Archives de avril 2013

Politique politicienne grenobloise: agitations pré-municipales

Publié le 22 avril 2013

Il y a des élus de la majorité municipale qui s’inquiètent de leur avenir. Le groupe des 4 élus autour de l’adjoint à l’immobilier se demande ce qui va lui arriver aux prochaines municipales. Ces élus voudraient bien repartir avec le PS, mais comme ils n’ont pas de réponse, ils menacent de faire une liste. Chiche ! L’adjoint à l’immobilier a démontré lors des dernières législatives que son électorat était plutôt réduit à la portion congrue.

Coté PS, les choix sont difficiles et malheureusement les carrières personnelles prennent le pas sur le collectif.

Lire le reste de cet article »

Il faut sauver la librairie Arthaud

Publié le 22 avril 2013

Voila encore des dégâts dus au contrôle d’entreprises par la finance internationale. La librairie Arthaud fait partie des librairies Chapitre contrôlée par le groupe Actissia dont l’unique actionnaire est un fond de pension américain basé à Phoenix, « Najafi Companies ».

Vendredi 12 avril, le propriétaire de la librairie a annoncé la fermeture d’Arthaud ainsi que d’autres librairies en France. Les salariés proposent de reprendre la gestion de la librairie. Qu’il s’agisse de sauvegarder l’emploi ou de défendre un élément de l’histoire et du patrimoine grenoblois, il est essentiel de sauver la librairie Arthaud.

Samedi 20 avril les salariés ont organisé un rassemblement grande rue devant la librairie, sous forme d’un « Harlem Shake » c’est-à-dire une manifestation en musique pour appeler au soutien populaire.

Pour signer la pétition en ligne, cliquez ici

Urbanisme : il ne faudrait pas prendre les habitants pour des imbéciles !

Publié le 22 avril 2013

vivre-a-grenoble-esplanadeAveu de l’adjoint à l’immobilier : si les Grenoblois signent massivement la pétition contre le projet de l’Esplanade c’est qu’ils n’ont pas bien compris le projet. Ce professeur auto proclamé va donc expliquer à ces mal-comprenant de Grenoblois son projet lors d’une réunion publique avant l’été. Il serait temps !

Voila un projet dont la ZAC (Zone d’Activité Concertée) a été créée et votée le 23 janvier 2012, dont le PLU a été profondément remanié le 25 juin 2012, autrement dit aujourd’hui tout est bouclé pour l’essentiel et l’élu responsable du dossier vient de s’apercevoir que les habitants n’ont pas bien saisi ! A croire que l’adjoint à l’immobilier prend les habitants pour des demeurés. Car si quelqu’un a mal compris ce qui se passe c’est bien lui qui, enfermé dans ses certitudes, n’entend pas les très bonnes raisons que de nombreux Grenoblois ont de s’opposer aux projets de la majorité.

Lire le reste de cet article »

L’indignité récompensée par une médaille

Publié le 22 avril 2013

Personne ne devait se sentir obligé de participer aux louanges unanimes qui ont salué Stéphane Hessel mort le 27 février 2013 à l’âge de 95 ans. Il reste que ce vieux jeune homme, tour à tour diplomate, ambassadeur, résistant, militant, avait su jusqu’à son dernier souffle et avec quelle énergie, montrer la voie au monde et à la jeunesse.

Ce bel ensemble était cependant terni par des propos discordants, violents et pour tout dire, indignes, publiés le jour même dans un communiqué. Richard Prasquier, son auteur, président du CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France) n’avait pas fait dans la nuance à propos de S. Hessel : « …sa volonté obsessionnelle de faire de Gaza l’épicentre de l’injustice dans ce monde et du Hamas, un mouvement pacifique quasiment d’assistance sociale… sa propension à grandir ou à laisser grandir par ses thuriféraires dévoués le rôle qu’il avait tenu dans plusieurs événements importants de notre histoire ainsi que par la volonté des médias de ne pas relayer ses déclarations sur la bénignité de l’occupation nazie en France… Stéphane Hessel fut avant tout un maître à ne pas penser… ». Voilà des phrases qui transpirent la haine recuite d’un président du CRIF dont on peut espérer que le moment venu il ne pourra compter sur des « thuriféraires dévoués ». Comme le dit l’écrivain québécois V.L Beaulieu « C’est par la parole qu’on devient indigne de tout ». Sont-ils nombreux ceux qui ont approuvé ces mots, faut-il compter parmi eux le maire de Grenoble qui a eu le bon goût de lui remettre la médaille d’Or de la Ville de Grenoble le 12 avril dernier ? Quel autre fait d’arme pouvait valoir à R. Prasquier une telle reconnaissance ?

