Archives pour le mot-clef ‘Alpexpo’

Conseil municipal lundi 17 décembre à 17 h

Publié le 14 décembre 2012

Avant les fêtes de fin d’année, les conseillers municipaux risquent l’indigestion vu le menu proposé au dernier conseil municipal de 2012 :

  • Vote du budget 2013, dont les habitants n’ont pas eu connaissance car il est très différent de ce qui a été présenté lors des deux réunions publiques et lors du conseil municipal du 19 novembre sur les orientations budgétaires.
  • La transformation de la ZPPAUP (Zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager) en AVAP (Aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine), c’est la conséquence du Grenelle de l’environnement, ce peut être la meilleure ou la pire des choses. En général avec cette majorité, en urbanisme, on doit s’attendre au pire. Il y aura une enquête publique avant que cette transformation soit actée.
  • Le rapport de la mission d’évaluation sur Alpexpo, enfin tout (ou presque) va être dit sur cette gestion calamiteuse durant ces dernières années et particulièrement de 2009 à 2011. Il faudra bien en tirer tous les enseignements et désigner les vrais responsables qui ont laissé se creuser un trou financier de plus de 2,4 M€ aux frais des contribuables.
  • Les rapports d’activité d’ACTIS, De Grenoble Habitat, d’Alpexpo, de la SEM Innovia… et de GEG. Il aurait été plus démocratique d’avoir eu le rapport de GEG avant que le conseil municipal ne se prononce en catastrophe pour une nouvelle délégation de 30 ans !
  • Stade Lesdiguières, lancement de travaux d’agrandissement… Mais pourquoi laisser vide le stade des Alpes et de dépenser encore des sous dans un autre stade alors que l’argent manque cruellement ?
  • Nano 2012, encore de l’argent gaspillé versé à une grande multinationale qui s’apprête à licencier. Dans ce programme, l’Etat aura versé 477 M€ et les collectivités 75 M€, soit beaucoup plus que le coût des emplois créés par ST.
  • Etc etc

Alpexplose !

Publié le 22 juin 2012

Tous droits réservés (photo DR)

Voilà un bilan qu’on ne pourra pas effacer de si tôt. Une ardoise qui a évolué au fil des mois et des mauvaises surprises pour afficher actuellement un déficit de 2,5 M€, 17 licenciements, des procédures judiciaires, des salons et expositions en capilotade et le 7 juin dernier une condamnation en première instance par le Conseil de Prud’hommes, première probable d’une série, pour harcèlement.

ALPEXPO devra donc verser à l’un de ses cadres 128 198 €, une paille au regard du reste. On dit merci qui ? Merci G. Chanal directeur général pendant quelques trimestres, merci au conseil d’administration et à son président A. Pilaud restés de glace pendant que le directeur général exerçait ses multiples talents.

Enfin et surtout merci Monsieur le Maire !

Lire le reste de cet article »

ALPEXPO, où va s’arrêter le déficit ?

Publié le 25 mai 2012

Tous droits réservés (photo DR)

Le conseil d’administration d’Alpexpo du 21 mai a arrêté les comptes 2011. Une indiscrétion de l’un de ses membres nous apprend que le déficit au 31 décembre 2011 n’est pas de 1,9 M€ comme prévu en mars 2012 mais de 2,4 millions d’euros ! Rappel : le chiffre d’affaire d’ALPEXPO est inférieur à 8 M€. Comment un tel trou a-t-il pu se creuser sans que les systèmes de contrôle ne fonctionnent ?

L’ancien directeur, parti en catastrophe fin 2011 après avoir licencié brutalement une grande partie du personnel, annonçait en novembre 2011 un déficit prévisionnel de seulement 0,48 M€. Ce directeur, toujours responsable du Palais des Sports a été activement soutenu et continue de l’être par le maire qui le considérait « indispensable ». Nous attendons avec impatience les résultats de la mission mise en place par le conseil municipal pour qu’enfin toute la lumière soit faite sur ce qui s’est réellement passé dans cette société dont les actionnaires principaux sont Grenoble et la Métro. ALPEXPO est une société d’économie mixte qui gère en délégation un service public de la Ville de Grenoble. La responsabilité de la majorité municipale est donc complètement engagée. De plus elle vient de verser 1 millions d’euros à la SEM sans s’inquiéter de la réalité de sa situation financière. Le maire, qui est très préoccupé par sa carrière politique devrait s’intéresser un peu plus à la Ville et en premier lieu, appliquer le principe de précaution, en changeant ce qui pourrait devenir « l’encombrant  » directeur du Palais des Sports.

