Archives de septembre 2012

Au menu, réécrire l’histoire

Publié le 29 septembre 2012

La politique des cantines scolaires célébrée en 4/3 dans toute la ville : une “nouveauté” pourtant vieille de 5 ans ! (Photo tous droits réservés)

En janvier 2008, le magazine national spécialisé « Cuisine Collective » consacrait un long article à la restauration municipale à Grenoble. Donnant la parole au directeur et à la diététicienne de la Ville cette dernière évoquait la commission composée entre autres du médecin scolaire, des fédérations de parents et de délégués de parents d’élèves… en vue de l’élaboration des menus servis en restaurants scolaires. Elle précisait également « depuis deux ans, nous multiplions les aliments bio en programmant régulièrement un repas bio et en introduisant deux composants bio par semaine ». Le magazine observait enfin que pour la politique menée auprès des enfants tout était prétexte à « manger mieux et à l’expliquer » (Semaine du goût, semaine fruits et légumes, petits déjeuners sportifs avant les sorties de ski…).

Lire le reste de cet article »

Le sénateur J. Chiron a la mémoire qui flanche

Publié le 29 septembre 2012

Dans le Rouge et Vert du 8 septembre 2012, nous attirions l’attention sur le gaspillage d’argent public représenté par le parking sous le stade des Alpes. Nous y avions déjà fait allusion le 10 juin 2010 et le 18 février 2011.

Le Dauphiné Libéré du 21 septembre y consacre une page entière sous le titre : « Le parking de l’Hôtel de Ville reste désespérément vide. »

Interrogé le sénateur-adjoint au maire J. Chiron répond soit complètement à coté des questions, soit en refaisant l’histoire à sa sauce. On remarquera que l’honorable parlementaire a, quoi qu’il arrive, toujours raison ! Voila ce qu’il déclare à propos de la somme de 4,6 M€ dépensée par le SMTC pour le parking, une opération critiquée par la Chambre Régionale des Comptes (CRC).

Lire le reste de cet article »

Michel Destot et le cumul des mandats, suite

Publié le 29 septembre 2012

Dans la Gazette des communes du 17 septembre 2012, M. Destot, avec cette fois, sa casquette de Président de l’Association des maires des grandes villes de France répond à la question :

Etes-vous favorable à la fin du cumul des mandats ?

Réponse : « Il s’agit d’une bonne mesure à condition, toutefois, de veiller à créer un statut de l’élu local pour ne pas dévaloriser la fonction territoriale et de s’assurer que la désignation des candidats aux élections législatives n’est pas le seul fait des partis politiques, mais bien celui des électeurs. »

Lire le reste de cet article »

Conduite à risque ?

Publié le 29 septembre 2012

La voiture utilisée par P. De Longevialle

Lorsque M. Henri Baile (ancien collaborateur du corrompu) était directeur général des services de la ville de Valence, avant de siéger en 2008 sur les bancs de la droite à Grenoble, il avait été sévèrement épinglé par la Chambre Régionale des Comptes (le 2 avril 2007) à propos de l’utilisation à des fins personnelles d’un véhicule de la Ville de Valence. Il habitait alors en Isère, à 100 km de Valence et a utilisé ce véhicule durant plusieurs années 2 fois par jour. Il n’a jamais déclaré les avantages en nature (non négligeables) que lui rapportait cette situation.

La question se pose maintenant pour un autre ancien collaborateur du corrompu, élu lui aussi à la ville de Grenoble depuis 2008 mais dans la majorité en tant qu’adjoint au maire chargé de l’urbanisme.

Ph de Longevialle puisque c’est de lui qu’il s’agit, habite Aix les Bains et utilise une voiture de la Ville pour des déplacements domicile-mairie. Selon divers témoignages d’élus de la majorité, l’adjoint a réquisitionné pour ses propres besoins la voiture affectée au groupe du Modem dont par ailleurs il a démissionné. Il serait au minimum légitime que les contribuables Grenoblois aient connaissance des conditions d’utilisation de ce véhicule.

La SEMITAG observée par la Chambre Régionale des Comptes

Publié le 29 septembre 2012

Le 24 septembre, le conseil syndical du SMTC a pris connaissance de la lettre d’observations définitives de la Chambre Régionale des Comptes (CRC) sur la gestion de la SEMITAG de 2005 à 2010 (lire la lettre en ligne). La SEMITAG gère en délégation de service public le réseau de transport public du SMTC, c’est-à-dire sur l’ensemble du périmètre de la Métro.