La médaille d’or du déshonneur ! Stéphane Hessel en est indigné et nous avec lui.

Vous avez dit, ville éducatrice !

Publié le 22 avril 2013

Lors d’une mise au point dans le quotidien régional du 18 avril, A. Pilaud, adjoint chargé du sport professionnel, a précisé que pour lui, que des supporters grenoblois crachent sur un arbitre n’est pas scandaleux !

Le 9 mars lors de la rencontre entre le GF38 et l’équipe du PSG en CFA, des supporters grenoblois ont craché sur l’arbitre de la rencontre, ce qui a entrainé une punition de 2 points de moins pour le GF38.

L’adjoint au maire déclare à propos des agissements des supporters : « ils sont à la hauteur de leur frustration. Leur comportement n’est pas scandaleux, c’est la faute des Japonais si on est arrivé là » !

Espérons que le maire réagisse fortement face à de tels propos qui sont indignes d’une ville qui se veut éducatrice.

Soutenir et couvrir de tels agissements sont-ils prévu dans le projet éducatif grenoblois ?

Ateliers populaires d’Urbanisme de la Villeneuve : propositions

Publié le 22 avril 2013
Tous droits réservés (photo GK)

Tous droits réservés (photo GK)

Ce sont plus de 200 habitants qui ont activement participé aux Ateliers Populaires d’Urbanisme (APU) depuis des mois. Un groupe de travail « réhabilitation », composé d’habitants et de professionnels, vient de présenter 30 propositions concernant la réhabilitation de l’Arlequin. Il est fort dommage que les élus municipaux, responsables de ce projet de réhabilitation, n’acceptent pas de travailler avec les APU. Preuve supplémentaire que les habitants se prennent en charge et démontrent leur capacité de réflexion et de propositions. Les élu-es devraient se réjouir au lieu de boycotter ce travail !

Voici les propositions du groupe réhabilitation :

Lire le reste de cet article »

Energie : le bonus-malus de la loi Brottes retoqué par le conseil constitutionnel

Publié le 22 avril 2013

La loi adoptée le 11 mars 2013, visant à préparer la transition vers un système énergétique sobre et portant diverses dispositions sur la tarification de l’eau et sur les éoliennes, dite loi Brottes, a vu une de ses disposition phare annulée par le juge constitutionnel. Cette loi partait d’une bonne intention qui aurait pu apporter une amélioration certaine et faire changer les comportements pour éviter le gaspillage d’énergie. Cependant, cet avertissement est positif, car cette disposition de bonus-malus pouvait aller à l’inverse de l’effet recherché, c’est-à-dire sanctionner les ménages les plus vulnérables, incapables d’investir dans les économies d’énergie. Il faut espérer que le gouvernement ne se contentera pas d’appliquer la loi aussi aux professionnels, ce qui ne changerait pas grand-chose.

Voici un extrait du communiqué du 11 avril du Conseil constitutionnel à ce propos.

Lire le reste de cet article »

Une saine lecture pour vos vacances : “Les lois du sarkozysme”

Publié le 22 avril 2013

Livre de Thomas Clay, publié aux Ed. Odile Jacob

Malheureusement, le gouvernement actuel ne détricote pas radicalement les lois du sarkozysme. Alors, nous vous encourageons à vous procurer ce petit bouquin (86 pages), pourquoi pas chez Arthaud. Ce petit livre démontre comment le sarkozysme a pris grand soin de défaire ce que l’on a coutume d’appeler notre modèle français, qui doit certes, être amélioré. Les turbulences graves de ces derniers jours sur la transparence de l’exercice des mandats politiques et le cumul des mandats ne sont que la partie émergée de l’iceberg.

Quelques lignes pour vous mettre en appétit…

Lire le reste de cet article »

Qui est l’ADES : un objet politique non identifié (OPNI) ?

