Archives de janvier 2013

Chauffage urbain, une victoire très importante pour les usagers

Publié le 25 janvier 2013

Un des premiers actes important du mandat de cette majorité vient d’être mis à mal par la justice administrative suite à un recours de l’ADES contre les tarifs de 2008 du chauffage urbain.

Le 23 juin 2008, la majorité municipale, avec J. Safar à la baguette, vote de nouveaux tarifs pour le chauffage urbain, l’opposition de droite UMP s’abstient, seuls le groupe des élus « Ecologie et solidarité » vote contre.

Les usagers protestent contre ces nouveaux tarifs et fondent le «Collectif pour un chauffage urbain juste et solidaire » qui est prêt à débattre et à négocier avec les communes sur de nouveaux tarifs, mais qui ne sera en rien associé au nouvel avenant au contrat entre les communes et la CCIAG, qui arrête des nouveaux tarifs à partir du 1er novembre 2011, qui remplacent ceux de 2008.

Le 16 janvier 2013 (plus de 5 ans après !), le tribunal administratif donne raison à l’ADES qui a contesté les tarifs de 2008.

Le jugement du tribunal administratif est très intéressant. Il s’agit d’une très bonne leçon de droit que devrait méditer tous les élus avant de voter des tarifs d’un service public industriel et commercial comme le chauffage urbain, l’eau, l’électricité…

Le collectif pour un chauffage urbain juste et solidaire (copropriétés et locataires, CNL, CSF, CLCV) se réunit pour décider des actions à venir : mercredi 30 Janvier 2013 à 18h15 Salle du Goulp au Village Olympique 21 rue Christophe Turc à Grenoble.

Lire le reste de cet article »

« Grenoble en tête » suite

Publié le 25 janvier 2013

« Grenoble élue 1ère ville où bien vivre sa retraite ». Ce titre élogieux barre la couverture du numéro de février de « Notre Temps » le magazine des séniors. Mais où vont-ils chercher tout cela ? Pour le savoir on cherche avec avidité les pages intérieures du magazine et l’on découvre, par la voix de Bruno Maresca, sociologue responsable du département Evaluation des politiques publiques du Credo que : « Grenoble arrive en tête car elle bénéficie d’acquis importants en termes de qualité de vie. C’est le fruit de politiques municipales mises en place dans les années 1970 et 1980… »

Bon, il y a bien eu ces dernières années une tendance à la dégradation mais les fondamentaux comme on le dit en sport sont tellement solides que l’ensemble résiste bien. On se disait aussi !…

Menaces sur la qualité de l’eau de Grenoble ? Suite

Publié le 25 janvier 2013

Le 17 janvier, nous lancions une alerte sur une potentielle menace sur la qualité de l’eau de Grenoble par une éventuelle remise en eau du Drac au droit du puits de pompage PR4 de l’eau de Grenoble.

Les défenseurs de cette remise en eau, qui est écologiquement positive, ont peut-être lu un peu trop rapidement cette alerte en l’interprétant comme une hostilité de l’ADES au principe de cette remise en eau. La plupart de l’alerte était au conditionnel et le titre se terminait par un point d’interrogation. Voici donc quelques compléments d’information.

Lire le reste de cet article »

Rythmes Scolaires : manque d’animation

Publié le 25 janvier 2013

Si la mise en place des rythmes scolaires suscite de l’inquiétude chez des enseignants comme chez des parents d’élèves, les professionnels de l’animation ont eux aussi de bonnes raisons de s’inquiéter, et pour cause. Alors que d’eux dépend pour une grande part la réussite du projet, totalement oubliés des discussions, ils n’ont jamais eu voix au chapitre. Pourtant ça n’est pas faute de s’être manifestés auprès du Premier ministre, du Ministre de l’Education et de la Ministre des Sports. Ainsi dans une lettre ouverte datée du 22 novembre 2012, le Syndicat de l’Education Populaire formule une série de propositions dont celle-ci : « Le métier d’animateur doit être valorisé : la réforme des rythmes éducatifs risque d’entraîner davantage de précarité et des emplois du temps morcelés pour les animateurs. De plus les accueils de loisirs qui fonctionnaient les mercredis matin disparaîtront de cette tranche horaire. Nous demandons à l’Etat de prendre en compte les conditions de travail des animateurs dans la mise en œuvre de la réforme, et plus généralement de lancer une campagne de valorisation des métiers de l’animation ».

