Archives pour le mot-clef ‘analyses électorales’

Primaires socialistes – Analyse à Grenoble

Publié le 15 octobre 2011

La très forte participation des citoyens sympathisants de gauche est riche d’enseignements.

A Grenoble, 8 999 électeurs se sont déplacés. Par rapport aux 83 069 inscrits cela peut sembler un peu faible (11%) mais si on compare avec les votes exprimés lors des élections régionales de 2010, c’est comparable (94%) au nombre de voix qu’avait obtenu la liste PS au 1er tour : 9 539 voix !

On observe les mêmes comportements électoraux que pour des élections locales, avec une plus faible participation dans les bureaux de vote les plus populaires (exemple Village Olympique qui n’a que 6,4% des inscrits comme votants).

Mais les électeurs du PS ne sont pas les seuls à s’être déplacés. Beaucoup d’électeurs de gauche et écologistes sont allés voter.

En effet dans 5 bureaux de vote où le vote PS est fort (dépasse 50 % du score de la gauche et écologistes aux régionales), le taux de votants par rapport au vote PS aux élections régionales est plus faible que la moyenne avec 72 % au lieu de 94 %. Dans 8 bureaux de vote où le PS est plus faible à gauche (41% de la gauche) c’est le contraire il y a un plus fort taux de vote par rapport au vote PS des régionales : 111 %. Donc de nombreux électeurs de gauche et écologistes qui n’ont pas voté PS aux régionales ont participé à ces primaires. Le vote de ces électeurs profite à Aubry et à Montebourg.

Lire le reste de cet article »

Sénatoriales, un échec de la droite

Publié le 29 septembre 2011

Le sénat qui bascule à gauche, c’était un rêve, c’est maintenant une réalité. Que ce soit nationalement ou dans l’Isère, la poussée de la gauche et des écologistes s’apparente à un raz de marée.

Alors qu’en 2001, en Isère, la droite était largement majoritaire (52%) parmi les grands électeurs, elle est, en 2011, largement minoritaire (46 %). La gauche traditionnelle a réalisé un très bon score (46 %) alors qu’elle ne faisait que 40 % en 2001.

Les écologistes progressent en voix (+ 29%) malgré la perte de 18 grands électeurs à Grenoble suite à la perte d’élus à Grenoble (11 en 2001 dans la majorité et 6 en 2011 dans l’opposition). La campagne dynamique de R. Avrillier et de ses colistières et colistiers a permis cette progression malgré la pression du vote utile

Le rejet de la politique gouvernementale, accentuée par la multiplication des listes, a fait perdre la droite. Par exemple en Isère la somme des différentes listes de droite (hors extrême droite) atteint 1269 exprimés contre 1270 pour la liste de la gauche traditionnelle ! Unie elle aurait pu disputer le 3ème siège et c’est dans de nombreux département la même situation.

Au niveau national, c’est avec les écologistes que la gauche gagne le sénat ; il est regrettable que R. Avrillier ne puisse apporter ses compétences dans cette assemblée qui doit contrôler l’exécutif (et il y en a bien besoin) et voter les lois.

Sénatoriales comment ça marche

Publié le 31 mai 2011

Les élections sénatoriales auront lieu le 25 septembre 2011. Seuls les grands électeurs pourront voter, pour l’Isère ils désigneront 5 sénateurs au scrutin de liste à la plus forte moyenne.

Il s’agit d’un mode de scrutin archaïque à plusieurs titres :

  • ce scrutin donne un poids très important aux élus des petites communes, le corps électoral n’est pas représentatif de la société.
  • C’est un scrutin indirect qui est une survivance d’un scrutin censitaire qui n’a plus lieu d’être, il faudrait revenir à un scrutin direct par département pour donner à cette chambre un poids correspondant à une réalité politique.

Comment sont désignés les grands électeurs

(il y en avait 2700 lors du dernier scrutin en 2001).