Publié le 22 avril 2013

L’Association pour la Démocratie, l’Ecologie et la Solidarité – ADES pourrait être pour certains un objet politique non identifié (OPNI).

C’est un mouvement politique local, issu du terreau associatif et syndical grenoblois, écologiste, de gauche (la vraie), en lien avec des élus et animant le débat sur les dossiers importants concernant les politiques publiques

Depuis 1983, date où, pour la première fois des militants écologistes et de gauche ont été élus à Grenoble, l’ADES (alors GEA, puis E2A) assure une liaison étroite entre élus et citoyens motivés pour changer et améliorer l’efficacité des politiques publiques au service des habitants en respectant la devise de la république « Liberté, Egalité, Fraternité ». S’il n’y a pas une liaison étroite avec un collectif de militants engagés, le système institutionnel a tôt fait de transformer les élu-e-s, soit en notables professionnels, soit en godillots. Les partis traditionnels ne sont plus des lieux de réflexion ou d’élaboration de propositions politiques mais des corporations d’élus sortants qui cherchent à pérenniser et cumuler leurs mandats, leurs indemnités et leurs avantages personnels qu’ils travestissent en intérêt général. Trop souvent ce sont les élus qui prennent le pouvoir dans les appareils politiques pour se construire localement des fiefs personnels. Les campagnes électorales deviennent le seul moment de leur engagement citoyen.

Lire le reste de cet article »

15 avril 2013 à Grenoble : Un conseil municipal très léger

Publié le 12 avril 2013

Lundi 15 avril à 17 h à la mairie, conseil municipal plutôt léger. Voici quelques plats qui composent ce menu “light” :

  • Mise en place d’un « machin », pour suivre et évaluer la prochaine révision du PLU. Il aurait été plus pertinent d’annuler les dernières modifications et révision simplifiée du PLU (Flaubert, Presqu’île et Esplanade) pour repartir du bon pied.
  • Principe de la mise en place d’une société publique locale avec la Métro pour gérer le tourisme en remplacement de l’office du tourisme de Grenoble. Une politique d’agglomération serait certainement plus efficace. Tout dépend de sa gestion, et des relations entre responsables et personnel qui devraient changer radicalement par rapport à la situation actuelle.
  • Enfin et ce n’est pas trop tôt, droit de préemption sur les fonds artisanaux, de commerce et les baux commerciaux dans le secteur Mistral. Mais pourquoi ne pas l’élargir à d’autres quartiers, sinon à l’ensemble de la ville ?
  • Et malheureusement car à la fin du conseil (vers 19h au plus tard ?), un projet d’évolution de la gestion de la production et de la distribution de l’eau potable dans la région urbaine grenobloise (voir notre article du 5 avril 2013). Un dossier qui, au regard de son importance, aurait mérité un débat public sur les enjeux et les différents scénarios possibles. Mais évidemment, la charte de la démocratie locale est encore une fois oubliée…

Assainir la vie publique localement, chiche !

Publié le 12 avril 2013

A Grenoble nous sommes malheureusement habitués à voir des hommes politiques blanchir de l’argent, commettre des infractions pénales, s’enrichir personnellement grâce à leurs mandats, mélanger les intérêts privés et publics, se laisser aller aux conflits d’intérêts… Depuis 2008, n’est-il pas surprenant d’avoir nommé un ancien agent immobilier comme adjoint chargé de l’urbanisme, quand on sait les relations étroites entre l’urbanisme et l’immobilier ?

Il n’est pas inutile de rappeler que l’action publique a pour impératif de se dérouler sur la base de règles bien précises qui ne doivent souffrir aucune exception.

