Archives de juin 2012

Le Rouge & le Vert : le centième numéro de l’hebdo !

Publié le 30 juin 2012

En mars 2010, le bimestriel le Rouge & le Vert papier fait sa mue pour donner une lettre électronique hebdomadaire. Voici donc le 100ème numéro d’un hebdo qu’à chaque parution beaucoup attendent avec impatience et que certains redoutent. Son contenu ne figure pas dans la presse locale, le plus souvent sous influence. Une information, des faits, avec notre point de vue, notre opinion subjective totalement assumée et revendiquée à travers le tryptique qui fonde l’ADES : la Démocratie, l’Ecologie et la Solidarité….

Pour fêter ce 100ème numéro, notre illustrateur préféré Cled’12 nous a gratifié d’un dessin couleur, avec l’humour qui convient pour marquer clairement notre place dans la vie politique locale.

Votre fidélité critique est pour nous un encouragement à poursuivre. Merci pour votre soutien quelle qu’en soit la forme.

Pour soutenir, faire un don ou adhérer, il suffit d’un clic sur notre site.

Dessin Cled12, tous droits réservés

Au conseil municipal du 25 juin : compte administratif, subventions, PLU, Arlequin

Publié le 30 juin 2012

Très souvent absent dès les primaires socialistes, puis pendant la campagne présidentielle, le maire n’était plus habitué à siéger aussi longtemps au conseil municipal. Lundi 25 juin il est apparu visiblement fatigué (certains l’ont même pensé usé !).

Un compte administratif exceptionnel (à en croire le maire et l’adjoint aux finances) !

Il est vrai que les finances de la ville ne se sont jamais si bien portées depuis des dizaines d’années. Le mérite n’en revient pas à la majorité contrairement à tous les discours entendus, mais à l’effort fiscal des Grenoblois qui, au demeurant, s’en seraient bien passés. Rappel : après la campagne électorale 2008 des élections municipales, la majorité se fait élire sur la promesse de ne pas augmenter les impôts locaux. Un engagement facile à tenir puisque les majorités de gauche et écologistes entre 1995 et 2008 avaient redressé les finances mises à mal par le maire corrompu. L’évolution de l’inflation et les constructions nouvelles augmentaient mécaniquement les recettes fiscales ce qui suffisait à équilibrer les budgets malgré le désengagement de l’Etat, il n’y avait donc aucune nécessité à augmenter les taux des impôts. Mais il y avait les Jeux Olympiques de 2018 à préparer, la rocade nord à accueillir et les intérêts privés à aider sans contrepartie et la majorité a pris le prétexte de la crise pour augmenter les impôts.

Or en 2011, la situation financière de la ville est exceptionnelle et démontre que comme dans bien des cas, il n’existe pas qu’une seule politique possible et que les propositions des écologistes étaient très réalistes. Nous ne sommes pas opposés par principe à l’impôt qui devrait être l’outil fondamental de la solidarité. Malheureusement l’impôt local est très injuste, il faut donc le manier avec une grande précaution. Il est possible, en cas de besoin inattendu d’une année sur l’autre de faire évoluer sensiblement les taux des impôts, mais à contrario quand les caisses sont pleines on peut aussi diminuer la pression fiscale. En fait la majorité municipale n’est pas dans cette logique : elle rembourse les impôts (taxe professionnelle) aux grands groupes privés à Crolles (à travers les subventions versées) et les augmente fortement pour les habitants de Grenoble, une vraie pratique de droite très classique.

Lire le reste de cet article »

Mounier, un jugement attendu…

Publié le 30 juin 2012

Comme attendu, la Cour Administrative d’Appel de Lyon a donc estimé qu’en annulant tous les actes du Président de Région et des autorités académiques, le Tribunal administratif de Grenoble avait bien jugé le dossier Mounier. Donc en toute logique la situation aurait dû revenir à celle de la rentrée 2010 avec le retour du collège Münch en totalité dans le district du lycée. Eh bien non ! Toute cette affaire, montée de toutes pièces avait pour but de rayer le lycée Mounier de la carte. Ils étaient quelques uns à penser que Grenoble comptait un lycée de trop, le maire, lui, rêvait d’un lycée d'”excellence” quelque part dans le secteur Flaubert… La victime était toute trouvée. Malheureusement pour nos décideurs, la mobilisation intense des élèves, des parents d’élèves, des personnels et des enseignants, soutenus par les élus écologistes à la ville et à la région, en a décidé autrement, Mounier continuera même si la solution actuelle (espérons non définitive) à 4 secondes et sans BTS, n’est pas satisfaisante.