Voilà donc une proposition dont la majorité municipale en particulier à travers ses parlementaires (M. Destot, J. Chiron), devrait s’emparer et porter auprès du Gouvernement et des ministres concernés. Comme le dit l’ADES depuis fort longtemps, notamment à propos des temps de repas scolaires, la prise en charge de qualité des enfants passe par un personnel qualifié s’appuyant sur un statut professionnel reconnu.

Politique politicienne à droite

Publié le 25 janvier 2013

UMP 38 ça se complique

Voila une candidature de plus à droite pour les municipales à Grenoble. Le président du Rassemblement pour le renouveau de l’agglomération grenobloise RRAG fondé fin 2011 (M. Philippe Bedouret) demande que des primaires soient organisées pour désigner le candidat tête de liste pour la droite à Grenoble. Il se déclare disponible : « En ce qui me concerne, je pense pouvoir représenter certainement plus le renouvellement que les prétendants actuels. Mathieu Chamussy assez isolé à droite, Richard Cazenave a connu beaucoup d’échecs en politique et Denis Bonzy n’habite même pas à Grenoble ! Et il ajoute méchamment : « Je tiens aussi à dire… que j’ai un casier judiciaire totalement vierge. ». A noter que le président du RRAG a soutenu la maire de Meylan aux dernières législatives contre le président de l’UMP38, ce dernier ne va donc pas le rajouter aux 40 personnalités qui vont devoir plancher pour essayer de faire une liste unique de droite en mars 2014 à Grenoble. La proposition de primaire à droite vient d’être fortement soutenue par A. Carignon qui se plait à semer la zizanie avec efficacité dans son camp depuis qu’il est sorti de prison. Un crocodile de plus dans le marigot se déclare pour les municipales, le revenant R. Cazenave qui vient d’être réintégré dans l’UMP sans l’avoir demandé !

Lire le reste de cet article »

Démocratie locale, un échec du mandat municipal

Publié le 25 janvier 2013

Le scrutin municipal est maintenant le seul horizon des élus obsédés par leur réélection. La majorité municipale de Grenoble sait bien que la démocratie locale est un des grands échecs de son mandat. Aussi s’emploie-t-elle à le faire oublier en lançant une opération d’évaluation des démarches de démocratie participative afin de démontrer qu’elle est ouverte à des améliorations ultérieures. Oubliez ce que je n’ai pas fait, je vous promets que demain ce sera différent !

Lire le reste de cet article »

Rocade nord illégale, tarifs du chauffage urbain illégaux…

Publié le 25 janvier 2013

nitunnelniviaducConférence de presse du 18 janvier 2013

Deux décisions de la justice administrative rendues récemment vont dans le sens de nos combats pour la défense des services publiques, la démocratie locale, l’écologie et la solidarité :

  • Rocade nord : les délibérations par lesquelles le Conseil général de l’Isère décidait de prendre la maitrise d’ouvrage sont annulées ; il est démontré maintenant que de toutes façons la rocade n’aurait pas pu se faire car toutes les délibérations ultérieures auraient été annulées puisque prises sur des bases illégales. Le Président du CGI a donc été sauvé par l’avis défavorable de la commission d’enquête ! Mais plus grave, toutes les décisions prises depuis fin 2007 pour les études et préemptions, et qui ont engagé des dépenses d’argent public des contribuables du conseil général sont entachées d’illégalités. Il s’agit de dizaines de millions d’euros. Ces sommes manquent cruellement pour l’action sociale et les activités culturelles au CGI.
  • Tarifs du chauffage urbain de 2008 illégaux, tout comme ceux de 1983 à 2008 ! C’est une victoire pour les usagers de ce service public essentiel qui protestent depuis 2008 contre ces tarifs qu’ils estiment trop élevés. La décision du tribunal administratif de Grenoble va les aider fortement dans leurs demandes de se faire rembourser le trop perçu par la CCIAG dans leurs factures de juillet 2008 à novembre 2011.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne à Grenoble

Publié le 17 janvier 2013

Le maire de Grenoble, partira… partira pas avant mars 2014 ?

