Archives pour le mot-clef ‘analyses électorales’

Analyse du 2ème tour des élections législatives

Publié le 23 juin 2017

Le fait politique majeur est celui de la chute historique de la participation ; alors qu’il y avait en 2012 plus de la moitié des inscrits qui s’étaient exprimés au 2ème tour, le 18 juin c’est un seulement peu plus d’un tiers (38%) qui l’a fait !

Entre les deux tours il y a 4,5 millions de voix exprimées en moins.

En Isère, le quasi grand chlem pour LREM (La république en marche) à part Mme Battistel. La victoire de cette dernière traduit tout de même la reconnaissance du travail parlementaire et le refus de l’opportunisme le plus évident de la part du maire de Seyssins. Les candidats FN sont battus sèchement : 26,5% sur la 2ème circonscription, 36,1% dans la 8ème, 35,4% dans la 10ème et même M. Dezempte (soutenu par le FN) est battu (44,8%) ce qui est une très bonne nouvelle.

National Participation Blancs-nuls Exprimés/inscrits 2017 Exprimés/inscrits 2012
1er tour 48,70% 1,10% 47,62% 56,32%
2ème tour 42,60% 4,20% 38,43% 53,27%

Il y a maintenant 8 femmes députées sur 10 en Isère et 9 députés LREM.

Lire le reste de cet article »

Analyse du 1er tour des législatives à Grenoble

Publié le 16 juin 2017

Dans les circonscriptions de l’Isère, comme au niveau national, la République en marche (LREM) est partout en tête au premier tour et largement. On assiste à l’effondrement du PS et dans une moindre mesure de la droite traditionnelle. La participation s’est effondrée et a touché tous les électorats, davantage le FN et la France Insoumise au niveau national.

Déjà en 2012, la participation aux législatives avait été faible (57,2%) en 2017 c’est moins d’un électeur sur deux qui s’est déplacé pour voter (48,7%) soit un recul de 8,5 points. A Grenoble la participation diminue de 7 points n’atteignant que 49,7%.

A Grenoble, par rapport à l’élection présidentielle, c’est un tiers des électeurs qui a déserté le vote. Cette baisse de participation touche de manière très forte les bureaux qui sont traditionnellement des bureaux qui votent peu : Anatole France 1, Teisseire 1 et 2, Beauvert 1, Arlequin 1, Village Olympique 1 et 2 et André Abry. Dans ces bureaux il y a deux fois moins de participation qu’aux présidentielles. Le record est à Mistral où seulement 17 % des inscrits se sont déplacés !

Lire le reste de cet article »

Vote au deuxième tour de la présidentielle dans la métropole

Publié le 19 mai 2017

Comme au niveau national, dans les 49 communes de la métropole, le nombre de suffrages exprimés a beaucoup diminué entre les deux tours : diminution de 11,8%.

Macron atteint 75,3% des suffrages dans la Métro (ce qui est nettement supérieur à son score national) et Mme Le Pen 24,7%. A noter que hors de Grenoble le Front National atteint presque 28 %.

Lire le reste de cet article »

Analyse des résultats du 2ème tour de l’élection présidentielle

Publié le 12 mai 2017

La caractéristique politique principale est que le Front National continue son expansion, gagnant 3 millions d’électeurs entre les deux tours alors qu’il y a une baisse de la participation et une augmentation des bulletins blancs et nuls. Au premier tour il y avait 22,23% d’abstention et 2,56 % de blancs et nuls alors qu’au second tour il y a eu 25,44% d’abstentions et 11,47 % de blancs et nuls (4,07 millions).

Au second tour c’est seulement 66,01 % d’exprimés contre 75,77 % au 1er tour. Globalement il y a une diminution des exprimés de 4,7 millions. A comparer à l’élection de 2012 où il y a eu, au second tour, 75,68% d’exprimés et seulement 5,82 % de blancs et nuls.

Le Front National atteint 33,92% des suffrages exprimés (10,64 millions d’électeurs) soit une augmentation de 3 millions d’électeurs en plus par rapport au 1er tour, soit 12,6 % de plus.

Lire le reste de cet article »

Élection présidentielle, analyse des résultats du premier tour, suite.

Publié le 5 mai 2017

Il est intéressant d’étudier les évolutions en nombre de voix des différents électorats entre les deux présidentielles de 2012 et 2017 à Genoble, bureaux de vote par bureaux de vote. Mais les périmètres de nombeux bureaux de vote ont été transformés entre ces deux élections. On peut toutefois faire une analyse sur les bureaux qui n’ont pas changé, ce qui représente environ 37 000 suffrages exprimés sur 65 000. Il faut toutefois noter qu’entre 2012 et 2017 il y a eu de nombreux changement de population à Grenoble (même si les électeurs restent longtemps inscrit dans leur ancien bureau de vote), ce qui peut faire évoluer la sociologie politique de certains bureaux.