La lettre d’observation définitive est précédée d’une lettre provisoire, qui en général n’est connue que de l’exécutif, et appelle les commentaires et réponses de ce dernier. Le travail des CRC est donc contradictoire, ce qui lui donne une qualité supplémentaire. Voici quelques extraits de cette longue lettre :

Lire le reste de cet article »

Pour ceux qui ont la mémoire courte et qui manquent d’humour

Publié le 22 septembre 2012

L’ADES a décidé il y a un quart de siècle de se doter d’un périodique local pour soutenir ses actions et celles des éluEs écologistes à la ville de Grenoble. En clin d’œil à Stendhal, né le 23 janvier 1783 à Grenoble, auteur du roman « Le Rouge et le Noir » (1830) dont le sous-titre est « Chroniques du XIXe siècle », et qui porte en épigraphe « « La vérité, l’âpre vérité. DANTON », nous avons choisi comme titre de notre périodique grenoblois : « Le Rouge et le Vert ».

Le personnage du roman de Stendhal, Julien Sorel, est condamné à la guillotine, notamment à cause d’un discours provocant dénonçant les castes et l’ordre établi, plus que pour la tentative d’assassinat pour laquelle il est jugé.

« Le Rouge et le Vert » poursuit sa vie, dans l’opposition à la politique municipale actuelle et milite pour un renouveau citoyen de l’action publique à Grenoble.

Moi MD, par Moi-même Désigné

Publié le 22 septembre 2012

Le 28 août dernier, dans un courrier adressé aux députés et sénateurs du Parti Socialiste, Martine Aubry invitait chacun d’eux à respecter son engagement de démissionner au plus tard en septembre 2012 de son mandat exécutif local (municipal, départemental, régional), s’il choisissait bien entendu de rester parlementaire. Parmi eux, on trouve A. Vallini (Sénateur-Président du Conseil général de l’Isère) et Jacques Chiron (Sénateur Adjoint au maire), muets comme des carpes jusqu’à ce jour, et Michel Destot (Député-Maire de Grenoble) qui, titillé depuis quelques semaines a fini par sortir du bois pour s’expliquer. Dans une interview donnée le 17 septembre au quotidien régional, qu’il reprendra pour une grande part en Conseil Municipal le soir même, il estime cette question de cumul des mandats non prioritaire.

Lire le reste de cet article »

Le droit de vote des résidents étrangers, c’est important

Publié le 22 septembre 2012

Dessin Cled12, tous droits réservés

Les actes d’une commune ne font jamais référence à la nationalité de ses résidents. Quelle que soit leur nationalité ils ont exactement les mêmes devoirs que les résidents français ou européens, ils payent leurs impôts, utilisent les services publics dans les mêmes conditions. Mais ils n’ont pas les mêmes droits. Contrairement aux étrangers européens, ils ne peuvent pas participer aux consultations ou référendum locaux par vote qui sont réservés aux électeurs, ni aux élections municipales. Habitants de la cité comme les autres, ils sont pourtant discriminés sans pouvoir choisir leurs représentants pour gérer la commune dans laquelle ils ont décidé de vivre depuis des années.

Depuis de longues années des associations et partis politiques se mobilisent pour que soit reconnu le droit de vote et d’éligibilité pour les élections municipales des résidents étrangers depuis plus de 5 ans dans la commune. Des votations citoyennes pour exiger ces droits ont été organisées chaque année à Grenoble dans le précédent mandat. Depuis deux ans elles n’ont plus lieu.

Lire le reste de cet article »

Retour sur le conseil municipal du 17/9/12

Publié le 22 septembre 2012

Lundi 17 septembre, lors du conseil municipal, le maire a répondu à deux questions orales, l’une de la droite sur le cumul des mandats pour savoir quand il céderait la place. La réponse, comme on l’a vu par ailleurs, a consisté à dire qu’il était pleinement maire et pleinement député. Mais M. Destot a une conception très personnelle de l’implication dans ses mandats. Depuis de longs mois il n’est plus aux manettes de la ville, à tel point que lors du vote des adjoints pour remplacer G. Fioraso, la liste des 22 adjoints au maire était présentée par J. Safar ! En ce qui concerne l’assemblée nationale il est bien connu qu’il fait partie des députés derniers de la classe, voir son bilan de la législature précédente sur le site “nos députés”.