Le feuilleton du départ de M. Destot avant la fin de son mandat n’en finit pas d’alimenter les gazettes. Comme souvent, le maire parle et les commentateurs se perdent en conjectures. Lors de ses vœux, il a donné une information très précise : « Tout aura une fin, pas pour Grenoble, mais je ne resterai pas maire éternellement » et « contrairement à ce qui a été dit, ici et là, je ne me suis jamais engagé sur un calendrier ». Il précise que « la décision sera prise collectivement, de manière respectueuse, y compris envers moi-même, et en temps voulu ». Sous entendu, je ne vais pas me laisser mettre à la porte. En fait, le maire est contredit par G. Fioraso qui déclare dans le quotidien régional que le maire a déjà choisi son successeur. Les seuls absents de ce débat sont les électeurs qui ont voté (minoritairement) pour un maire et risquent de se retrouver avec un autre sans qu’on leur ait demandé leur avis.

Lire le reste de cet article »

Rythmes scolaires : moi… moi m’sieur !

Publié le 17 janvier 2013

Grenoble en tête, toujours et dans tous les domaines, c’est le message que la majorité s’ingénie à faire passer. Et voilà qu’en tête, elle l’est aussi pour le changement dans les rythmes scolaires. Elle le clame si fort et depuis si longtemps que l’on est pour le moins étonné de n’en trouver nulle trace dans le budget 2013 puisque sa mise en place est prévue dès septembre. Pour aider au démarrage, l’Etat à prévu de contribuer à hauteur de 50 € par élève, soit 600 000 € pour les 12 000 élèves grenoblois. Dans le même temps, la ville a évalué le coût par élève à 150 €, mais l’adjoint à l’éducation s’est empressé de dire qu’il s’agissait là d’un montant approximatif. Mieux vaut être prudent en effet, car à cette heure, personne ne sait à quoi correspond ce chiffre.

En tout état de cause tout bien calculé, la somme globale pour la totalité des élèves s’élèverait à 1,8 M€, atténuée de la contribution de la dotation de l’Etat de 600 000 €, il resterait à la charge de la ville au bas mot 1,2 M€. Une somme qui pourrait être largement dépassée si l’on considère que ce temps spécifique de prise en charge des enfants qui doit se dérouler dans le prolongement de la pause méridienne ou pour le dire simplement le temps de repas, doit l’être par des professionnels ou des personnels formés pour en assurer la qualité. Et ces professionnels ne sont pas forcément les mêmes, s’ils interviennent en maternelle ou en élémentaire. Enfin, c’est compter sans le problème des locaux dans certains secteurs de la ville. Ainsi quand, pour faire face à l’augmentation des effectifs, la ville choisit le « grignotage » des espaces disponibles (pour créer de nouvelles classes) dans les écoles existantes, plutôt que d’en construire, elle se prive d’autant de capacité d’accueil péri-scolaire.

Finances, personnel, locaux ! Grenoble en tête ?…

Migaud : faites ce que je dis, pas ce que j’ai fait

Publié le 17 janvier 2013

Une dépêche de l’AFP du 10 janvier rapporte les propos du premier président de la Cour des comptes (Didier Migaud), lors de l’audience solennelle de rentrée de la Cour des comptes. «Dans le redressement à conduire, une priorité claire doit être donnée au levier “dépenses” par rapport au levier “recettes”», a déclaré M.Migaud. Il a également appelé à ce que l’Etat ne soit pas le seul à faire des économies, mais aussi tous les acteurs de la dépense publique, opérateurs de l’Etat, administration de sécurité sociale et collectivités territoriales.

Lorsqu’il était Président de la Métro, on ne peut pas dire qu’il ait appliqué ces préceptes. En effet il a fortement augmenté la dette de la Métro par des dépenses inutiles (exemple le stade) et à même récupéré 3 M€ dans le budget de l’assainissement (au détriment des usagers de ce service) pour équilibrer le budget de la Métro au lieu de diminuer les dépenses prévues du montant de cette somme ! Faites ce que je dis et ne regardez pas ce que j’ai fait.