Cet échantillon de bureaux de vote est représentatif, les résultats d’ensemble sont très proches des résultats de Grenoble en donnant un peu plus de votes à Mélenchon (30,5% au lieu de 28,9%) et un peu moins à Fillion (14,2% au lieu de 15,1%).

Dans les graphiques suivants, chaque point est un bureau de vote représenté par le nombre de voix obtenues en 2012 et 2017. Lorsque les points sont à peu près alignés cela indique une corrélation forte entre les deux variables représentées en ordonnée et en abscisse. Au contraire si les points sont distribués en nuage, cela indique une absence de corrélation.

On verra dans les résultats suivants qu’il y a des corrélations importantes entre les votes de 2012 et de 2017 et qu’on peut assez bien expliquer les évolutions électorales par les mêmes évolutions qui ont été étudiées par les sondages nationaux.

Lire le reste de cet article »

Analyse des résultats du 1er tour de l’élection présidentielle

Publié le 28 avril 2017

Pour la première fois dans l’histoire de la 5ème République les grands partis dits de gouvernement ne sont pas présents au 2ème tour d’une présidentielle. Usés et divisés, incapables de se renouveler, ces partis de droite et de « gauche » ont été incapables d’offrir une perspective crédible aux électrices et aux électeurs. Reste désormais au 2ème tour et face à face, un inquiétant parti d’extrême droite et un regroupement très composite autour d’un candidat qui a réussi à perturber le petit jeu politique habituel pour la lutte des places.

Pour ce qui concerne la prochaine politique gouvernementale tout, ou presque, devrait se jouer dans ce qui ressemble à un 3ème et 4ème tour présidentiel, les élections législatives du mois de juin 2017. Celles-ci ne sont plus une simple ratification amplifiée du résultat de la présidentielle.

Une autre leçon de cette campagne, c’est l’échec total du système des primaires, mais est-ce que cela les condamne réellement ?

La participation au 1er tour est un peu plus faible qu’en 2012 avec 77,8 % de votants contre 80,4 %. Contrairement à ce qui était annoncé les électeurs se sont assez bien déplacés et il y a eu très peu de bulletins blancs et nuls 2 % contre 4,7 % en 2012 et en conséquence le taux de votes exprimés est resté constant à 75,8%. Les électeurs ont donc trouvé dans l’offre électorale du premier tour de quoi s’exprimer.

Mais dans la commune de Grenoble le taux de votes exprimés a nettement diminué entre 2012 et 2017, passant de 78% à 74 %. Alors qu’il y avait 330 inscrits de plus en 2017 qu’en 2012, le nombre d’exprimés a chuté de 3100 voix, les vacances scolaires ont certainement joué et la difficulté pour faire des procurations a dû empêcher certains votes et… qui sait, la lassitude ou le dégoût d’un électorat qui dans cette commune est particulièrement exigeant face aux corrupteurs et aux corrompus.

Lire le reste de cet article »

Comment apprécier les résultats du 1er tour de l’élection présidentielle à Grenoble ?

Publié le 21 avril 2017

À l’ADES nous avons pris l’habitude d’examiner les résultats des élections en fonction de l’évolution d’électorats bien définis politiquement : extrême droite, droite, (parfois centre droit), gauche PS, gauche PC ou Front de gauche, écologistes, extrême gauche. Bon an, mal an, à toutes les élections locales ou nationales nous pouvions ranger les candidats dans ces catégories et regarder les évolutions, ainsi que l’évolution de l’abstention et des votes nuls (et blancs). Pour cette présidentielle, il est quasiment impossible de ranger tous les candidats dans ces catégories habituelles, c’est ce qui en fait son intérêt mais interroge sur les significations profondes du changement dans les votes.

Pour que nos lecteurs puissent faire des comparaisons avec les élections présidentielles précédentes à Grenoble nous en rappelons les résultats.

Lire le reste de cet article »

Primaires du PS, 2ème tour

Publié le 3 février 2017

La participation a été plus importante qu’au 1er tour (+ 23% au niveau national et 25,5% de plus à Grenoble), mais reste nettement plus faible qu’en octobre 2011 (-30%).

Ce renfort de votants a beaucoup profité à B. Hamon qui atteint 58,7% au niveau national, soit nettement plus que son score du 1er tour augmenté de celui de Montebourg (54,3%).