Lire le reste de cet article »

Le striptease des bulles

Publié le 22 septembre 2012

Photo tous droits réservés

Comme nous l’évoquions dans l’article du 27 avril dernier, les affaires ont commencé en 2007 avec la promotion d’une enseigne internationale aux couleurs jaune et bleu dont la réputation s’est accrue depuis, grâce à une nouvelle spécialité : l’espionnage de ses employé(é)s jusque dans leur vie privée. Puis on a assisté à une forte accélération avec, tour à tour, une banque mécène, un Salon de la Montagne histoire de prendre de la hauteur, une publicité pour une entreprise mondiale de remontées mécaniques et pour finir, à quelques heures des journées du patrimoine, tout un symbole, les bulles du téléphérique de Grenoble se sont vues recouvrir d’une publicité pour une entreprise grenobloise.

Lire le reste de cet article »

La nouvelle gestion du stade des Alpes

Publié le 22 septembre 2012

Stade des AlpesLe 28 septembre à 14 h 30, le conseil de la Métro se tiendra exceptionnellement dans la salle des fêtes d’Eybens. Il votera la délégation de service public du stade des Alpes à la société Carilis.

Cette dernière a été sélectionnée par la commission ad hoc.

Voila comment est justifié ce choix : « CARILIS présente un projet global cohérent construit autour de la démocratisation de l’accès des habitants de l’agglomération grenobloise au stade des Alpes, toute en conservant sa vocation d’équipement de sport d’élite. »

Il s’agit d’un aveu de taille qui donne entièrement raison aux opposants qui dénonçaient une construction contraire à l’intérêt général.

Lire le reste de cet article »

Chauffage urbain, la mobilisation continue

Publié le 22 septembre 2012

Le cabinet conseil CAILA, missionné pour examiner la réalité financière du service public du chauffage urbain (CCIAG) a commencé cet été son travail. Un premier compte-rendu de ses premières observations aux communes et au collectif pour un chauffage urbain juste et solidaire a eu lieu le 6 septembre. Certaines remarques confortent les positions du collectif. Mais le plus gros du travail reste à faire, notamment l’expertise de la comptabilité analytique de la CCIAG qui a brutalement changé le 1er juillet 2008, sans que les communes aient donné leur accord…

Lire le reste de cet article »

Feu le Minitel : rappel d’une anecdote grenobloise

Publié le 14 septembre 2012

Minitel terminal

Le Minitel, c’est fini. Mais à Grenoble il a eu une spécificité politique qu’il n’est pas inutile de rappeler au moment où A. Carignon revient sur le devant de la scène par médias interposés. Des médias, avec qui il a toujours entretenu des relations ambigües et souvent tumultueuses où le minitel aurait pu servir d’arme fatale.

« Le 20 octobre 1990, le rédacteur en chef de FR3 Alpes, Jacques Laurent, découvre ainsi un tout autre Alain Carignon. Dans le journal télévisé qu’il vient de présenter, un reportage reprend les révélations de l’Express qui relate une nouvelle affaire politico-financière touchant directement Marie-Jo Carignon, la sœur du maire, et ce dernier donne sa version des faits. Mais le présentateur évoque aussi dans son lancement les maires de Nice, d’Angoulème et d’Orléans, ce qui provoque la fureur du maire de Grenoble. Inviter à visionner le sujet, Alain Carignon débarque à la station en insultant copieusement les journalistes pendant plus d’une heure. Les journalistes présents se voient traités de « salauds » et de « pourris » qui travestissent la vérité. Dans son emportement, il va jusqu’à menacer Jacques Laurent en brandissant un Minitel… » Extrait du livre de R. Avrillier et Ph. Descamps, Le système Carignon, La Découverte, page 102.