Les visions d’avenir du Président de la Métro : attention à l’indigestion

Publié le 18 mai 2012

Le Président de la Métro a fait le point sur les grands dossiers d’avenir de l’agglomération (DL du 11 mai 2012) : la ZAPA, Alpexpo, le téléphérique vers le Vercors et des nouvelles compétences. Attention à l’indigestion financière.

La ZAPA (Zone d’actions prioritaires pour l’air)

« La ZAPA, il faut y aller, mais sans pénaliser l’activité économique ni les habitants. On a un an de boulot avant de commencer à dire les choses publiquement, car il faut prendre une décision qui n’amène pas à un rejet ». Donc on prépare tout discrètement et on exposera au bon peuple les solutions qui feront son bonheur. Ce n’est pas un modèle de démocratie locale. La Métro a commandé un sondage mais le Président ne se pose même pas la question du débat public préalable à une telle expérimentation. Les 3 communes (Grenoble, La Tronche et Saint Martin d’Hères) qui vont voir l’expérimentation de la ZAPA sur une partie de leur territoire devraient pendre les devants et organiser l’information et le débat sur cette épineuse question. La Métro devrait mettre au débat public les différents scénarios et les compensations qu’elle va pouvoir apporter à ceux qui se verraient interdire de circuler dans la ZAPA.

 

Lire le reste de cet article »

ALPEXPO, dernières informations

Publié le 4 mai 2012

Tous droits réservés (photo DR)

Voila une société d’économie mixte dont les actionnaires principaux sont la ville de Grenoble et la Métro qui a été mise en état de quasi-faillite sans que les mécanismes de contrôle aient fonctionné. Jamais une telle situation n’aurait pu se développer dans une gestion en régie. Dans ce cadre, le trésorier public n’aurait jamais accepté de payer des dépenses sans savoir qui les avait décidées et quand ! Les mécanismes de contrôle de l’argent public sont parfois contraignants mais ils permettent d’éviter les dérives trop faciles de certaines gestions privées entre les mains d’individus incompétents ou peu scrupuleux (pour ne pas dire plus). Le Conseil municipal de Grenoble a mis en place une mission d’information et d’évaluation (MIE) pour tenter de faire la lumière sur la situation financière d’ALPEXPO. La Métro y participe. La majorité municipale a décidé d’accorder une avance en compte courant d’associés de 1 M€ à la SEM. En revanche la Métro, sollicitée à hauteur de 0,8 M€, a refusé de verser immédiatement cette somme faute d’avoir obtenu les assurances escomptées. Pour éclairer son choix, elle a donné à un cabinet d’experts mission de l’informer sur la réalité de la gestion comptable 2011 et sur le budget prévisionnel 2012 de la SEM. L’analyse du cabinet n’a visiblement pas permis d’apporter les réponses attendues par la Métro en raison d’un manque inquiétant d’informations fiables.

Lire le reste de cet article »

Alpexpo : les mécomptes

Publié le 30 mars 2012

Tous droits réservés (photo DR)

On ose espérer que la mission d’Information, d’Evaluation et de Prospective sur Alpexpo décidée récemment en conseil municipal n’aura pas le sort généralement réservé à toute commission créée en urgence, c’est à dire l’enterrement en bonne et due forme d’un sujet épineux. Et des épines on peut dire que, contrairement à son budget, Alpexpo en a été richement dotée, particulièrement ces trois dernières années.

A commencer par l’arrivée tonitruante de G. Chanal le nouveau directeur général. Malgré les signes avant-coureurs et les syndicats du personnel qui avaient alerté les responsables (Maire, adjoint aux finances, Pdt d’Alpexpo, conseil d’administration…) sur le bilan économique qualifié par eux de catastrophique depuis l’arrivée de G. Chanal, il aura fallu que tout s’embrase pour qu’enfin il y ait une réaction. La Ville a décidé « un apport en compte courant », manière de combler en partie le trou financier dont l’ampleur (1,9 M€) en si peu de temps est inédite.