A Grenoble le score atteint presque les 2/3 des voix (64,5%), alors qu’au 1er tour la somme Hamon + Montebourg atteignait 58 %, soit une amplification plus forte qu’au niveau national.

Lire le reste de cet article »

Elections régionales, analyse du 1er tour

Publié le 11 décembre 2015

UrneUne forte abstention

La participation a été faible, même si elle a un peu progressé depuis l’élection régionale précédente. Pourtant il y a quelques mois les prévisions étaient pessimistes. Nationalement la participation atteint les 50 %, mais à Grenoble comme dans de nombreuses grandes villes, elle est nettement inférieure à la moyenne nationale avec une petite progression de 2 points entre 2010 et 2015.

Participation en % 2015 2010 différence
National 49,98 46,33 3,65
Rhône-Alpes 48,24 42,9 5,34
Isère 48,31 42,9 5,41
Grenoble 44,5 42,31 2,19

Lire le reste de cet article »

Résultats des élections départementales à Grenoble

Publié le 3 avril 2015

rassemblement isereLe Rassemblement des citoyens pour une Isère solidaire et écologique a 4 élus sur Grenoble : Nadia Kirat et Benjamin Trocmé sur le canton 1, Olivier Bertrand et Véronique Vermorel sur le canton 3.

Salima Djidel et Alain Dontaine ont manqué de peu l’élection sur le canton 4 qui était le plus difficile pour le Rassemblement.

Les résultats détaillés sur Grenoble sont intéressants.

Dans les trois cantons strictement grenoblois (n° 1, 3 et 4) il y avait un affrontement entre les candidats du Rassemblement des citoyens pour une Isère solidaire et écologique et les candidats de la majorité départementale sortante. Le Rassemblement sort nettement en tête avec un rapport de force confortable de 54 % contre 46 % et 4 élus contre 2.

Lire le reste de cet article »

Résultats du 1er tour des élections départementales à Grenoble

Publié le 27 mars 2015

UrneLa comparaison détaillée bureau par bureau est difficile car de nombreux bureaux ont été redécoupés, notamment dans le canton 4. Dans ce qui suit, le canton 2 est limité à sa partie grenobloise.

Participation 

Par rapport aux élections municipales il y a une diminution nette de la participation, elle atteint 46% au lieu de 52,4 %, donc environ 88 % seulement des électeurs des municipales sont allés votés aux départementales. La baisse est très homogène suivant les cantons (une petite différence sur le canton 4 qui s’est un peu moins mobilisé : 86 % des électeurs des municipales). Mais comme d’habitude il y a des écarts par rapport à cette moyenne. Teisseire 2 s’est beaucoup abstenu (66 %des municipales), Vieux Temple 2 s’est fortement mobilisé (95 % des municipales). Ces différences de participation n’ont pas donné lieu à des distorsions importantes dans les votes.

Comparaison avec les élections municipales de mars 2014.

A priori il était difficile de comparer les résultats du Rassemblement des citoyens pour une Isère solidaire et écologique au score de la liste menée par Eric Piolle ; l’équation personnelle du candidat maire était plus favorable que des candidatures peu connues (à part O. Bertrand et A. Dontaine dans une moindre mesure), donc on pouvait s’attendre à un moindre résultat aux départementales. Pour la gauche traditionnelle PS + PC plus alliés, la comparaison se fait avec la liste menée par J.Safar aux municipales. Pour la droite on ajoute à la liste UMP, la liste Modem et la liste D.Bonzy aux municipales et pour les départementales la liste UMP-UDI et Debout la France. Les divers aux municipales sont des listes d’extrême gauche et aux départementales essentiellement la liste L.Benmaza sur le canton 3.

Lire le reste de cet article »

Municipales 2014 : Analyse rapide des résultats de l’élection

Publié le 5 avril 2014

Participation

Une évolution impressionnante ente les 2 tours : + 13,3 % de votes exprimés sur la ville. Jusqu’à atteindre 59 % de votants  contre 52,4 % au 1er tour. A comparer avec les élections précédentes où la participation avait diminuée de manière régulière depuis 1983, où plus des deux tiers des électeurs se déplaçaient pour voter. Lorsqu’il y a une offre intéressante, l’électeur se déplace.

ParticipationMunicipales1983-2014

Il  y a eu 5776 exprimés de plus pour le 2ème tour. 5 listes ont disparu entre les 2 tours, il y a donc des reports de voix sur les 4 listes restantes au 2e tour. Piolle augmente de  6918 voix (+54% !!!) ;  Safar n’attire que 2514 voix de plus (+23%) alors qu’il bénéficiait de désistements de listes de droite éliminées dès le 1er tour.

