Recteur s’obstine. Par exemple à France Bleue Isère le 2 septembre il déclare : “Maintenir des gamins dans des algecos pour préparer le bac, en sachant qu’en plus ils iront déjeuner à un quart d’heure à pied de leur établissement, le tout à l’heure de travaux très lourds (…) c’est prendre en otage des jeunes pour satisfaire je ne sais quel intérêt….” ; “Moi je pense que certains gamins fragiles verront ce que c’est d’être dans un lieu contraint, une cour réduite et dans des algecos qui ne sont pas favorables à la vie des jeunes”,

Lire le reste de cet article »

Ligne E du tram, c’est parti, mais…

Publié le 9 septembre 2011

Le 19 avril 2011, la commission d’enquête sur l’utilité publique de la ligne de tram E rendait son rapport et ses conclusions avec un avis favorable et deux réserves : vérifier le tracé de la ligne E à l’Esplanade et assurer la signature du contrat d’axe avant d’autoriser le projet.

La majorité municipale (gauche-droite) de Grenoble, contre l’avis du CCS2 et des habitants de l’Esplanade (pourtant les premiers intéressés) a poursuivi dans l’erreur en imposant le tracé du tram à l’extérieur du prochain quartier de l’Esplanade. Et le contrat d’axe a été signé entre le SMTC et les quatre communes intéressées. Comme nous l’avons signalé, ce contrat d’axe (qui n’est que moral et n’a pas de valeur juridique) a été élaboré en dehors de toute information, concertation ou consultation des citoyens ; pourtant, il entraîne des conséquences importantes pour l’avenir. Encore une fois la charte de la démocratie locale a été oubliée…

Conformément à la loi, le 11 juillet 2011, le SMTC a voté la déclaration de projet qui réaffirme, de son point de vue, l’intérêt général du projet de ligne E (unanimité moins deux abstentions). Le 26 août 2011, le Préfet de l’Isère a arrêté la Déclaration d’Utilité Publique (DUP), signant le lancement réel de l’opération.

Divers recours d’habitants ont été déposés contre des décisions du SMTC. Un référé suspension sera jugé le 27 septembre au Tribunal administratif de Grenoble, il concerne des aspects financiers du projet.

Le SMTC manque de transparence financière

Publié le 9 septembre 2011

Depuis des années, le SMTC demande à l’agence de notation internationale Fitch Ratings d’examiner ses finances afin de faire valoir sa bonne santé financière auprès des banques pour obtenir des emprunts à des taux intéressants.

Fitch Ratings rendait chaque année une notation plutôt correcte (A+ pour le long terme) sur la situation financière du SMTC. La dernière notation a été rendue fin juillet 2010. En voici de courts extraits :

« Les notes reflètent en premier lieu le statut d’établissement public local du SMTC, ce qui lui confère une garantie implicite de la part de ses deux collectivités locales mandantes (CLM) à savoir le Département de l’Isère et la Communauté d’agglomération de Grenoble (« la Métro »). Si le SMTC devait cesser ses activités, son actif et son passif seraient transférés aux CLM. Ainsi, les notes du SMTC sont liées à la solvabilité des deux CLM. […]

L’encours de dette qui a fortement crû depuis 2003 culminait à 626,5 millions d’euros en 2009. La capacité de désendettement, crédit‐bail de 50 millions d’euros inclus, était de 17,5 ans en 2009, contre 23 ans en 2008. Grâce aux subventions octroyées par l’Etat et les CLM pour le financement des investissements, celle‐ci devrait rester inférieure à 25 années jusqu’en 2014. »

 On attendait la notation en 2011, mais le 14 avril 2011, un communiqué laconique tombe :

Lire le reste de cet article »

Les emprunts toxiques frappent la Métro

Publié le 9 septembre 2011

De nombreuses collectivités locales ont acceptées, ces dernières années, de certaines banques, des propositions d’emprunts dits structurés qui sont devenus toxiques suite à la crise des « subprimes », ou qui le deviennent avec la crise financière actuelle. Par exemple, pour payer le stade, la Métro avait accepté un prêt basé sur le différentiel euro/ franc suisse. Tant que l’euro était fort, les taux d’intérêts étaient très faibles, mais maintenant que l’euro se déprécie, les taux d’intérêts grimpent à des niveaux très importants (ils peuvent allègrement dépasser les 10 %). Heureusement le montant de l’emprunt toxique (environ 20 M€) représente une petite partie du stock de la dette de la Métro (350 M€) et donc l’augmentation des frais financiers ne mettra pas en grand péril les finances de cette collectivité, mais cela dénote une faute de gestion de l’ancien Président et de la Vice Présidente aux finances du mandat précédent. D’autres collectivités sont atteintes violemment, par exemple la commune de Saint Etienne ou plus près de chez nous la commune d’Allevard.

L’UMP 38, toujours la cacophonie !

Publié le 9 septembre 2011

Le nouveau Président de l’UMP38 a tenu à faire sa rentrée politique très tôt. On ne sait toujours pas si son choix de secrétaire départemental, le très « carignonesque » Julien Polat, a été accepté par l’UMP national.

Le nouveau président s’est contenté d’attaquer la gestion financière du PS dans les différentes collectivités locales, sans apporter la moindre nouveauté dans son discours. La pauvreté de sa prestation se devine dans le compte rendu des médias de cette conférence de presse. Pas un mot sur les sénatoriales du 25 septembre où la droite présente 4 listes dont 3 sont menées par des adhérents de l’UMP38, démontrant l’incapacité de ce mouvement d’avoir une action collective un tant soit peu construite. L’UMP va donc poursuivre sa décomposition car le nouveau Président de l’UMP38 ne semble pas être en capacité de redresser la situation, ce qui n’est pas pour nous déplaire…

Quand un UMP38 bat la campagne

Publié le 9 septembre 2011

Elu depuis 1971 à diverses fonctions : maire, conseiller général, conseiller régional, député, Bernard Saugey, sénateur sortant qui conduit l’une des quatre listes de droite, sait parler aux grands électeurs qui vont se prononcer le 25 septembre prochain. On ne s’étonnera pas de sa conception toute particulière de la politique qui fait, qu’en tant que sénateur, son carnet d’adresses est une qualité essentielle à ses yeux. L’un de ses principaux engagements consiste à “Renforcer la défense juridique et judiciaire des élus”. Voilà qui témoigne d’un souci constant de l’intérêt général, qui en douterait ? D’ailleurs ne met-il pas en avant ses “expérience et compétence au service de tous” ?

Lire le reste de cet article »