Chauffage urbain, on peut perdre le NOR !

Publié le 17 janvier 2013

Depuis des années, la CCIAG (Compagnie de Chauffage Intercommunale de l’Agglomération Grenobloise) envisage de construire une nouvelle centrale sur la Presqu’île. Lors de l’établissement des nouveaux tarifs de 2008 les communes délégantes avaient prévu un nouvel investissement dans les moyens de production de la CCIAG à hauteur de 30 M€. Mais profitant du projet d’«Ecocité » (label attribué par l’Etat, issu du « Grenelle de l’Environnement ») sur la Presqu’île, la CCIAG a proposé de construire une nouvelle centrale biomasse, dénommée NOR (Nord Ouest Renouvelable) beaucoup plus chère (au moins 47 M€) avec de la cogénération, une boucle basse température…  Ce projet n’a pas encore été validé par les communes et certaines (notamment Echirolles) sont très réticentes à le voir se réaliser. Mais les pressions vont se faire de plus en plus fortes car le projet d’Ecocité est un projet phare (et pharaonique) du maire de Grenoble. Le rayonnement international de Grenoble serait en jeu, et GIANT (Grenoble Innovation for Advanced New Technologies) le « MIT »(Massachusetts Institute of Technology) à la française de Jean Therme directeur du CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives), exige des innovations tout azimut. De plus la CCIAG est une vitrine nationale et internationale pour son actionnaire privé Dalkia (filiale de Véolia).

Alors qu’une bonne gestion d’un service public exige de faire les investissements strictement nécessaires au service, ce projet NOR doit être clairement refusé car il ne répond pas aux besoins du service.

Lire le reste de cet article »

La rocade nord était illégale !

Publié le 17 janvier 2013

nitunnelniviaducIl aura fallu 5 ans à trois militants de l’ADES pour faire juger l’illégalité des délibérations du Conseil général de l’Isère qui lançaient la réalisation de la rocade Nord.

Le tribunal a jugé que la prise de maîtrise d’ouvrage par le Conseil général de la réalisation de la rocade était illégale. De même la délibération qui donnait délégation à la commission permanente de mettre en œuvre les procédures nécessaires à la réalisation de la rocade est annulée. Ceci signifie que ces décisions n’ont jamais existé. Donc toutes les dépenses (plusieurs dizaines de millions d’euros) liées à la rocade et engagées à partir de fin 2007 se sont faites dans l’illégalité la plus complète au détriment des contribuables de l’Isère.

Lire le reste de cet article »

Les tarifs du chauffage urbain illégaux !

Publié le 17 janvier 2013

Comme attendu, suite à l’audience de décembre 2012 (voir notre article du 14 décembre 2012), le tribunal administratif a annulé le 16 janvier 2013, à la demande de l’ADES, les tarifs du chauffage urbain mis en place le 1er juillet 2008 par J. Safar. Cette décision aura des conséquences importantes pour les usagers qui demandent depuis de nombreux mois le remboursement du trop perçu dans leurs factures de 2008 à 2011. Nous reviendrons prochainement plus en détail sur cette question.

Menaces sur la qualité de l’eau de Grenoble ?

Publié le 17 janvier 2013

L’eau de Grenoble est naturellement pure et ne nécessite aucun traitement à l’ozone ou au chlore. La ressource durable et renouvelable résulte de la filtration naturelle de l’eau du Drac par les terrains sableux et alluvionnaires de la plaine de Reymure.

C’est le résultat d’une politique publique durable initiée en 1882 par nos responsables publics, et poursuivie par la remunicipalisation du service public de l’eau de Grenoble un temps livrée au privé par des corrupteurs et corrompus.

L’eau de Grenoble est pompée en profondeur dans la nappe du Drac sur le site de Rochefort par plusieurs puits. Le puits le plus utilisé et le PR4 (ou puits des Mollots) car il fonctionne par simple siphon contrairement aux autres puits. Le PR4 fournit environ 60 % de l’eau délivrée par la Régie des Eaux de Grenoble (REG).