Plus de pauvres et des riches encore plus riches…

Publié le 14 septembre 2012

L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) publie, le 7 septembre 2012, une étude sur les niveaux de vie des Français en 2010. Celle-ci révèle une progression de la pauvreté qui touche désormais 14,1% de la population. Soit 1 million de personnes de plus qu’en 2008. Merci Sarkozy-Fillon-Copé…

En 2010, le niveau de vie médian s’élève à 19 270 euros annuels (1 610 euros par mois), soit une diminution de 0,5% par rapport à 2009. Seul le niveau de vie des personnes les plus aisées repart à la hausse (+ 1,3 % en euros constants) après avoir stagné en 2009 (+ 0,2 %). 8,6 millions de personnes vivent en 2010 en-dessous du seuil de pauvreté monétaire établi à 964 euros par mois. Parallèlement, les inégalités ont continué de se creuser par le haut. Ainsi, entre 1996 et 2010, le niveau de vie moyen des 10% les plus aisés a augmenté d’environ 2,1% par an en moyenne contre 1,4% pour l’ensemble de la population. En 2010, c’est l’évolution des salaires, limitée dans le bas de la distribution des revenus, qui explique en partie l’accentuation des inégalités, les 10% les plus aisés ayant bénéficié à la fois de salaires plus dynamiques et des rendements élevés de leurs placements.

Lire le reste de cet article »

Le démon de l’évaluation

Publié le 14 septembre 2012

Traditionnellement, la dernière délibération des conseils municipaux est consacrée au compte rendu du maire sur les décisions qu’il a prises au cours des semaines et mois précédents, mais pas n’importe lesquelles. Par exemple, la délibération intitulée «Rendu Acte » fait la liste des marchés de « services et prestations intellectuelles » passés par la ville. A la séance du conseil municipal du 17 septembre, on apprend que la ville a fait appel à 3 entreprises pour un montant global d’environ 270 000 € en vue de l’accompagner «  au changement en matière d’organisation humaine et / ou de fonctionnement  des services de la ville de Grenoble ».

Lire le reste de cet article »

Service public du chauffage urbain de Grenoble : la délégation au privé se fissure !

Publié le 14 septembre 2012

Le 17 juillet 2012, le tribunal administratif de Grenoble juge, enfin, que les tarifs du chauffage urbain de Grenoble sont illégaux depuis mars 1983 jusqu’au 1er juillet 2008 !

C’est le 29 octobre 2004 que le Conseil d’administration de la Compagnie de Chauffage Intercommunale de l’Agglomération Grenobloise (CCIAG) décide une brutale augmentation des tarifs (11%), au moment où le maire de Grenoble exige de différents services publics gérés par des établissements publics municipaux une modération de leurs augmentations des tarifs, notamment pour les loyers d’ACTIS et pour la Régie des Eaux. Mais pour le maire pas question de contraindre la CCIAG, société d’économie mixte qui est dirigée dans les faits par un grand groupe privé (Dalkia, filiale de Véolia, ex-Générale des Eaux), d’agir de même.

Raymond Avrillier qui était à l’époque administrateur de la SEM CCIAG en tant que représentant du conseil municipal de Grenoble vote contre cette augmentation injustifiée, demande au président de la CCIAG d’annuler cette décision, et demande au maire et au conseil municipal, responsables de ce service public, de revenir sur cette décision qu’il analyse comme irrégulière. Le maire et le président de la CCIAG refusent.

L’ADES qui est depuis longtemps locataire d’un local relié au chauffage urbain fait de même un peu plus tard.

Devant les refus de la CCIAG et du maire de revenir sur cette augmentation, Raymond Avrillier (le 28 février 2005) puis l’ADES (le 25 avril 2006) déposent des recours en annulation au tribunal administratif de Grenoble. L’ADES estimant que les tarifs sont illégaux depuis 1983, demande leur annulation.

Le tribunal administratif de Grenoble donne raison aux requérants :

Lire le reste de cet article »

STMicroelectronics organise le chômage partiel à Crolles

Publié le 14 septembre 2012

STMicroelectronics vient d’annoncer un nouveau déclenchement du chômage partiel pour le 4ème trimestre 2012, qui touchera les sites de Crolles en France et de Catane en Italie. Dans l’unité de production dite « Crolles 200 », il est prévu 7 jours de chômage partiel et un arrêt de la production du 24 décembre 2012 au 2 janvier 2013. Quant à « Crolles 300 » il est envisagé 10 jours de chômage partiel par rotation du 29 septembre au 21 décembre et arrêt de la production du 21 décembre au 2 janvier 2013.

