Archives de octobre 2013

Les échos du Bd Jean Pain

Publié le 26 octobre 2013

vivre-a-grenoble-esplanadePeu avant la séance du Conseil municipal du 21 octobre 2013, sur le parvis de la mairie, l’association « Vivre à Grenoble » s’est rappelée au bon souvenir de la majorité municipale. Forte de 10 000 signataires grenoblois de la pétition contre le projet de l’Esplanade et malgré son inscription à l’ordre du jour du Conseil municipal du 17 juin dernier qu’elle avait su imposer, l’association estime que la majorité se comporte comme si ce débat n’avait jamais eu lieu. En effet à ce jour aucune réponse à ses demandes de non occupation du périmètre de l’Esplanade, de référendum sur le projet de l’Esplanade, ni à sa proposition alternative de moratoire jusqu’aux élections de mars 2014. Ainsi va la démocratie participative à Grenoble, lorsque 10% du corps électoral grenoblois s’exprime clairement. Et visiblement cela risque de durer puisque L. Masson adjointe à la démocratie locale présente sur le parvis de la mairie, et tournant le dos aux membres de « Vivre à Grenoble » indique aux journalistes dans un même mouvement que « la concertation, on est en plein dedans » et que « le projet a été retravaillé ». De deux choses l’une, ou le projet a été retravaillé et la concertation n’a plus lieu d’être, ou bien la concertation est en cours et le travail se poursuit. Or on apprend que le cabinet de Portzamparc présentera ses modifications. C’est bien ce que l’on disait, on attend toujours une vraie concertation.

Lire le reste de cet article »

Alpexpo à nouveau sur la sellette au Conseil Municipal du 21 octobre dernier

Publié le 26 octobre 2013
Photo DR

Photo DR

Rien d’étonnant puisque les mêmes causes produisant les mêmes effets, il était question cette fois d’un déficit de 660 000€ en 2013. Une situation qui continue donc de donner des signes de fragilité accrue et que le groupe des élus Ecologie et Solidarité a dénoncé par la voix de G. Kuntz, les erreurs de gestion et les irrégularités commises par l’ancienne direction. La nouvelle directrice elle, s’agace d’être sous les feux des projecteurs « …laissez nous travailler, on ne redresse pas un outil comme celui-là en 17 mois » Certes mais en quoi des élus soucieux de la gestion des deniers publics empêcheraient qui que ce soit de travailler ? Et c’est bien parce que la collectivité locale remet au pot qu’Alpexpo poursuit ses activités.

Lire le reste de cet article »

N’en jetez plus… Les cadeaux préélectoraux pleuvent

Publié le 26 octobre 2013

Depuis des années la Tour Perret attend d’être réhabilitée, une délibération avait été prise sous le mandat précèdent pour lancer les études et puis… plus rien. Subitement le Conseil municipal va décider en décembre de la réhabilitation ! Dans un autre genre, le projet de déchetterie sur le terrain Charvet qui était une décision « irrévocable et non négociable » a été arrêté définitivement. L’ immeuble de 50m de haut au croisement rue des Alliés – Cours de la Libération a été, pour l’instant, retiré suite à la contestation des habitants…

Lire le reste de cet article »

Pollution de l’air : les citoyens demandent à être informés pour agir

Publié le 26 octobre 2013
Pollution sur la cuvette grenobloise (photos GK)

Pollution sur la cuvette grenobloise (photos GK)

Air Rhône Alpes (présidé par JM. UHRY), l’observatoire de la qualité de l’air de la région, publie les résultats d’une étude d’opinion sur les préoccupations, les attentes et la volonté d’action des rhônalpins. Il en ressort que les habitants de la région sont prêts à contribuer à l’amélioration de la qualité de l’air mais réclament un meilleur accès à l’information pour y parvenir.

Raison de plus pour aller critiquer le projet de Plan de Protection de l’Atmosphère (PPA) soumis à enquête publique jusqu’au 15 novembre, il manque singulièrement de moyens et de prises de décisions efficaces pour combattre la pollution de l’air.

A noter que l’association SERA (Santé-environnement Rhône-Alpes) vous convie à un débat autour de la qualité de l’air dans l’agglomération grenobloise le mercredi 6 Novembre à 19 heures à la Maison des Associations 6 rue Berthe de Boissieux.