Le supplément de participation a profité largement à la liste d’E. Piolle, qui apparaissait comme l’alternative crédible après le bon résultat du 1er tour.

Lire le reste de cet article »

Les réalités électorales à Grenoble

Publié le 21 décembre 2013

On entend ces temps-ci la petite ritournelle d’un PS, assez inquiet, qui essaie de mettre dans la tête des électeurs grenoblois que la droite représente un danger aux municipales de 2014 et qu’en conséquence il faut voter pour lui dès le 1er tour. Rien n’est plus faux. Le potentiel électoral de la droite (et de l’extrême droite) n’est que d’environ un tiers des voix à Grenoble et ceci depuis de longues années.

Voici les résultats des dernières élections à Grenoble :

Lire le reste de cet article »

Analyse rapide du 2ème tour des élections législatives à Grenoble

Publié le 22 juin 2012

Sans aucune surprise les sortants des deux circonscriptions (Fioraso et Destot) ont été réélus très largement.

Par rapport au 2ème tour des élections de 2007 il y a 5 points de moins de participation sur Grenoble et 4 points de moins qu’au 1er tour du 10 juin 2012. De plus il y a une forte augmentation des bulletins nuls entre les deux tours (de 0,8% à 3,3%), ce qui est classique puisque de nombreux électeurs n’ont plus le candidat de leur choix. Les nuls sont beaucoup plus important sur les 3 cantons de la 3ème circonscription (Destot) soit 3,8 %, que sur les 3 cantons de la 1ère (Fioraso, 2,9 %). Il y a 4620 exprimés de moins qu’au 1er tour soit presque 10 % de moins !

A noter que 3 bureaux de vote ont plus voté au 2ème tour qu’au premier : Abbaye2, Teisseire1 et Mistral, ce sont des bureaux très populaires où la gauche fait 80 % ou plus, mais ces bureaux votent tout de même très peu par rapport à la moyenne de la ville.

Les candidats de gauche ne font pas le plein des voix de gauche du 1er tour, de même les candidats de droite ne font pas la somme des voix de droite et d’extrême droite.

Lire le reste de cet article »

Analyse du 1er tour des élections législatives à Grenoble

Publié le 15 juin 2012

Pour comprendre quels sont les évolutions des votes des Grenoblois, il est nécessaire de prendre en compte les évolutions nationales entre les deux élections législatives et examiner ce qui a évolué différemment à Grenoble qu’en France. C’est ainsi qu’il apparait que :

  • le maire ne progresse pas autant qu’il aurait dû le faire
  • l’adjoint à l’immobilier est fortement sanctionné
  • par contre la nouvelle ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche est plébiscitée à Grenoble
  • le Front de Gauche régresse plus sur la 3ème circonscription que sur la première
  • et la forte progression de G. Fioraso limite celle d’EELV sur la première circonscription.

Lire le reste de cet article »

Analyse 2ème tour des présidentielles à Grenoble

Publié le 11 mai 2012

Avec 64,3 % des suffrages exprimés, F. Hollande réalise un très gros score à Grenoble, S. Royal n’avait réuni que 58 % des suffrages en 2007. C’est un des meilleurs résultats de toutes les grandes villes, derrière Rennes (67%). A contrario, la droite s’effondre par rapport au scrutin de 2007, passant de 42% à 35,7%. Globalement ces évolutions sont beaucoup plus fortes qu’au niveau national.

Participation

Contrairement au niveau national, Grenoble a légèrement moins voté au 2ème tour qu’au 1er (0,4 point de moins soit 140 électeurs en moins).

Lire le reste de cet article »

Rapide analyse du 1er tour de l’élection présidentielle

Publié le 27 avril 2012

Les résultats du 1er tour des élections présidentielles montrent que depuis quelques années, les votes des électeurs varient dans de grandes proportions. Aux présidentielles de 2012, le critère qui semble avoir dominé l’élection est la sanction à apporter à Sarkozy. C’est la première fois qu’un président sortant fait un score aussi faible au 1er tour d’une présidentielle. La sanction est d’autant plus sévère que Sarkozy a tout fait pour ne pas avoir de concurrence dans son camp et que c’est un redoutable compétiteur.

Lire le reste de cet article »

Primaires socialistes 2ème tour – Analyse à Grenoble

Publié le 21 octobre 2011

Encore plus de votants qu’au premier tour, presque 2,9 millions d’électeurs se sont déplacés, Hollande atteignant nationalement 56,6 % et Aubry seulement 43,4 %. Dans l’Isère ce sont 58000 électeurs qui ont voté donnant 53,2% à Hollande et 46,8 % à Aubry. Hollande a beaucoup plus augmenté ses voix par rapport au 1er tour qu’Aubry.