Une des règles évidentes mais malheureusement trop souvent oubliée, est celle qui consiste à ce que les élus décident en toute connaissance de cause lorsqu’ils votent dans les assemblées délibérantes. Il n’y a qu’à suivre de près la politique municipale grenobloise pour constater que tel est rarement le cas. De fait, le conseil municipal est la plupart du temps une simple chambre d’enregistrement. Prenons seulement trois exemples :

Lire le reste de cet article »

Ecole des Buttes : fin de partition

Publié le 12 avril 2013

Depuis près d’un an, immédiatement après le sinistre qui a ravagé une partie de l’école des Buttes, les parents n’ont cessé de lutter et de dépenser beaucoup d’énergie pour éviter le pire. Courriers d’interpellations des élus, demandes de rencontres, réunions, pétitions… jusqu’à cette manifestation avec les enfants en mairie lors du conseil municipal de mars. Pugnaces, tenaces, ils réclamaient depuis des mois l’installation de bâtiments préfabriqués afin que dès la rentrée 2013, l’ensemble des élèves aujourd’hui dispersés puissent se retrouver sur le site de leur école. Une demande rejetée par la ville d’abord pour des questions financières. Une justification inacceptable quand les parents ont comparé le prix d’un préfabriqué évalué entre 30 000 € et 40 000 € aux 250 000 € dépensés par la ville dans l’opération de communication « Grenoble Factory ». Après une rencontre avec Jérôme Safar pour qui, tout compte fait, cela n’était pas une question de moyens financiers, ils viennent d’obtenir satisfaction. Un préfabriqué prendra donc place dans la cour de l’école des Buttes dès la rentré 2013.

Lire le reste de cet article »

Vivre à Grenoble : Un stylo de la démocratie locale pour le maire!

Publié le 12 avril 2013

L’association « Vivre à Grenoble » a offert le 11 avril un stylo géant au maire de Grenoble, ainsi qu’une enveloppe géante pré-timbrée à l’adresse de l’association pour qu’il réponde enfin à leur demande, datant du 25 janvier, d’organiser un débat extraordinaire au conseil municipal.

Le délai de deux mois étant écoulé depuis la remise des 17000 signatures de la pétition, l’absence de réponse signifie que le maire a refusé implicitement les demandes précises de l’association. Comme d’habitude, la majorité municipale n’en fera qu’à sa tête, ignorant les demandes légitimes des habitants.

Voici le communiqué de « Vivre à Grenoble » du 11 avril.

Lire le reste de cet article »

La réunion sur l’urbanisme du réseau citoyen : un vrai succès

Publié le 12 avril 2013

logoReseauCitoyen2Cette première réunion du réseau citoyen est une réussite indéniable puisque la salle de conférence de la Maison des Associations avait fait le plein.

Après une rapide présentation de la démarche du réseau, trois personnes ont présenté des exemples de la politique actuelle qu’il faut arrêter si on veut préserver un avenir équilibré de notre ville.

Marc Wiel a ensuite mis au débat la question de la densification de la ville. Il a fait état des recherches récentes mettant en cause les visions simplistes qui croient que la lutte contre la périurbanisation passe par la densification. Or, on ne pourra lutter contre la périurbanisation que si

  • les prix des logements (location ou accession) restent accessibles au plus grand nombre dans la ville,
  • s’il n’y a pas trop d’écart entre le nombre d’emplois et la population active sur un territoire (pour éviter les déplacements des pendulaires).
  • si la vitesse des transports est trop rapide, ce qui peut inciter d’habiter loin de son emploi.

Seul le 3ème point est actuellement un frein à la périurbanisation. La politique municipale actuelle a tout faux sur les deux autres points et n’a pour résultat que de détériorer de la situation.

Lire le reste de cet article »

Tarifs du chauffage urbain, rien à l’horizon

Publié le 12 avril 2013

C’était une promesse du premier adjoint, un nouvel avenant devait être adopté par les 6 communes délégantes en mars ou avril 2013, enfin les tarifs seraient fondés sur la réalité du service rendu et définis en collaboration avec le collectif “Pour un chauffage urbain juste et solidaire.”

En fait il n’y aura pas d’avenant avant des mois et de collaboration il n’y en pas puisque les demandes précises d’informations du collectif se heurtent à un silence pesant. L’OFiPoPu (Observatoire Finances et des Politiques Publiques) vient d’éditer une nouvelle lettre d’information sur « comment élaborer de justes tarifs du chauffage urbain ? ».

En résumé : l’OFiPoPu tire les conséquences des jugements récents du tribunal administratif qui ont annulé les tarifs du chauffage urbain de mars 1983 à octobre 2011 ! Soit presque 30 ans d’illégalités ! La seule manière d’élaborer un tarif d’un service public qui réponde aux exigences des lois, des règlements et de la jurisprudence est de faire la plus totale transparence sur les charges du service qui concourent au service rendu et à lui seul.