Le Collectif Mounier demande à tous les élus représentant les citoyens de Grenoble et sa région de soutenir sa demande d’audience auprès du ministre de l’éducation nationale afin de trouver une issue à ce conflit qui n’a que trop duré ! Le silence persistant de Mme Fioraso face aux demandes d’intervention auprès de son collègue Mr Peillon (qui n’a toujours pas ordonné au recteur de stopper ses mauvaises actions…) est assez “lourd” !

La situation du SMTC passée au crible de la CRC

Publié le 30 juin 2012

La Chambre Régionale des Comptes (CRC) a rendu ses observations définitives sur le SMTC (Syndicat Mixte des Transports en Commun) dans un rapport détaillé de plus de 150 pages consultable en ligne

Nous reviendrons plus tard sur certaines analyses très intéressantes de la CRC sur la situation du SMTC. Il est intéressant de noter que la situation financière du SMTC est qualifiée de saine malgré une dette de plus de 650 M€. La Chambre recommande de créer un syndicat non plus à l’échelle de la Métro mais de la région urbaine. Ce serait effectivement un acte important qu’il faudrait engager rapidement. Le SMTC se fait taper sur les doigts à propos des fonds de concours (subventions) qu’il verse aux communes pour les aider à financer les abords des lignes de tram. Le SMTC n’a pas le droit de payer ce qui n’est pas strictement nécessaire à l’implantation des lignes de tram.

Politique politicienne grenobloise : diviser pour mieux régner ; la véritable oposition municipale

Publié le 30 juin 2012

Les grands stratèges politiques se réveillent au lendemain des élections législatives à Grenoble. On apprend :

Le PS estime que les écologistes d’EELV ont plusieurs problèmes qui rétrécissent leur espace politique, ainsi donc “leur problème, c’est l’Ades ! Tant qu’EELV n’aura pas l’ascendant, tant que le vert sera d’abord rouge, ils n’élargiront pas leur électorat” (Citylocal news du 20 juin). La tactique qui consiste à vouloir diviser est vieille comme le monde et à Grenoble depuis 1983, le pouvoir municipal a toujours cherché à diviser les écologistes et à en débaucher sans aucun succès. A. Carignon a inventé une association écologiste (formée de fans de 4 x4 !) pour essayer de torpiller la liste écologiste en 1989. M. Destot en 2008 a été obligé d’aller chercher un écolo à Seyssins pour lui fournir une petite touche verte… Chaque fois les écolos sont trop rouges et pas assez verts au goût de nos princes. Trop rouges c’est évident, car s’il faut chercher les vrais socialistes ce n’est pas au PS grenoblois qui a abandonné ses convictions qu’on les trouvera, mais à l’ADES. L’histoire grenobloise montre une grande unité d’action chez les écologistes de diverses étiquettes et depuis mars 2008, le groupe « Ecologie et Solidarité » (EELV, ADES, Alternatifs) s’oppose sans aucun état d’âme à la politique de la majorité municipale et vote, quand il y en a, les quelques rares bonnes décisions. L’existence de l’ADES, mouvement politique local, est pour beaucoup dans cette situation historique et la richesse des diverses sensibilités écologistes est au contraire un atout fort pour l’avenir. Que le PS grenoblois ne se rassure pas, l’alliance du rouge et du vert est une bonne alchimie dans la période politique actuelle et en s’élargissant largement elle pourrait disputer efficacement la première place à un PS qui s’est complètement disqualifié sur de nombreux dossiers municipaux.

Lire le reste de cet article »

Les Unions de Quartier se rebiffent

Publié le 30 juin 2012

Une initiative suffisamment rare pour être signalée. Cinq Unions de Quartier (Centre-Gares, Championnet-Bonne-Condorcet, Foch-Libération, Centre Ville et Berriat-St Bruno-Europole) viennent d’envoyer le 20 juin, une lettre au maire et à l’adjoint aux déplacements à propos du maintien de places de stationnement sur le cours Jean Jaurès. La question du stationnement des résidents au centre ville est une question qui n’est pas prise en compte avec suffisamment d’attention par la majorité municipale. Voila encore un projet d’aménagement (les contre-allées du cours Jean Jaurès) qui n’a pas été élaboré avec les habitants. Vous avez dit : charte de la démocratie locale !