En plus des députés, des conseillers régionaux et des conseillers généraux, il y a les délégués des conseils municipaux qui représentent environ 95 % des grands électeurs. Les petites communes de moins de 9000 habitants désignent moins de grands électeurs que de conseillers municipaux, celles comprises entre 9000 et 30 000 désignent tous les conseillers municipaux et au dessus de 30 000, le conseil municipal désigne en plus des conseillers municipaux un grand électeur par tranche de 1000 habitants au dessus de 30 000.

Lire le reste de cet article »

Analyse des élections cantonales Grenoble, 2ème tour

Publié le 1 avril 2011

L’analyse des résultats du premier tour montrait une forte poussée des écologistes dans les trois cantons de Grenoble. Il leur a manqué 30 voix sur le canton 6 pour être qualifié pour le 2ème tour. Les résultats du deuxième tour amplifient encore l’impact des écologistes qui disputent maintenant au PS le leadership politique dans la ville. Le PS a utilisé tous les moyens pour sauver les meubles, il reste que même si les deux sortants des cantons 3 et 6 sont réélus, les vrais vainqueurs de ce scrutin sont les écologistes.

Lire le reste de cet article »

Première analyse rapide du 1er tour des cantonales à Grenoble

Publié le 22 mars 2011

Une participation qui s’effondre, la percée du FN, le recul fort de la droite et du PS, les écologistes qui renforcent leur présence, le vote sanction à l’égard de la majorité droite-gauche. L’analyse en chiffres.

Dimanche 27 mars à Grenoble, votons pour Olivier Bertrand et Hakim Sabri, pour une représentation politique plus fidèle à la société réelle grenobloise, et donner un coup de jeune et de diversité au conseil général.

A Villard-de-Lans, votons pour François Nougier, et à St Egrève pour Mathilde Dubesset, candidats Europe Ecologie les Verts

1) Une participation qui s’effondre

Il y a une diminution très nette de la participation lors des élections dites locales depuis des années

Participation
en %

cantonales
2004

Municipales
2008

Régionales
2010

Cantonales
2011

Canton 1

59,3

55,35

41,95

34,92

Canton 3

59,7

54,65

41,37

36,47

Canton 6

55,18

48,74

37,19

29,4

Une analyse par bureaux de vote indique une diminution par rapport aux régionales assez régulière quelque soit la structure politique du bureau de vote. Ce qui veut dire que tous les électorats se seraient abstenus de manière assez proportionnelle par rapport aux élections régionales, élection la plus proche.

Par rapport aux dernières cantonales de 2004 il y a eu beaucoup moins de votants, soit 8200 suffrages exprimés en moins sur les 3 cantons

Exprimés
en voix

cantonales
2004

cantonales
2011

pertes en voix

Canton 1

9382

5815

3567

Canton 3

7140

4767

2373

Canton 6

5563

3271

2292

Total

22085

13853

8232

2) Un score très élevé du FN à Grenoble pour la première fois

Grenoble a toujours eu un vote d’extrême droite plus faible que la moyenne nationale. C’est la première fois que le FN fait un tel score (17,2%), même s’il est encore légèrement inférieur au score national du FN de 19 % dans les cantons où il se présentait.

Les explications ne sont pas simples et demanderont des analyses plus fouillées. Il y a tout de même une fausse affirmation qu’il faut corriger. Certains analystes pensent que le FN augmente son pourcentage à cause de l’abstention des autres électorats, il n’y aurait donc pas de poussée spécifique ou celle-ci serait faible. Ceci est faux, puisque dans les bureaux où le FN est traditionnellement fort on devrait constater une participation plus forte que la moyenne, ce qui n’est pas le cas.

Lire le reste de cet article »

Analyse du 2ème tour des élections régionales à Grenoble

Publié le 24 mars 2010

La participation s’est un peu redressée en augmentation de 12,5 %

De 42,3 % elle est passée à 47,6 % soit 4413 votants de plus et 4008 exprimés supplémentaires, certains bureaux qui avaient très peu votés au 1er tour se sont plus mobilisés par exemple à Teisseire, à A. Abry et dans une moindre mesure Mistral.

La structure de participation est très proche de celle du 1er tour, certains quartiers votent très peu et de moins en moins ce qui est un phénomène national et très typé sociologiquement.

