Archives de juin 2012

Mounier toujours…

Publié le 15 juin 2012

Les autorités académiques ont enfin publié leurs arrêtés fixant le secteur de recrutement des lycées grenoblois et les effectifs maximum que peuvent accueillir chaque lycée en seconde, première et terminale.

Dans son arrêté du 1er juin, le recteur précise les limites territoriales des districts de desserte des lycées. Depuis des semaines, les principaux des collèges appliquaient des décisions non écrites du rectorat. Pour rendre irréversible la nouvelle situation, le recteur a retardé au maximum son arrêté évitant ainsi des recours en justice qui auraient pu bloquer ses actions. Donc seule la moitié des élèves de la zone du collège Mounier aura le droit de s’inscrire en seconde à Mounier. La directrice académique a arrêté le 2 juin le nombre maximum d’élèves de seconde pouvant être accueillis à Mounier, soit 140.

Ainsi tout a été préparé pour ne pas revenir à la situation initiale et donc normale du lycée Mounier, alors que les locaux sont disponibles et les moyens en enseignants aussi. Au mépris du bon fonctionnement d’un service public obligatoire, le recteur règle ses comptes, et profite du silence complaisant des politiques. Le changement n’est pas encore pour maintenant.

Une bonne chose tout de même :

Lire le reste de cet article »

Dette toxique, il y a moyen de lutter…

Publié le 15 juin 2012

Le 11 juin 2012 la Chambre Régionale des Comptes (CRC) d’Auvergne, Rhône-Alpes rend public l’avis budgétaire qu’elle a prononcé à la demande du préfet sur la décision de la commune de Sassenage de suspendre le règlement des intérêts d’emprunts toxiques contractés auprès de la banque Dexia. La CRC a considéré que le remboursement des intérêts litigieux n’était pas obligatoire, et qu’à ce titre le budget 2012 de la commune de Sassenage devait être considéré comme équilibré.

Comme quoi la contestation peut payer. Nous redemandons à la Métro de faire de même pour sa dette toxique de 21 M€. Pour plus de précisions, voici le communiqué de la CRC (également en ligne ici)

Lire le reste de cet article »

Le premier adjoint pris en flagrant délit d’incompétence

Publié le 15 juin 2012

(photo GK)

Rappelez-vous, sous prétexte que le collectif “Vivre à Villeneuve” avait demandé à la ministre du logement d’intervenir à propos de la démolition du 50 Galerie de l’Arlequin, J. Safar (1er adjoint) s’était élevé contre une “manipulation politique”. D’autant que selon lui, la ministre (écologiste) n’était pas légitime à traiter ce dossier, qui relevait de la seule compétence du ministre (PS) de la ville. Comme assez souvent, et bien qu’il le fasse avec un aplomb étonnant, le premier adjoint se trompe. Son affirmation est évidemment fausse, et il aurait dû prendre la peine de lire le décret du 24 mai 2012 décrivant les attributions de la ministre, Cécile Duflot pour le reconnaître. Puisqu’il ne l’a pas fait, pour sa gouverne, en voici deux extraits :

Lire le reste de cet article »

Le CCAS oublie de faire du social !

Publié le 15 juin 2012

Après la fermeture des Gentianes, le vice-président du Centre communal d’action sociale -CCAS poursuit ses restructurations, en oubliant que depuis le changement de politique nationale, la priorité devrait revenir au social et au dialogue social avec les syndicats. Apparemment la nouvelle politique ne s’applique pas encore au CCAS. L’intersyndicale CGT-CFDT du CCAS, devant l’évolution prévue des 5 logements foyers des personnes âgées de Grenoble (LFPA), a écrit aux membres du Conseil d’Administration du CCAS pour les alerter.

Voici des extraits de cette lettre du 12 juin 2012. :

Lire le reste de cet article »

Smic : précisions

Publié le 15 juin 2012

Notre article relatif à l’augmentation du SMIC en date du 8 juin a pu susciter d’éventuelles interrogations. Aussi pour lever toute ambiguïté nous devons repréciser que cette analyse avait pour ambition d’éclairer le lecteur sur le mécanisme actuel (dispositif Fillon) qui conduit à réduire les contributions sociales des gros employeurs. C’est donc le système dans son ensemble qui devrait être revu ; et à l’évidence, mais cela va mieux en le disant, l’ADES est pour l’augmentation du SMIC.