Lire le reste de cet article »

Enquête publique sur le SCOT, dernier délai le 4 juillet

Publié le 30 juin 2012

Il est important de donner son point de vue dans les registres d’enquête publique, notamment pour des projets qui ont des implications fortes sur la vie quotidienne des habitants de l’agglomération. Seul le document DOO (document d’orientation et d’objectifs) est contraignant dans sa déclinaison au niveau communal, en particulier quand les élus doivent élaborer des documents de planification tels que le PLU (Plan Local d’Urbanisme). C’est donc par rapport à ses propositions ou manques qu’il faut réagir.

Les recommandations sont assez générales et laissent place à une certaine latitude dans les applications, mais sur certains dossiers la vigilance est de mise quant aux positions contraignantes, soit en positif, soit en négatif. En voici quelques unes (non limitatif).

Lire le reste de cet article »

Décès de Maurice Fournier

Publié le 30 juin 2012

“C’est d’ailleurs là le rôle des élus, d’être à l’écoute des habitants”

C’est un pilier des Unions de Quartier et du CLUQ qui disparait. M. Fournier a été durant 15 ans le président de l’Union de quartier Arago-Jean-Macé, Martyrs. Pour lui rendre hommage, nous reproduisons l’interview qu’il nous avait donné en mars 2009 où il exposait sa vision de l’avenir de son quartier :

Lire le reste de cet article »

La mer et Michel

Publié le 30 juin 2012

Sous le mandat précèdent (2001-2008), il avait fallu l’opposition farouche et la pugnacité des élus de gauche et écologistes pour faire céder les tenants d’un projet mégalomaniaque de type « Luna Park » sur le site de la Bastille. L’idée étant qu’au-delà des nécessaires aménagements utiles à tous comme par exemple l’accessibilité, la Bastille devait conserver ce qui fait son originalité, à savoir son caractère sauvage.

Lire le reste de cet article »

Les tarifs du chauffage urbain illégaux ?

Publié le 22 juin 2012

Le 22 juin, le Tribunal administratif examinait certains recours contre les tarifs du chauffage urbain à Grenoble.

Il s’agissait de trois recours :

  • un déposé dès 2005 par Raymond Avrillier, alors conseiller municipal et administrateur de la SEM Compagnie de Chauffage (CCIAG), contre les tarifs et la décision du conseil d’administration de la CCIAG qui les avaient augmenté brutalement de 11% en octobre 2004.
  • Deux déposés par l’ADES en 2006, estimant que les tarifs étaient illégaux depuis 1983 et que la convention de délégation de service public signée en 1983 était entachée d’illégalité, car signée par un maire incompétent pour le faire, et qui demandait au maire d’aller faire juger cette illégalité par le tribunal.

Lors de l’audience du 22 juin, le rapporteur public a donné raison aux requérants sur les recours contestant la légalité des tarifs, au motif que les tarifs n’étaient pas déterminés par la convention et ses avenants. Rappel, dans la convention et ses avenants, seul un tarif maximum était indiqué et c’était le conseil d’administration de la CCIAG qui fixait les tarifs d’un service public et non le conseil municipal.

Lire le reste de cet article »

Analyse rapide du 2ème tour des élections législatives à Grenoble

Publié le 22 juin 2012

Sans aucune surprise les sortants des deux circonscriptions (Fioraso et Destot) ont été réélus très largement.

Par rapport au 2ème tour des élections de 2007 il y a 5 points de moins de participation sur Grenoble et 4 points de moins qu’au 1er tour du 10 juin 2012. De plus il y a une forte augmentation des bulletins nuls entre les deux tours (de 0,8% à 3,3%), ce qui est classique puisque de nombreux électeurs n’ont plus le candidat de leur choix. Les nuls sont beaucoup plus important sur les 3 cantons de la 3ème circonscription (Destot) soit 3,8 %, que sur les 3 cantons de la 1ère (Fioraso, 2,9 %). Il y a 4620 exprimés de moins qu’au 1er tour soit presque 10 % de moins !

A noter que 3 bureaux de vote ont plus voté au 2ème tour qu’au premier : Abbaye2, Teisseire1 et Mistral, ce sont des bureaux très populaires où la gauche fait 80 % ou plus, mais ces bureaux votent tout de même très peu par rapport à la moyenne de la ville.

Les candidats de gauche ne font pas le plein des voix de gauche du 1er tour, de même les candidats de droite ne font pas la somme des voix de droite et d’extrême droite.