A qui a profité ce renforcement de la participation

Voici les augmentations en voix entre les deux tours :

  • Front National + 733 voix soit + 23,9 % par rapport au 1er tour
  • Droite, divers droite et Modem 1103 voix soit +16,5 %
  • et l’ensemble de la gauche et extrême gauche : 2172 voix soit +9,5 %.

Mais ceci est une vision très simple puisqu’à part le Front National, l’électorat de gauche et de droite était dispersé sur plusieurs listes et donc avec des transferts de voix qui n’atteignent jamais 100 %. Avec une participation en hausse de 12,5 %, le FN récupère un peu plus de voix. La droite fait le plein et c’est à gauche qu’il y a une légère déperdition, mais il y avait 5 listes au 1er tour. Comme au niveau national il n’y a pas eu une compensation pour la droite au 2ème tour. La sanction contre Sarkozy reste identique à celle du 1er tour.

Les transferts de voix entre les deux tours

Lorsqu’on compare la somme des voix de gauche du 1er tour (PS, plus Europe Ecologie plus Front de Gauche et extrême gauche) avec celles du 2ème tour pour la liste d’union de la gauche et des écologistes on trouve une corrélation très forte sur les 86 bureaux de vote (coefficient de corrélation de 0,95). Si on exclu les voix d’extrême gauche, la corrélation diminue à 0,89. Il y a donc un transfert très bon de tous les électorats du 1er tour.

Corrélation entre les voix de gauche (PS, EE, FDG) + extrême-gauche (NPA, LO) entre le 1er et le 2ème tour

Lire le reste de cet article »

Analyse des résultats du 1er tour des élections régionales, notamment à Grenoble

Publié le 18 mars 2010

V. Comparat nous propose une première analyse des élections régionales et les conséquences pour l’avenir politique à Grenoble.

Les résultats sont conformes aux grandes tendances nationales mais avec toujours une exception grenobloise de plus en plus marquée. L’ADES avait indiqué avant l’élection que si le score du PS passait en dessous de 32 % à Grenoble ceci signifiait une lourde sanction pour le maire et sa majorité « droite-gauche ». Avec seulement 27,5 % la sanction est très sévère. Les conséquences pour l’avenir sont importantes et les écologistes et leurs alliés ont les cartes en main pour devenir le ferment d’une nouvelle majorité politique vraiment de gauche et écologiste, capable d’offrir une alternative efficace face aux errements de la majorité « droite-gauche » de M. Destot, dont le rejet est de plus en plus marqué.

L’enjeu pour Europe Ecologie est maintenant de se construire comme un véritable mouvement, capable d’exister, d’être force de proposition et d’action, et d’ancrer durablement l’écologie politique à gauche dans le paysage français, au-delà des seuls rendez-vous électoraux. Et à Grenoble comme ailleurs qu’elle s’associe avec toutes celles et ceux qui veulent que ça change.

L’ADES quant à elle va continuer, comme elle l’a toujours fait, à travailler avec toutes les forces de gauche, écologistes et alternatives, afin de continuer à faire progresser concrètement dans notre agglomération les valeurs de démocratie, d’écologie et de solidarité.

Lire le reste de cet article »

Elections régionales, les résultats dans la Métro

Publié le 15 mars 2010

Communiqué du 16-03-2010

Voici les résultats du premier tour des élections régionales dans la Métro :

  • LO : 1,2 %
  • PS : 27,6 %
  • Droite : 20,7 %
  • Europe Ecologie : 22,3 %
  • FN : 10,2 %
  • Div D : 1,4 %
  • Front de Gauche : 9,9 %
  • Modem : 4,2 %
  • NPA : 2,6 %

Europe Ecologie est donc en 2ème position devant la droite.

Il est intéressant de voir ce que représente en nombre de voix un élu de la Métro :

  • Un élu du groupe communiste représente 500 voix
  • Un élu de droite représente 900 voix
  • Un élu du groupe PS et apparenté 1 000 voix
  • Un élu écologiste 22 500 voix !

Souhaitons que la voix de Gilles Kuntz (suppléante G. Delbos-Corfield) soit entendue à la mesure de sa vraie représentativité et que les politiques de la Métro soient infléchies fortement pour plus de démocratie, d’écologie et de solidarité.