Lire le reste de cet article »

ALPEXPO suite : repères

Publié le 30 mars 2012

Tous droits réservés (photo DR)

Les deux principaux actionnaires d’ALPEXPO sont la ville de Grenoble, 35% et la Métro, 30%. Le conseil d’administration de la SEM du 1er mars a fait un appel aux actionnaires pour faire une avance financière en compte courant d’associés. Pour l’instant, seule la ville de Grenoble a décidé de verser 1 M€ à ALPEXPO ; la Métro, plus prudente lance une expertise avant d’éventuellement engager des fonds publics supplémentaires.

Les oppositions municipales ont voté contre. Le groupe des élus « Ecologie et Solidarité » a refusé que cette somme soit versée sans une analyse préalable de la situation financière de la SEM, présentée au Conseil municipal. C’est la moindre des exigences, puisque la loi impose que les élus votent en toute connaissance de cause, ce qui n’est pas le cas ici.

De plus la loi interdit à une commune comme à la Métro de verser des fonds si les capitaux propres de la SEM sont inférieurs à la moitié du capital social, ce qui est manifestement le cas. La majorité municipale joue sur les mots, et prétexte que les comptes n’étant pas encore arrêtés, cette interdiction ne vaut pas. Elle fait ainsi une erreur manifeste d’appréciation. Que dira le préfet lors de son contrôle de légalité ? Le chantage à l’urgence qui a été évoqué lors de ce conseil n’avait pas lieu d’être. Rappelons que les mécanismes de contrôle n’ont pas fonctionné et qu’il en va de la responsabilité du maire.

L’homme qui valait 1,9 millions d’euros

Publié le 23 mars 2012

Tous droits réservés (photo DR)

Bon an mal an, malgré les aléas économiques, la SEM (Société d’Economie Mixte) Alpexpo a toujours su maintenir ses activités : foires, salons, congrès… On ne peut pas en dire autant de l’Association Palais des Sports qui, pour continuer de fonctionner, n’a jamais cessé d’être renflouée par la Ville de Grenoble. Or comme nous l’avons relaté, ces dernières semaines c’est la panique à Alpexpo. Le Conseil d’Administration demande à ses actionnaires de verser en urgence 2 M€. Une décision qui sera soumise au conseil municipal lundi 26 mars. Comment en est-on arrivé là?

Petit retour sur l’histoire récente. En place depuis les années 1990, le directeur général d’Alpexpo est soudainement remercié en 2008. Guy Chanal lui succède en janvier 2009, tout en conservant la direction du Palais des Sports. Une situation plutôt inédite qui voit un homme cumuler à plein temps deux fonctions dans deux structures aux statuts différents, association et SEM. M. Destot ne tarit pas d’éloges sur cet homme qui à coup sûr va « sauver » Alpexpo. D’emblée, après avoir pris connaissance des comptes de l’entreprise, G. Chanal exige du conseil d’administration d’avoir carte blanche en échange de quoi, il s’engage à réduire de moitié le déficit qu’il évalue à 1 M €.

Lire le reste de cet article »

Alpexpo, du très mauvais bricolage financier

Publié le 16 mars 2012

Tous droits réservés (photo DR)

C’est la panique à la mairie de Grenoble et à ALPEXPO, le conseil d’administration de la SEM (Société d’Economie Mixte) a demandé le 1er mars 2012 aux actionnaires de verser d’urgence 2 millions d’euros en compte courant d’associés, car les banques ne se précipitent pas pour prêter à une société en aussi mauvaise santé. Ces apports seront rémunérés au taux de 1% et le seront pour une durée d’un an renouvelable jusqu’à 4 ans.

Mais la loi précise que cette avance ne peut pas être versée si les capitaux propres deviennent inférieurs à la moitié du capital social (somme réellement versée par les actionnaires). Or fin 2010 les capitaux propres de la SEM étaient de 0,864 M€ et la moitié du capital social de 0,762 M€.

Le résultat de 2011 est très négatif et les capitaux propres fin 2011 très inférieurs à la moitié du capital social. Cet apport en compte courant n’est alors pas possible, à moins de faire semblant de ne pas arrêter les comptes à temps ou de ne pas connaitre le résultat de l’année écoulée. Tout cela s’apparente à du mauvais bricolage.

Lire le reste de cet article »

ALPEXPO suite

Publié le 10 mars 2012

L’opposition de droite UMP avait demandé au maire de mettre en place une mission municipale d’information et d’évaluation sur ALPEXPO. Le maire n’avait pas daigné répondre.