Le maire et son adjoint à l’immobilier s’assoient sur la Loi

Publié le 8 juin 2012

M. Destot et Ph. Falcon de Longevialle sont candidats aux élections législatives. Ils semblent avoir tous deux une conception toute particulière de la fonction principale du député qui est chargé de faire les lois. Leurs éventuels électeurs doivent savoir qu’ils n’hésitent pas à s’assoir sciemment sur la loi pour éviter que les conclusions d’un commissaire enquêteur soient rendues publiques avant le 1er tour des élections législatives.

Il est regrettable que des fonctionnaires du service de l’urbanisme de la ville se soient associés à ce refus, au mépris des règles de la fonction publique.

Lire le reste de cet article »

A qui profiterait une augmentation du SMIC à 1 700 € bruts ?

Publié le 8 juin 2012

Sujet épanouissant au moment ou notre bon président s’apprête à donner un « coup de pouce au SMIC » et que la concertation bat son plein. Mais qui donc se frotte déjà les mains ? Ce ne sont pas tant les négociateurs syndicalistes, les heureux récipiendaires, ou les contribuables, que… les patrons (qui n’en poussent pas moins des cris d’orfraies). Nous l’allons vous montrer maintenant :

Comment transférer de coquettes sommes de notre poche à celle des URSSAF puis à celle des patrons ?

Lire le reste de cet article »

Législatives : politique politicienne grenobloise

Publié le 8 juin 2012

Le bal des menteuses !

Lors d’une émission à Télé-Grenoble réunissant 6 candidats de la 1ere circonscription, ce qui a rendu pénible l’émission, nous avons assisté à un festival de mensonges proférés avec aplomb par Mmes Tardy (dissidente de l’UMP) et Fioraso (candidate sortante PS). La première, maire de Meylan, qui devrait pourtant connaître sa commune, a osé prétendre qu’elle comptait plus de 20 % de logements sociaux et que la perspective des 25 % proposée par le nouveau Gouvernement ne lui posait aucun problème. Au 1er janvier 2010 il y avait seulement 12,8 % de logements sociaux à Meylan et il en manquait 570 pour arriver au 20% réglementaires…

Plus pernicieux le mensonge de G. Fioraso qui a déclaré être venue très tard en politique (en 2001). Elle a allègrement fait l’impasse sur ses postes de chargé de l’information au cabinet du maire H. Dubedout puis d’attachée parlementaire du député H.Dubedout (de 1979 à 1983), et plus récemment de directrice de cabinet de M. Destot (1995)… Elle voudrait faire croire que l’on s’occupe de politique qu’une fois élu, mais elle est mieux placée que personne pour savoir que les proches collaborateurs d’élus font de la politique tous les jours. Alors pourquoi, elle qui est une vraie professionnelle de la politique tient-elle de telles affirmations mensongères sinon pour des raisons purement électoralistes ?

Lire le reste de cet article »

L’Alpha et l’Omega de la manipulation

Publié le 8 juin 2012

Il n’en finit pas de se pousser du col, le premier adjoint au maire de Grenoble successeur putatif de M. Destot. Après Ph. Falcon de Longevialle, le centralo-Modemiste (ou quelque chose par là) adjoint à l’immobilier, puis M. Vuaillat (société civile dans le groupe PS et apparentés) adjointe au logement, qui avaient déclaré que les habitants opposés aux projets fous d’urbanisme de la majorité municipale ne représentaient qu’un groupuscule, c’est au tour de J. Safar de se dévoiler, contre le collectif opposé à la démolition du 50 galerie de l’Arlequin à Villeneuve.

Lire le reste de cet article »