A Grenoble la participation a été très forte. Aubry reste en tête mais difficilement (51,7%). Hollande augmente ses voix du 1er tour de 1684 voix (+ 61%) alors qu’Aubry n’augmente que de 1270 voix (+ 36 %).

A noter que dans les bureaux de vote où le PS dépasse les 50 % des voix de gauche (aux régionales de 2010), c’est Hollande qui est nettement en tête (53,6 %) alors que dans les bureaux de vote où c’est le reste de la gauche (EELV et FDG) qui domine à gauche c’est Aubry qui fait ses meilleures scores (54% en moyenne).

Donc comme au 1er tour, les électeurs de gauche qui n’ont pas voté PS au 1er tour des régionales ont plus voté Aubry que Hollande.

Le résultat de Grenoble n’est pas une réussite pour le maire qui a été très en vue, surtout à la télé, dans le soutien à Aubry, sa candidate n’atteint pas les 52 %, ce qui est faible et elle n’est majoritaire que grâce à la gauche hors PS. Il était pourtant chargé des questions de sécurité, sujet très sensible à Grenoble.

Nous avions indiqué, lorsque M. Destot s’était déclaré pour M. Aubry, que ce n’était pas une bonne nouvelle pour elle, car tout ce qu’entreprend le maire, surtout depuis 2008, se termine par un échec. Voilà une preuve supplémentaire !

Primaires socialistes – Analyse à Grenoble

Publié le 15 octobre 2011

La très forte participation des citoyens sympathisants de gauche est riche d’enseignements.

A Grenoble, 8 999 électeurs se sont déplacés. Par rapport aux 83 069 inscrits cela peut sembler un peu faible (11%) mais si on compare avec les votes exprimés lors des élections régionales de 2010, c’est comparable (94%) au nombre de voix qu’avait obtenu la liste PS au 1er tour : 9 539 voix !

On observe les mêmes comportements électoraux que pour des élections locales, avec une plus faible participation dans les bureaux de vote les plus populaires (exemple Village Olympique qui n’a que 6,4% des inscrits comme votants).

Mais les électeurs du PS ne sont pas les seuls à s’être déplacés. Beaucoup d’électeurs de gauche et écologistes sont allés voter.

En effet dans 5 bureaux de vote où le vote PS est fort (dépasse 50 % du score de la gauche et écologistes aux régionales), le taux de votants par rapport au vote PS aux élections régionales est plus faible que la moyenne avec 72 % au lieu de 94 %. Dans 8 bureaux de vote où le PS est plus faible à gauche (41% de la gauche) c’est le contraire il y a un plus fort taux de vote par rapport au vote PS des régionales : 111 %. Donc de nombreux électeurs de gauche et écologistes qui n’ont pas voté PS aux régionales ont participé à ces primaires. Le vote de ces électeurs profite à Aubry et à Montebourg.

Lire le reste de cet article »

Sénatoriales, un échec de la droite

Publié le 29 septembre 2011

Le sénat qui bascule à gauche, c’était un rêve, c’est maintenant une réalité. Que ce soit nationalement ou dans l’Isère, la poussée de la gauche et des écologistes s’apparente à un raz de marée.

Alors qu’en 2001, en Isère, la droite était largement majoritaire (52%) parmi les grands électeurs, elle est, en 2011, largement minoritaire (46 %). La gauche traditionnelle a réalisé un très bon score (46 %) alors qu’elle ne faisait que 40 % en 2001.

Les écologistes progressent en voix (+ 29%) malgré la perte de 18 grands électeurs à Grenoble suite à la perte d’élus à Grenoble (11 en 2001 dans la majorité et 6 en 2011 dans l’opposition). La campagne dynamique de R. Avrillier et de ses colistières et colistiers a permis cette progression malgré la pression du vote utile

Le rejet de la politique gouvernementale, accentuée par la multiplication des listes, a fait perdre la droite. Par exemple en Isère la somme des différentes listes de droite (hors extrême droite) atteint 1269 exprimés contre 1270 pour la liste de la gauche traditionnelle ! Unie elle aurait pu disputer le 3ème siège et c’est dans de nombreux département la même situation.

Au niveau national, c’est avec les écologistes que la gauche gagne le sénat ; il est regrettable que R. Avrillier ne puisse apporter ses compétences dans cette assemblée qui doit contrôler l’exécutif (et il y en a bien besoin) et voter les lois.