Lire le reste de cet article »

Complètement bouchée

Publié le 22 juin 2012

On mesure aujourd’hui encore à quel point la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) a toujours fait preuve d’audace et d’imagination. Le dernier exemple en date est survenu à la faveur de l’enquête publique sur le SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale) qui se déroule du 4 mai au 4 juillet 2012. Pour l’occasion elle a fait édifier le « plus grand bouchon du monde » s’esbaudit le quotidien régional qui note 3,38m exactement. Incroyable ! Alors champagne ? Rien compris.

Lire le reste de cet article »

Un non clair et massif au projet de l’Esplanade

Publié le 22 juin 2012

Jeudi 21 juin, l’association « Vivre à Grenoble » est venue déposer à la mairie les 12000 signatures de la pétition protestant contre le projet de la mairie à l’Esplanade. Elle a déposé des exemplaires de la pétition à la majorité et aux deux oppositions municipales. Le nombre de signatures est un record historique démontrant que ce projet est refusé par un grand nombre d’habitants de Grenoble, mais aussi de l’agglomération, car le site de l’Esplanade est un patrimoine de toute l’agglomération et il est surprenant qu’il n’ait pas été débattu à ce niveau.

Lire le reste de cet article »

Qui peut le moins peut le PLU

Publié le 22 juin 2012

Habitant un logement collectif ou une maison individuelle, vous voyez d’un mauvais œil l’opération immobilière en projet dont le mur borgne bouchera définitivement votre perspective sur Belledonne, Chartreuse ou Vercors. Voici donc, tout ce que vous auriez aimé savoir sur les permis de construire grenoblois sans jamais avoir osé le demander.

L’histoire commence en décembre 2011 où le promoteur en charge de la réalisation de l’immeuble qui va vous gâcher la vie, dépose une demande de permis de construire. Ce permis est accordé le 31 janvier 2012 sans difficulté d’autant que le projet présente une hauteur totale de 12,3 m conformément au PLU (Plan Local d’Urbanisme). Tout va donc pour le mieux pour le promoteur, mais moins bien pour vous. Vous décidez alors de passer la vitesse supérieure en formant un recours avec l’aide d’un avocat après avoir sollicité vos voisins qui sont près d’une centaine à signer une pétition en votre faveur. Mais vous sentez bien que la situation est encore très fragile.

Lire le reste de cet article »

Alpexplose !

Publié le 22 juin 2012

Tous droits réservés (photo DR)

Voilà un bilan qu’on ne pourra pas effacer de si tôt. Une ardoise qui a évolué au fil des mois et des mauvaises surprises pour afficher actuellement un déficit de 2,5 M€, 17 licenciements, des procédures judiciaires, des salons et expositions en capilotade et le 7 juin dernier une condamnation en première instance par le Conseil de Prud’hommes, première probable d’une série, pour harcèlement.

ALPEXPO devra donc verser à l’un de ses cadres 128 198 €, une paille au regard du reste. On dit merci qui ? Merci G. Chanal directeur général pendant quelques trimestres, merci au conseil d’administration et à son président A. Pilaud restés de glace pendant que le directeur général exerçait ses multiples talents.

Enfin et surtout merci Monsieur le Maire !

Lire le reste de cet article »

Mais pourquoi la relance des CSS a échoué ?

Publié le 22 juin 2012

La mairie a fait un très gros effort de relance des conseils consultatifs de secteur – CCS (affiches, distributions de tracts…) et pourtant peu de nouveaux postulants se sont déplacés dans les réunions publiques.

Cet échec était malheureusement prévisible car la majorité municipale n’a pas su faire vivre ces conseils consultatifs par peur de ne pouvoir les contrôler. On a même pu constater que la majorité avait à plusieurs reprises essayé d’utiliser des avis de CCS pour justifier ses décisions.

Les habitants ne sont pas persuadés que ces conseils peuvent être un lieu de propositions, de réflexions et que la majorité les écoutera et leur donnera les moyens de travailler. Pourquoi les habitants se précipiteraient et se mobiliseraient en ayant le sentiment qu’ils seront instrumentalisés ? C’est dommage car les lieux de débat sur les grands projets sont rares et les CCS peuvent être des lieux de formation, d’information et même de création de bonnes idées. Il y a ici ou là quelques exemples positifs, mais ils sont trop rares.

Lire le reste de cet article »

Destot, UMP, cirage de pompes et A51 : politique politicienne grenobloise

Publié le 22 juin 2012

M. Destot préfère le brouillard à la clarté… « Je m’adresse à tous ceux qui me disent usé et fatigué, je les invite à venir avec moi réaliser une belle course dans le Mont Blanc, un endroit où il y a du brouillard… » (Le Dauphiné Libéré 18 juin 2012). C’est bizarre ce choix du brouillard, le Mont Blanc est si beau sans brouillard. Mais comme il s’agissait de politique, il faut comprendre que le maire préfère le brouillard à la clarté dans la gestion municipale, ce qui se vérifie avec les nombreuses promesses non tenues et l’absence de démocratie dans la préparation des décisions.