Des décisions qui pourraient être prises prochainement par l’Etat d’augmenter le débit réservé du Drac jusqu’à 5,5 m3/s en aval du barrage de Saint Georges de Commiers pourraient mettre en cause la qualité de l’eau de Grenoble si l’augmentation de ce débit n’était pas raisonné et raisonnable.

Lire le reste de cet article »

Réunions sur le budget 2013

Publié le 17 janvier 2013

tirelireComme d’habitude, la majorité municipale présente le budget 2013 dans chaque secteur. Il faut espérer que les interventions des élus soient plus courtes que d’habitude pour laisser du temps aux questions des habitants. Il faut aussi regretter que le projet de budget ne soit pas discuté publiquement avant le vote du Conseil municipal. Cette année il y a eu un léger progrès puisqu’il y a eu en 2012 une présentation publique des orientations budgétaires, mais avec un scénario unique ce qui enlève beaucoup de l’intérêt à ce genre d’exercice. Rappelons que la majorité municipale s’était engagée à mettre en place des formations sur le budget et que ceci n’a jamais été fait.

Lire le reste de cet article »

La solution tant attendue du jeu des Vœux 2013 !

Publié le 11 janvier 2013

De ces balades, tôt dans la ville, il y a de quoi s’époumoner, y a-t-il ville plus polluée pour attraper une grasse toux ?

Dans mon casque, une musique bien choisie : Bertignac, une compil au diapason me berçait en plein frimas. Songeant, dans une odeur de forsythia revigorante, à l’état de notre bon vieux Grenoble, je m’imbibai et tout me vint à l’esprit.

Retrouver une vraie ville est un vrai défi. Or à songer uniquement à sa réélection est une piètre occupation.

Que Grenoble court à sa perte, est vraiment le cadet de leurs soucis. Chacun peut s’en apercevoir.

Nous dénombrons une quantité de problèmes assez drus. On pourrait ne pas en piper mot tel est le festival, l’ininterrompue liste de couacs.

Mais sans passer du temps à far fouiller, comment ne pas citer ces projets qui font splach car mal conçus ; du cri foireux d’Alpexpo, de la hausse des taxes à la triste parodie de démocratie participative, projet olympique flambard, le béton, l’omnipotence des nanos…

Que faire ? Mener ces ânes à bout de longe via les boulevards ? Non ! Sans quolibet, tournons-nous vers l’avenir… mettons-nous à réfléchir, on peut retourner la situation. Cette réflexion de fond, nous l’alimenterons en 2013, ce 2013 que je vous souhaite plein d’accolADES, sans tomber malADES, cher(e)s camarADES !

On aura donc reconnu par ordre d’apparition : Destot, Monery, Grasset, Siebert, Pilaud, Masson, Thiar, Baïetto, Fioraso, Népi, Noblecourt, Bron, Motte, Vallini, Safar, Lachcar, Crifo, Salat, de Longevial(l)e, Betto, Chiron.

Félicitations à un citoyen grenoblois du secteur 3 qui a trouvé toute les réponses en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire, faisant même remarquer que le nom de l’adjoint à l’immobilier prenait deux « L » ! Reconnaissons humblement que l’insertion de ce nom a pu paraître capillotracté, mais ne devait pas induire le lecteur en erreur. Certains diront qu’il y a en réalité 21 noms. Exact mais le premier était déjà donné et n’entrait pas en ligne de compte. Il fallait donc bien trouver 20 noms.  L’ADES renouvelle ses vœux de bonne année 2013 à l’ensemble de ses attentifs lecteurs.