Voici quelques extraits du sondage de l’IFOP pour Air Rhône Alpes auprès de 600 rhônalpins

Lire le reste de cet article »

Municipales : il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué

Publié le 26 octobre 2013

Les têtes de listes aux élections municipales distribuent déjà les postes aux personnes qu’ils veulent voir les accompagner dans la victoire en mars 2014. A voir les mines inquiètes de certains sortants on se rend compte que leur qualification n’est pas acquise. D’autres qui avaient déclaré qu’ils ne repartiraient pas se contredisent après avoir eu l’assurance d’être bien placés sur la liste. C’est le cas de la présidente d’ACTIS, actuelle adjointe au logement qui se voit déjà vice-présidente à la Métro chargée du logement, après avoir déclaré clairement et définitivement au conseil d’administration d’ACTIS qu’elle ne se représenterait pas. Conclusion, J. Safar distribue les postes comme s’il était déjà le prochain maire. Attention, les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent.

Politique du logement et d’urbanisme : à revoir

Publié le 26 octobre 2013

Schneider3Depuis des années nous tirons la sonnette d’alarme sur la politique d’urbanisme et de construction de logements à Grenoble. Au lieu de s’interroger sur les conséquences négatives du prix des logements (en location comme en accession), l’adjoint à l’immobilier continue de recaser de vieilles analyses qui étaient pertinentes il y a 10 ans, mais qui ne le sont plus à cause de l’explosion des prix dans l’immobilier.

Lire le reste de cet article »

Conseil général : au service du public… à titre exceptionnel

Publié le 26 octobre 2013

Au Conseil Général de l’Isère la réorganisation des services sociaux est à l’image des heures de fermeture : exceptionnelle, mais toute l’année. La preuve en photo.

HoraireSocialCG38

Concours de poèmes politiques

Publié le 26 octobre 2013

Des lecteurs nous proposent des poèmes pour animer la campagne politique qui s’ouvre, en voici un florilège.

Haïku

Voici une petite forme poétique pour la campagne en forme de haïku (5-7-5 pieds) :

Vers une moralisation de la vie politique. C’est nouveau, ça vient de sortir désormais les gens ne voterons que pour ceux qui tiendront leurs promesses comme disait le corrompu !

« Venez tous m’élire
Les fouilles vais me les remplir
Promesses sais tenir. »

Séji

Lire le reste de cet article »

Le Rouge & le Vert Hebdo : numéro 150 !

Publié le 19 octobre 2013

Chers lecteurs et lectrices fidèles, vous avez sous les yeux le 150ème numéro de votre « feuille de chou » préférée Rouge et Verte, pour reprendre le qualificatif un brin méprisant de certains élus de la majorité municipale. Cette semaine comme d’habitude, il y en a pour tous les goûts avec cependant une particularité puisque c’est la semaine du « Bon » goût.

C’est finalement une très bonne idée d’avoir assimilé ce journal sans prétention à une « feuille de chou ». Alors que nous sommes en pleine semaine du goût, de l’alimentation équilibrée et saine, nous allons vanter les bienfaits de ce chou, légume parfois méprisé, mais oh ! Combien bénéfique pour la santé qu’il soit rouge ou vert. D’ailleurs la restauration scolaire ne s’y est pas trompée qui propose cette semaine un « duo de choux »

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne : paralysie, simplisme et explosion potentielle

Publié le 19 octobre 2013

A l’UMP38 c’est la paralysie. M. Chamussy s’étant rendu compte qu’il était piégé par la proposition de l’UMP nationale, a essayé de s’en sortir en proposant de déclasser A. Carignon après la 15ème place sur la liste. Evidemment la proposition initiale étant refusée l’affaire est repartie à Paris qui reprend le dossier et dans un mois une nouvelle décision devrait tomber : voir notre article « l’UMP38 et le marionnettiste ».

Les vues simplistes de J. Safar

Lire le reste de cet article »

L’UMP 38 et le marionnettiste

Publié le 19 octobre 2013

Jaloux, Laurent Mourguet l’aurait été à moins devant un tel scénario. Le créateur de Guignol qui puisa une partie de son inspiration dans la Commedia dell arte, aurait fait un véritable tabac grâce à l’UMP 38. Quelle histoire ! En février dernier l’UMP 38 tente, sous l’égide de son président JC Peyrin, d’organiser des primaires pour désigner le grand chef, autrement dit la tête de liste des municipales parmi les candidats suivants : M. Chamussy (leader des élus de droite à la Ville), l’insubmersible A. Carignon (ex-maire corrompu), Denis Bonzy (ex-chef de cabinet du précèdent), et pour faire bonne mesure B. Piton (un jeune illustre inconnu). Après quelques réunions publiques le processus s’arrête net en août au prétexte fallacieux que la mairie ferait obstacle au bon déroulement des primaires en refusant de fournir des locaux municipaux. On en est là lorsque Septembre apporte son lot de surprises avec un revenant mais nouveau venu dans la course à l’investiture, R. Cazenave. Entre temps, (tout le monde suit ?) D. Bonzy a jeté l’éponge. Finalement faute de primaires on s’en remet à la Commission Nationale d’Investiture qui compte, heureuse surprise ! A. Carignon dans ses rangs. Le 8 octobre JF Copé annonce que M. Chamussy conduira une liste dont le 3ème sera A. Carignon, le 5ème B. Piton et le 7ème R. Cazenave. Sur le plateau de France 3 M. Chamussy rayonne, exprime sa satisfaction et sa fierté et fait comprendre que désormais il est le chef.