Le 2 mars 2012, les présidents des 7 groupes de la majorité municipale (3 groupes de droite, 3 groupes dits de gauche et un groupe mi-droite, mi-gauche) ont fait la même demande. Il faut dire que c’est un peu la panique dans la majorité, suite à la communication du commissaire aux comptes de la SEM sur les comptes 2011. La presse a fait état d’un déficit de 1,9 M€. L’ancien directeur général, qui a démissionné, après un passage éclair, a donné des informations qui ne confirment pas ce chiffre. D’après lui le résultat net fin 2011 devrait être négatif de seulement (!) 485 000 €. Les résultats nets cumulés depuis 2007 jusqu’en 2010 atteignent -1,008 millions d’€. On est loin des 1,9 M€ annoncés. C’est plutôt l’opacité.

Lire le reste de cet article »

ALPEXPO en faillite ?

Publié le 3 mars 2012

Les élus Ecologie et solidarité n’ont pas de représentants au conseil d’Administration de la société d’économie mixte ALPEXPO, ils apprennent donc par la presse le résultat catastrophique d’Alpexpo pour l’année qui vient de s’écouler. Il est annoncé un déficit de 1,9 M€ ! Sachant que les capitaux propres n’étaient que de 0,86 M€ fin 2010, cela veut dire maintenant pour la SEM des capitaux propres négatifs !

Les explications données sur la responsabilité de la crise sont un peu courtes. La crise économique dure depuis un certain temps et la SEM aurait dû s’adapter à cette nouvelle situation. La majorité municipale a décidé en 2009 d’engager, en tant que propriétaire des bâtiments, 12 M€ de travaux de rénovation jusqu’en 2013 et a changé le directeur général, en nommant à sa place Guy Chanal  le 21 janvier 2009. Il a souhaité très rapidement réorganiser ses services dans un souci de performance et d’économie de charges de fonctionnement. Ainsi 15 postes de permanents sur 53 ont été supprimés dès la première année de sa prise de fonction. Les méthodes musclées de ce directeur, formé aux affaires par le maire corrompu, ont entrainé des plaintes auprès de l’inspection du travail qui, après une enquête approfondie, a rédigé un PV pour harcèlement moral caractérisé. A la suite de quoi le parquet a ouvert une enquête préliminaire qui est toujours en cours… Ce directeur qui est récemment parti avait promis la limitation du déficit, on voit ce qu’il en est.

Lire le reste de cet article »

ALPEXPO, la droite joue du pipeau !

Publié le 14 janvier 2012

L’UMP grenobloise essaye de se faire mousser en prenant comme cheval de bataille la SEM ALPEXPO, son vrai nom « Société d’Amélioration et d’Exploitation des Biens de Grenoble et de l’Agglomération ».

Cette société d’économie mixte a pour actionnaires principaux la ville de Grenoble (35%), la Métro (30%), la Caisse des dépôts (11%), le Dauphiné Libéré (6,8%), les Affiches de Grenoble et du Dauphiné (6%), la Chambre de commerce (5%), les banques Crédit Agricole (3%) et Caisse d’Epargne (3%)… Elle est présidée par M. Pilaud, adjoint au maire de Grenoble, et parmi les administrateurs figurent par exemple Mme Fioraso et M. Savin pour La Métro, M. Thiar, Mme Népi et Mme Bon pour la ville, M. Burba pour la chambre des métiers, M. Dumolard puis M. Vaylet pour la chambre de commerce, des représentants du Dauphiné Libéré, des Affiches de Grenoble, du Crédit Agricole, de la Caisse d’Epargne, de la chambre d’agriculture.

Lire le reste de cet article »

Série circassienne

Publié le 22 juillet 2011

Ah ! L’honneur ! que ne ferait-on en son nom, surtout quand il prend la forme d’une breloque remise en légion sous les ors de la République. La dernière livraison du mois de juillet 2011 mérite un éclairage spécial. C’est d’abord P. Gascon décoré des insignes de grand officier. « Grand résistant » certes, mais aussi juge au tribunal de commerce, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI), conseiller général et régional ; et surtout premier adjoint du maire corrompu pendant 12 ans, puis maire par intérim quand ce dernier était « empêché », autrement dit incarcéré. En remettant ces insignes à P. Gascon, en présence de A. Carignon (toujours là où il faut) N. Sarkozy a eu cette phrase définitive « Vous avez toujours été fidèle à vos idées et à vos amis. Vous imaginez combien ce trait de caractère ne peut me laisser indifférent ».

Lire le reste de cet article »