La droite UMP grenobloise est contente car elle s’attendait à pire !

Lire le reste de cet article »

Analyse du 1er tour des élections législatives à Grenoble

Publié le 15 juin 2012

Pour comprendre quels sont les évolutions des votes des Grenoblois, il est nécessaire de prendre en compte les évolutions nationales entre les deux élections législatives et examiner ce qui a évolué différemment à Grenoble qu’en France. C’est ainsi qu’il apparait que :

  • le maire ne progresse pas autant qu’il aurait dû le faire
  • l’adjoint à l’immobilier est fortement sanctionné
  • par contre la nouvelle ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche est plébiscitée à Grenoble
  • le Front de Gauche régresse plus sur la 3ème circonscription que sur la première
  • et la forte progression de G. Fioraso limite celle d’EELV sur la première circonscription.

Lire le reste de cet article »

Les sophistes du boulevard J. Pain

Publié le 15 juin 2012

L’aventure, car c’en est une, commence un beau jour du mois de juin 2012 à la mairie de Grenoble. Des habitants, dont certains membres de l’association « Vivre à Grenoble » sollicitent après une première tentative des élus du groupe « Ecologie et Solidarité », des documents auprès du service Urbanisme de la ville. Ils souhaitent en effet, obtenir une copie des rapports rendus par le commissaire enquêteur sur la modification n°2 du PLU (Plan Local d’Urbanisme) et la Révision Simplifiée du PLU, secteur Esplanade. Enorme tâche pour cet homme qui a dû travailler sur deux dossiers d’urbanisme majeurs qui l’ont inévitablement conduit à retarder le dépôt de ses rapports au 31 mai 2012.

Se fondant sur l’article 123-21 du code de l’Environnement qui stipule entre autres : « …copie du rapport et des conclusions est également adressée à la mairie de chacune des communes où s’est déroulée l’enquête et à la préfecture de chaque département concerné pour y être sans délai tenue à la disposition du public pendant un an à compter de la date de la clôture de l’enquête », nos requérants sont alors parfaitement confiants. Nous sommes début juin et il n’y a aucune raison pour que ces rapports ne soient pas mis à disposition du public conformément à la loi. Mais c’est compter sans le refus opposé par quelques fonctionnaires qui invoquent les ordres d’une hiérarchie apparemment plus politique qu’administrative. Zélés ces fonctionnaires n’ont pas hésité à fourbir un argument, repris et confirmé par le directeur de cabinet du maire de Grenoble, qui, s’il ne relève pas de l’absurde, du surréalisme ou de l’abracadabrantesque pour reprendre une formule célèbre, a quelque chose à voir avec le sophisme.

Lire le reste de cet article »

Les enquêtes publiques sur le PLU, enfin accessibles !

Publié le 15 juin 2012

Le mardi 12 juin dans l’après midi (soit avec 12 jours de retard !), les Grenoblois ont pu enfin accéder aux rapports et conclusions du commissaire enquêteur sur les transformations du PLU (Plan Local d’Urbanisme) concernant une très grande surface de la ville : Esplanade, Presqu’île, Flaubert et Châtelet. Comme on pouvait l’imaginer, le commissaire enquêteur a mis deux mois de plus que prévu pour rédiger ses rapports et conclusions. En effet, malgré leur importance les dossiers ont été confiés au même commissaire par la volonté de la ville. Ce dernier a donné des avis favorables sans aucune réserve, mais quelques recommandations. Le conseil municipal du 25 juin va arrêter les transformations du PLU suite à ces enquêtes. Ce n’est qu’à l’automne que le conseil municipal mettra en chantier la révision générale du PLU imposée par la loi. Mais comme toutes les grandes opérations d’urbanisme auront été lancées, il ne s’agira que d’un simple toilettage, sauf si les habitants imposent la mise en place de véritables ateliers populaires d’urbanisme pour un travail de fond sur le PLU afin de dessiner une ville à visage humain, pour tous et débarrassée de la spéculation et de l’emprise des promoteurs avides de gros profits comme trop souvent actuellement.

Mais pourquoi avoir bloqué pendant 12 jours l’accès aux rapports du commissaire enquêteur au mépris de la loi ?

Lire le reste de cet article »