Par ailleurs, le management de ST aurait indiqué lors d’une rencontre avec le syndicat Italien UGL que ces mesures pourraient ne pas être les seules prises par l’entreprise pour surmonter ce dernier trimestre 2012 et que le PDG de ST, Carlo Bozotti, allait annoncer cette semaine la réorganisation globale de la société et le bouleversement de son modèle industriel actuel.

Ces annonces peu encourageantes laissent craindre un plan de licenciements en préparation. Le programme « nano2012 » qui faisait suite à « Alliance » prévoyait un fort développement de l’emploi à Crolles, la réalité est tout autre et c’est à une stagnation que l’on assiste.

Lire le reste de cet article »

La Métro va choisir le gestionnaire du stade des Alpes

Publié le 14 septembre 2012

Stade des AlpesC’est Carilis qui gère en délégation de service public des centres aquatiques, patinoires, bowlings, palais des sports… mais pas de stade, qui va finalement être retenu.

Ce groupe se présente comme « dynamiseur d’équipements publics de sport et loisirs ». Il lui faudra beaucoup de dynamisme pour gérer le stade des Alpes qui est un boulet financier.

Il est regrettable qu’il n’y ait pas eu de débat sur l’ensemble de la région, en coordination avec tous les établissements faisant de l’évènementiel, pour s’interroger sur la place de cet équipement public inadapté. Ce choix d’une délégation au privé va exacerber la concurrence au lieu de développer une saine coopération des collectivités publiques. Il va falloir être vigilant sur le contenu du contrat, notamment sur ses aspects financiers pour s’assurer que tous les flux financiers entre la Métro et Carilis soient bien pris en compte. Rappelons la règle : « La redevance due pour l’occupation ou l’utilisation du domaine public tient compte des avantages de toute nature procurés au titulaire de l’autorisation » (article L 2125-3 du code général de la propriété des personnes publiques).

Longue vie à Michel Orier : un nouveau départ pour la culture à Grenoble ?

Publié le 14 septembre 2012

Un de nos lecteurs réagit à la lettre que Michel Orier a écrit à de nombreux Grenoblois à propos de sa nomination au ministère et de l’avenir de la Maison de la Culture.

« Michel Orier Directeur de la MC2 a été nommé Directeur général de la création artistique au Ministère de la Culture et de la Communication ! Fichtre quel beau poste ! Il nous écrit une jolie missive à nous grenoblois…  pour nous remercier de tout et nous dire que « vous avez fait de la MC2 la première Maison de France » Hélas, je ne suis pas sûr de partager son enthousiasme sur la glorification d’une culture spécifiquement réservée à 16 % de la population, public fidèle de l’entre soi.

Et si son départ permettait une vraie remise en cause de la politique culturelle prestigieuse conduite à Grenoble ? Et si Michel Orier du haut de sa posture de super chef de la création, (au dessus des directions du théâtre, de la musique, de la danse, des arts plastiques, des pratiques des amateurs)… pouvait réellement construire des politiques culturelles adaptées à ce qu’est devenu notre monde ?! À ce que nous sommes devenus dans cet univers-monde informatisé, paupérisé, communautarisé, diversifié, fracturé ? Cela voudrait dire qu’il a abandonné sa fonction de lobbyiste porteur des intérêts des adhérents d’un syndicat professionnel. Est-ce possible ? ? Il y a tant de mercis à distribuer. Et pourtant la création artistique dite d’excellence ne suffit pas à faire “culture”. Chacun le sait… Mais chacun le nie… Mais voilà la défense des intérêts est tellement forte…

Lire le reste de cet article »

Coupe ICARE, ça roule et c’est gratuit

Publié le 14 septembre 2012

LA 39ème COUPE ICARE qui se déroule du 20 au 23 Septembre 2012 sur le site de St Hilaire du Touvet – Lumbin, est l’une des plus grandes rencontres du monde du vol libre.

Cette année, grâce à la ténacité de Pierre Mériaux, élu écologiste au Conseil régional chargé du Contrat de Développement Durable du Grésivaudan, des navettes gratuites sont mises à disposition des spectateurs par le Conseil général de l’Isère, la Communauté de communes du Grésivaudan et la Région Rhône Alpes.

Il faut profiter de cette occasion, car ces dernières années, la circulation en voiture dans le Grésivaudan tournait au cauchemar durant le week-end de la coupe.

Moralité : pour profiter pleinement de la Coupe Icare cette année, une seule solution, prendre les navettes !

Lire le reste de cet article »