Elections régionales à Grenoble, une double sanction

Publié le 15 mars 2010

Communiqué du 15-03-2010

L’abstention est très forte à Grenoble conformément à ce qui s’est passé nationalement.

La première sanction est contre la droite : les résultats des votes sur Grenoble montre un effondrement de la droite UMP avec seulement 19,4 %.

La deuxième sanction est contre le PS : un score faible par rapport à celui de régionales de 2004. En effet si on enlève les voix du Front de gauche (qui inclus le PC) au vote pour la liste PS-PC de 2004, le PS seul aurait fait environ 32 % à Grenoble. Avec seulement 27,6 % la liste PS est lourdement sanctionnée. Le PS ne fait pas mieux qu’au niveau national alors qu’historiquement il faisait toujours beaucoup mieux. Le PS ne représente plus que 42 % des voix de gauche à Grenoble !

Avec un si faible score, le potentiel électoral de la majorité municipale n’atteint que 36 %, alors que M. Destot avait fait 42 % au 1er tour des élections municipales.

Les écologistes réalisent un très bon score avec 26,5 %, dépassant largement leur score du 2ème tour des municipales, avec un léger tassement par rapport aux élections européennes. Europe Ecologie est devant le PS dans 4 cantons sur 6 dans la ville, et est la première force politique dans ces 4 cantons…

Encore une fois le travail de fond des écologistes depuis des années est en train de porter ses fruits, et la dérive à droite du PS est maintenant refusée par une majorité des électeurs de gauche à Grenoble. L’ADES poursuivra avec l’ensemble des écologistes et des mouvements de gauche qui le souhaiteront, la construction d’une alternative de gauche et écologiste dans la ville et l’agglomération.

Analyse des résultats des élections européennes à Grenoble

Publié le 13 juin 2009

Communiqué du 11 juin 2009

1) Y a-t-il une exception grenobloise ?

Il faut examiner les évolutions des grands blocs politiques au niveau national, régional et local.

La somme des voix de gauche (PS, PC, écolos, extrême gauche) ont évolués de la manière suivante entre 1999 et 2009, lors des dernières élections européennes.

années national évolution régional évolution Grenoble évolution
1999 43,7 43,4 55,35
2004 47,45 8,6% 45,4 6% 59,1 6,8%
2009 44,95 -5,3% 44,5 -2% 61,04 3,3%

Que ce soit au niveau national, régional et même départemental, entre 2004 et 2009 il y a eu un tassement net des voix de gauche. Par contre à Grenoble c’est l’inverse alors qu’en 2004 l’évolution à Grenoble avait suivi le changement national, à peu près à mi chemin entre national et régional. On aurait pu s’attendre à une diminution des voix de gauche entre 2004 et 2009 d’environ 3 à 4 %, or il y a une augmentation nette de plus de 3 %. Il y a donc une spécificité grenobloise. (voir aussi les résultats sur l’agglomération)

Lire le reste de cet article »

Les résultats des élections européennes dans l’agglomération grenobloise.

Publié le 10 juin 2009

Communiqué du 10 juin 2009

Europe écologie largement en tête avec plus de 25 % avec 24 682 voix !!! Le parti socialiste qui gouverne cette agglomération dépasse à peine 19 % et se retrouve derrière l’UMP à 22,2 %.

Voici les résultats des principales forces politiques dans les 26 communes de la Métro ;

  • Europe Ecologie 25,24 %
  • UMP 22,19 %
  • PS 19,02 %
  • Front de Gauche 7,85 %
  • Modem 7,51 %
  • FN 4,67 %
  • NPA 4,51 %
  • AEI 3,04 %
  • MPF 2,43%
  • Gaullistes 1,77 %
  • LO 0,80 %

Voir le détail des résultats à Grenoble

Pour l’instant M. Destot et D. Migaud font tout pour que la ville de Grenoble ne désigne pas un représentant écologiste au Conseil de Métro. M. Destot voudrait bien y envoyer son ami B. Betto pour le remercier de ses loyaux services, mais il semble que cela ne passe pas très bien dans la majorité municipale ! Y aurait-il encore quelques personnes de gauche dans cette majorité ?