Las ! deux jours plus tard, nouveau coup de théâtre.

Lire le reste de cet article »

Stade : censure à la télévision publique ?

Publié le 19 octobre 2013

Stade des AlpesLundi 14 septembre, le journal de France 2 à 13 h a diffusé un reportage à la suite d’un rapport critique de la Cour des Comptes sur la dérive de finances des collectivités locales. Pour prendre un exemple concret, ils ont choisi la réalisation du stade des Alpes à Grenoble. C’était un bon exemple puisque ce stade et ses dérives financières ont été réalisés sous la responsabilité de D. Migaud, devenu depuis 1er vice Pdt de la Cour des comptes chargé d’évaluer la bonne ou la mauvaise gestion de l’argent public. Mais la fin du reportage a été coupé, là où justement, la responsabilité de D. Migaud était mise en cause ! Cette suppression pure et simple d’une phrase explicative, et la fin prématurée du reportage ont surpris la journaliste qui présentait le journal. Ah ! cette vieille tentation de la censure, pour « cacher ce passé que je ne saurais voir ! ». France 3 Alpes qui a repris le reportage dans son journal l’a diffusé dans son intégralité, le soir même. Alors deux poids deux mesures dans le service public ?

Lire le reste de cet article »

Alpexpo ou le gaspillage maximum d’argent public !

Publié le 19 octobre 2013
Photo DR

Photo DR

Le scandale de la mauvaise gestion d’ALPEXPO continue de produire ses effets. Rappelons que divers groupes politiques sont présents depuis 2008 dans le conseil d’administration de cette SEM à travers la ville de Grenoble et ALPEXPO : PS, PC, GO, et divers composantes de la droite. Ils sont tous responsables de cette situation. Le capital social de cette SEM se montait à 1,5 M€ au départ, au 31 décembre 2012 les capitaux propres sont négatifs de 3,2 M€. Donc il y a eu destruction de plus de 4,7 M€ de capital dont 65 % d’argent public, soit 1,7 M€ pour Grenoble et 1,4 M€ pour la Métro.

Lire le reste de cet article »

Eau de Grenoble : encore une prime à un grand groupe pour remerciements

Publié le 19 octobre 2013
dessin "autopsie d'un Waterl'eau"

Dessin Cled’12, tous droits réservés

La société des Eaux de Grenoble (SEG), société d’économie mixte, est une invention de M. Destot en 1996 pour conserver dans le service de l’eau les contrats issus de la corruption passés en 1989 par Carignon avec la Lyonnaise des Eaux. Elle remplaçait la COGESE et n’aura duré que quelques années, le temps pour les écologistes d’obliger M. Destot à revenir en Régie municipale en 2000. La liquidation de la SEG fait apparaitre un boni de liquidation de 2,286 M€. Cette somme est répartie entre les actionnaires : la ville pour 67,05 % et les actionnaires privés (SDEI et SEREPI filiales de l’ex Lyonnaise des Eaux) pour 32,95 %.

Lire le reste de cet article »

Evolution du service de l’eau à Grenoble

Publié le 19 octobre 2013

A l’avenir, le service public de l’eau potable deviendra une compétence de l’agglomération comme l’assainissement, c’est pourquoi il était important de préparer en amont cette échéance en mutualisant au mieux les services existants, notamment le SIERG (Syndicat Intercommunal des Eaux de la Région Grenobloise) et la Régie des Eaux de Grenoble (REG). Le 15 avril 2013, le Conseil municipal de Grenoble s’engageait dans cette voie en proposant de mettre en place avec le SIERG des outils de gestion regroupant les compétences techniques des deux structures. Il a été proposé de créer deux Sociétés Publiques Locales (SPL), l’une de production, l’autre de distribution avec comme actionnaires principaux la Ville de Grenoble et le SIERG. Mais des difficultés n’ont pas permis d’aller d’emblée dans cette direction. Le SIERG va donc constituer une SPL qui remplacera la société d’économie mixte la SERGADI (Société des Eaux de la Région grenobloise et d’Assainissement du Drac Inférieur) et Grenoble va créer une SPL qui associera les communes de Sassenage et de Varces.