Les arbres qui cachent les affaires

Publié le 11 janvier 2013
Disparition des arbres sur le site du futur hôtel

Disparition des arbres sur le site du futur hôtel

D’un coup d’un seul, on a fait place nette en abattant encore une quarantaine d’arbres (ceux-là n’étaient pas malades) à l’angle de la rue Hoche et du Boulevard Gambetta, et ici comme ailleurs, certains diront encore que c’est pour la bonne cause. Sur cet emplacement destiné initialement à « un équipement public structurant » (culturel, social, espace vert…) dans le cadre des aménagements de la Caserne de Bonne, et après quelques péripéties (voir notre article du 8 avril 2011), les engins de chantiers sont entrés en action. Au regard de leur absence de réaction, les habitants comme les Unions de Quartiers semblent se satisfaire de ce que le promoteur privé SAS VINCI Immobilier ampute le Parc Hoche de quelques 1300 m2 pour y implanter un Hôtel 4 étoiles de 138 chambres avec locaux d’activités en rez de chaussée dont l’ouverture est envisagée en mars 2014. Un hôtel haut au double sens du terme, en gamme et par sa dimension, 26 m de hauteur environ ce qui conduira à fermer un peu plus la vue et l’accessibilité du public au parc.

Lire le reste de cet article »

La situation financière de Grenoble est bonne

Publié le 11 janvier 2013

tirelireLa situation financière de la ville de Grenoble n’a jamais été aussi bonne depuis plus de 20 ans. Un gros effort de redressement a été entrepris à partir de 1995 par les majorités de gauche et écologiste après le passage dévastateur de la corruption. La situation s’est améliorée années après années sans augmentation nette des taux des impôts. En 2009, il n’y avait donc nul besoin d’augmenter violemment les impôts. La majorité gauche-droite a préféré le confort à la sobriété et la plupart des Grenoblois ont subi douloureusement cette cure.

Voici un survol de l’évolution de la situation financière de Grenoble qui montre cette évolution vers une situation financière qui s’améliore au fil des ans.

Lire le reste de cet article »

Où l’on reparle de GEG

Publié le 11 janvier 2013

Le syndicat CGT des salariés de l’énergie de l’Isère a publié un communiqué suite au conseil municipal de Grenoble du 22 octobre 2012 qui avait décidé de confier pour 30 ans, à la SEM GEG la délégation des services publics du gaz et de l’électricité de Grenoble.

Dans ce communiqué le syndicat prend position contre un retour en régie municipale avec un raccourci bien rapide :

« Le fait que GEG se soit depuis longtemps développée à l’extérieur du secteur Grenoblois, le retour à une régie municipale serait vécue comme un véritable repli qui aurait des impacts indéniables sur l’emploi, les usagers et sur la qualité du service public. »

Il est très curieux qu’un syndicat de salariés se fasse une image aussi fausse des réalités de la régie à personnalité morale qui est un véritable établissement public local, étant à la fois lié intimement à la commune et autonome dans sa gestion. Une régie municipale pourrait sans aucune difficulté reprendre toutes les activités de GEG, en direct pour le service public « règlementé » et par l’intermédiaire de filiales pour les autres activités. Il n’y aurait aucun impact négatif sur l’emploi, ni sur le statut des salariés de GEG.

Lire le reste de cet article »

Les « Ateliers Populaires d’Urbanisme » au travail à la Villeneuve

Publié le 11 janvier 2013
Tous droits réservés (photo GK)

Tous droits réservés (photo GK)

Les ateliers populaires d’urbanisme (APU) à la Villeneuve se sont mis activement au travail. Créés par un collectif d’habitants pour participer au projet de rénovation urbaine, ils réunissent de manière régulière des habitants du quartier de toutes générations pour travailler sur leurs besoins et leurs envies de réhabilitation, accompagnés par des intervenants extérieurs, architectes, urbanistes, consultants.

Suite à la dernière réunion fructueuse de décembre, 4 ateliers ont été lancés. Un groupe « réhabilitation des logements » (voir plus bas), un groupe cadre de vie axé sur les aménagements du Parc (notamment un jardin), un autre pour les équipements qui a travaillé particulièrement sur la réhabilitation de l’école des Buttes et qui élabore un contre projet à celui de la mairie. Le quatrième est consacré à la défense du patrimoine.

Une permanence d’échange a lieu tous les troisièmes jeudis du mois à 17H au Patio. Exceptionnellement celle du 17 janvier se déroulera à La Cordée au pied du 40 galerie de l’Arlequin.

Le groupe de travail « réhabilitation des logements » s’exprime dans le tract d’alerte suivant :

REHABILITATION DES LOGEMENTS DE LA GALERIE DE L’ARLEQUIN

Lire le reste de cet article »