Avec le résultat du 7 juin, nous suggérons à M. Destot de tirer les conclusions politiques qui s’imposent et de proposer au conseil municipal de juillet de désigner deux écologistes et un membre de l’UMP à la Métro, ce serait respecter un tout petit peu mieux la démocratie.

Vague rouge et verte aux européennes pour Grenoble !

Publié le 9 juin 2009

Le graphique des résultats de l’élection européenne du 7 juin 2009 à Grenoble se passerait presque de commentaires :

2009-result-europeennes

Presque, car nous ne résistons pas au plaisir d’un petit calcul :

  • avec 29,04% la liste « Europe écologie » arrive en tête, avec presque le double du score national (16,28%)
  • les voix de gauche (LO, NPA, PC – Front de gauche) sont à 12,11%, à quoi on peut rajouter les électeurs égarés sur la liste Lalanne (2,65%)
  • ce qui amène le score de gauche et écologiste à 44,16% !

Le PS se retrouve sur une piteuse 3e position, et le MoDem, avec 7,52%, fait moins bien qu’au national. Sale temps pour la majorité municipale…

Analyse électorale municipales et cantonales 2008

Publié le 8 avril 2008

La mauvaise participation, les électeurs de droite qui votent Destot, l’effondrement de la droite, le comportement des électeurs de GO et de la LCR : voici l’analyse des élections 2008.

Participation

Toujours aussi mauvaise. On aurait pu espérer que l’afflux massif de nouveaux électeurs allait les pousser à voter, visiblement ce n’est pas le cas.

Il y a un problème de compréhension : à quoi sert un conseil municipal et l’importance de l’élection municipale.

Lire le reste de cet article »

Si c’est légal, est-ce pour autant conforme aux principes démocratiques ?

Publié le 6 avril 2008

La loi organisant les élections municipales a été construite sur une formule proportionnelle donnant une prime électorale à la liste majoritaire au premier tour ou arrivée en tête au second tour. Après des années où la liste majoritaire raflait la totalité des sièges, cette réforme est intervenue à la fin des années soixante-dix, afin d’introduire de la proportionnelle tout en maintenant une prime majoritaire (la liste arrivée en tête se voit attribuer automatiquement 50% des sièges) pour que les grandes communes urbaines restent « gouvernables ». C’est l’argument qui nous est servi habituellement.

A Grenoble, pour la première fois la liste arrivée en tête du second tour ne passe pas la barre des 50%. Cependant avec une minorité de 48% des voix, la liste nouvelle droite-gauche de Michel Destot obtient 74,6% des sièges. La vieille droite, avec 29,5, 15,3% des sièges et la gauche et les écolos, avec 22,5 % des voix, seulement 10,2% des sièges. C’est ce que l’on appelle, en France, l’équité démocratique. Lire le reste de cet article »

Résultats du 2e tour

Publié le 18 mars 2008

bandeauUn score remarquable pour notre liste, avec près de 23 % des voix ! L’arithmétique électorale étant ce qu’elle est, nous aurons donc 6 élus dans le prochain mandat.

Aux cantonales, dans les 2 cantons où nos candidats étaient présents au 2e tour, là aussi des scores remarquables, de 25 à près de 30 % ! Sur le canton 5, nous sommes la 2e force politique !

Le détail en ligne ici

Résultats du 1e tour

Publié le 10 mars 2008

bandeauUn score historique pour les écologistes à Grenoble : plus de 15%, le meilleur score dans une ville de plus de 100 000 habitants !

A Grenoble, notre liste « Ecologie et solidarité en actes ! » peut se maintenir au 2e tour.

Et les candidats aux cantonales font également des scores remarquables.

Le détail sur notre site de campagne

Le Rouge & le Vert n° 105

Publié le 30 juin 2007

Avril – juin 2007

couvRV105

Lisez le n° en PDF (Attention : 576 Ko)

RV 105 – Au sommaire…

Lire le reste de cet article »