Lire le reste de cet article »

Une petite différence qui « compte » entre Régie publique et SPL…

Publié le 19 octobre 2013

Contrairement à une Régie publique, les statuts d’une Société publique locale (SPL) permettent de verser des indemnités aux administrateurs, mais ce n’est nullement obligatoire. En ces périodes difficiles, où les charges locatives, dont l’eau, sont toujours trop lourdes pour des revenus qui n’augmentent pas et pire sont plutôt en baisse, il serait indécent de verser des indemnités aux membres du conseil d’administration de la nouvelle SPL en charge de la gestion de l’eau à Grenoble. La délibération proposée au conseil municipal du 21 octobre prévoit que le président de la SPL pourrait toucher 500 €/mois plus 100 € d’avantages en nature et les administrateurs 150 € par séance. Nous considérons que le changement de statuts ne doit en aucun cas entraîner des versements d’indemnités, tant au président de cette SPL qu’aux administrateurs.

Lire aussi notre article pour mieux comprendre Les différents modes de gestion des services publics locaux

Déchetterie Jacquard : vous aviez dit “non négociable” ?

Publié le 19 octobre 2013

Voila encore un exemple du fonctionnement non démocratique de la majorité sortante. Dans le projet de ZAC Flaubert, la ville et la Métro avaient décidé sans aucune concertation de déplacer la déchetterie du terrain Jacquard vers le terrain Charvet rue Honoré de Balzac. Cette décision était « non négociable » (sic). Mais sans explication, la Métro a décidé de mettre fin à ce projet comme nous l’avons indiqué, ce qui vient d’être confirmé par le maire de Grenoble.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne : l’UMP, le PS, le PC et les autres

Publié le 11 octobre 2013

La décision de l’UMP est donc tombée. La Commission nationale des investitures (dont fait partie Carignon) a suivi à la lettre ce que Carignon, Copé et Peyrin proposaient, une liste UMP à Grenoble où Chamussy serait n°1, Carignon n° 3, Piton n° 5 et Cazenave n° 7. Les places paires seront réservées à des candidates femmes. Est-ce que cet attelage va tenir la distance ? Depuis son retour à l’UMP, M. Chamussy a été obligé d’avaler de grosses couleuvres et s’il accepte cette situation, il sera la marionnette que le corrompu manipule. Un sondage commandé par MM. Chamussy et Cazenave réalisé par l’IFOP confirme que Carignon est le plus connu mais est refusé par une très large majorité des Grenoblois. D’où ce mariage de la carpe et du lapin qui renvoie aux heures sombres de la corruption à Grenoble entre 1983 et 1995. (voir le communiqué du rassemblement “Non au retour du corrompu à Grenoble !”)

J. Safar est donc accepté (sans enthousiasme) par le PS grenoblois comme tête de liste.

Lire le reste de cet article »

Retour sur le reportage sur la Villeneuve

Publié le 11 octobre 2013
Tous droits réservés (photo GK)

Tous droits réservés (photo GK)

On peut dire que le service public de la télé a commis une grave erreur en diffusant le documentaire « Villeneuve  le rêve brisé » projeté le 26 septembre dans l’émission « Envoyé spécial » sur France 2. Au-delà des réactions de nombreux habitants qui se sont sentis trahis, tellement ce qui se présente comme un documentaire était en réalité une fiction dont le scénario a utilisé des habitants de la Villeneuve ravalés au rang de comédiens amateurs qui jouent des rôles parfois fort éloignés de leur situation quotidienne.  Des femmes interviewées se sont aussi senties piégées et envisagent de porter plainte. Bref, il n’est pas inutile de revenir sur la manière dont ce film a été préparé.

Lire le reste de cet article »

Où vais-je, où cours-je, où Go-je ?

Publié le 11 octobre 2013

« GO on y va ». ce slogan en forme de pléonasme est censé exprimer la détermination d’un mouvement politique local qui au fond, n’a jamais été autre chose que l’appendice local du PS. Au passage le « C » de Citoyenneté qui vient compléter le sigle et auquel le mouvement est très attaché, fini par s’effacer probablement parce que prononcer « GOC »n’est pas très heureux à l’oreille.

Donc « On y va » ! Oui mais où ?

Lire le reste de cet article »