Lire le reste de cet article »

Protection de l’enfance : étape positive au Conseil général, mais la vigilance reste de mise

Publié le 12 avril 2013
130412-social-cg38

Mobilisation des travailleurs sociaux devant le conseil général le 12/4/13

La rencontre des représentants de l’intersyndicale du secteur avec le président du Conseil général, a débouché ce vendredi 12 avril sur une première étape plutôt positive.

Le président du Conseil général s’est engagé sur les mesures suivantes :

  • le plan d’économie prévu (300 suppressions de places d’accueil en établissements entraînant 180 suppressions de postes ETP (équivalent temps plein) est réputé caduc.
  • Un plan de travail concernant la réalisation d’un nouveau schéma départemental de l’action sociale sera mis en place dès le mois de mai. Les salariés et les représentants syndicaux seront associés à cette réflexion.
  • Une déclaration écrite commune a été signée par les parties en présence (A. Vallini et les représentants syndicaux) et sera publiée par le Conseil général. La voici :

Lire le reste de cet article »

Base Elèves, la justice défend les libertés

Publié le 12 avril 2013

base-elevesBase Elèves était une initiative de l’éducation nationale sous le précédent mandat présidentiel pour ficher dès l’école primaire, notamment l’origine et la religion des enfants sous prétexte d’assurer un « suivi ». Il appartenait aux directeurs d’école de faire remplir ces dossiers. D’où les sanctions de l’inspectrice d’Académie de l’Isère à l’égard de ceux qui ont refusé.

Voici des extraits d’un communiqué de presse des syndicats enseignants de l’Isère et du CIRBE (Collectif Isérois pour le Retrait de Base Élèves) suite à une décision du tribunal administratif de Grenoble d’annuler les sanctions infligées à des enseignants suite à leur refus d’inscrire leurs élèves dans Base élèves.

Lire le reste de cet article »

Le CAC 38 vigilant sur la dette de la Métro

Publié le 12 avril 2013

tirelireLe collectif pour un audit citoyen de la dette publique – Isère (CAC 38) examine les dettes des collectivités. La Métro lui a communiqué les détails de ses emprunts en cours de remboursement. Le CAC 38 a transmis à la Métro son analyse dont voici l’essentiel.

Glossaire :

  • un contrat de swap consiste à échanger un taux d’intérêt contre un autre pour une durée convenue à l’avance.
  • Produits de pente : le taux des intérêts payés dépend de l’évolution de l’écart entre les taux courts et les taux longs et donc de la pente de la courbe des taux.

Lire le reste de cet article »

Non à la disparition de la bibliothèque du Museum

Publié le 12 avril 2013

Il est important que les scientifiques et les amateurs puissent conserver un accès à la bibliothèque du Museum et donc qu’elle soit maintenue. Nous relayons ce communiqué du syndicat FO de la ville de Grenoble :

« Depuis le 1er octobre 2012, la Ville de Grenoble a fermé une bibliothèque au public. Cette bibliothèque est aujourd’hui menacée de disparition pure et simple. Il s’agit de la bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle de Grenoble.

Lire le reste de cet article »

La sécurité, une exigence démocratique fondamentale

Publié le 5 avril 2013

Le 2 avril, le Dauphiné Libéré a décrit, témoignages à l’appui, les zones de non droit qui se développent dans certains quartiers, zones prises en main par les mafias de la drogue et de l’économie parallèle. Les habitants des immeubles dont les adresses sont rendues publiques, sont victimes de ces agissements inadmissibles et se sentent totalement abandonnés. L’ADES a fait un communiqué à ce sujet qui rappelle les responsabilités notamment du maire pour la répression des troubles de voisinage.

Malheureusement l’Etat n’assume pas ses devoirs et la destruction de la police de proximité par la droite a conduit à abandonner de nombreux quartiers aux mafias. Il faut tout reconstruire. De plus, trop souvent, le maire n’assume pas non plus ses responsabilités de police.

Il n’est donc pas inutile que tout citoyen sache ce que dit la loi à ce sujet.

Lire le reste de cet article »