La droite sans balise fait un carton

Publié le 8 juin 2012

A la rubrique « Espace d’Expression des groupes politiques » d’Isère Magazine, mensuel du conseil général de l’Isère, la droite départementale se lâche. Avec un texte intitulé « où placer le curseur », elle prend pour cible la Frapna (Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature), réputée pour réunir de dangereux gauchistes, et tente de justifier les raisons qui l’ont conduite à voter contre « une nouvelle subvention » à cette association. On peut encore espérer que certains élus de droite auraient refusé de laisser publier ce texte si, le lisant, ils en avaient mesuré la teneur en absurdité et en bêtise. Que l’on en juge : « Cette association (la Frapna) œuvre depuis 40 ans pour la défense de la nature et la protection de la faune et de la flore ». Jusque là rien à redire, mais « Doit-elle pour autant bloquer pour des raisons idéologiques, des projets importants dans notre département ? » Là, on commence à sentir que cela se gâte. Ainsi donc les défenseurs des petites fleurs et des petits oiseaux se fonderaient dans la peau d’idéologues décidés à « bloquer des projets dont l’intérêt économique est majeur pour les Isérois ». Le message des élus de droite est clair : quand on défend la faune et la flore, qui plus est bénévolement, on doit s’y cantonner, et ne pas marcher sur les plate-bandes des « grands décideurs ». Pour le dire autrement, en voici la confirmation «  La sensibilisation à l’environnement par des pratiques bénévoles demeure indispensables, dès lors qu’elle n’a que ce but. » Vous avez dit Grenelle de l’environnement ?

Réponse : l’écologie, ça commence à bien faire !

Non à la démolition du 50 Gal de l’Arlequin, suites

Publié le 8 juin 2012

Tous droits réservés (photo GK)

Il ne faudrait pas oublier que le programme ANRU (démolition- reconstruction) a été mis en place par un gouvernement de droite… Cette politique de droite, la majorité municipale l’a utilisée sans broncher. Mais depuis le 6 mai, la majorité devrait revoir sa copie et stopper la décision de démolir le 50 Gal de l’Arlequin. L’adjointe au logement et présidente d’Actis, se permet des libertés avec la vérité : le 2 juin 2012 elle se dit contre cette démolition, alors qu’elle a voté pour ! D’après elle, la décision aurait été prise lors du mandat précédent. C’est évidemment faux, et elle aurait beaucoup de difficultés à produire une quelconque délibération d’avant mars 2008 décidant cette démolition.

Lire le reste de cet article »

Lycée Mounier, dernières nouvelles

Publié le 8 juin 2012

La Cour administrative d’appel de Lyon va se prononcer la semaine prochaine sur l’appel du ministère de l’éducation nationale contre le jugement du tribunal administratif du 24 novembre 2011 donnant raison aux Mounier contre le président de la Région et le recteur.

Le recteur n’a toujours pas pris d’arrêté pour le district de recrutement du lycée Mounier, mais il fait comme si. Alors que le lycée est redevenu accessible à l’identique de la rentrée 2010, le recteur poursuit, avec l’entêtement qu’on lui connaît, à ne pas faire revenir les BTS, ni la totalité des secondes et des options à Mounier. Le maire qui avait soutenu activement la fermeture du lycée se tait. Un silence qui ne peut-être interprété que comme un soutien au recteur, car qui ne dit mot consent ! Ceci est confirmé par le recteur lui-même qui a déclaré le 4 juin lors de la réunion du CAEN (conseil académique de l’éducation nationale) que tout ce qu’il a fait à propos de Mounier, c’est en accord avec la mairie.

Lire le reste de cet article »

Chauffage urbain, bientôt du nouveau

Publié le 8 juin 2012

Avant la fin du mois de juin, le Tribunal administratif va enfin se prononcer sur la légalité des tarifs du chauffage urbain à Grenoble, suite à plusieurs recours.

Le premier recours a été déposé le 28 février 2005 par Raymond Avrillier qui était alors conseiller municipal, membre du Conseil d’administration de la Compagnie de Chauffage (CCIAG). Soit plus de 7 ans pour juger d’un dossier pourtant simple ! Les autres recours ont été déposés par l’ADES et des adhérents en 2006, 2008 et 2011.

Lire le reste de cet article »

Plan de prévention des risques technologiques de Pont de Claix

Publié le 8 juin 2012

Les pouvoirs publics ont apporté de très fortes subventions pour que la société privée Perstorp finalise le plan de prévention des risque technologiques (PPRT) sur la plate-forme chimique de Pont de Claix et augmente sa production de Chlore et de dérivés. Nous avions indiqué que la Métro avait décidé de financer, la société, les yeux fermés pour 6 M€, contrairement à la Région qui avait exigé de fortes conditions pour verser la somme de 3,5 M€. Notamment que Perstorp ne verse pas de dividendes à ses actionnaires pendant 5 ans et examine l’intégration dans son personnel des techniciens assurant la maintenance et l’entretien plutôt que de faire appel à des sociétés sous-traitantes extérieures. Car il vaut mieux, pour la sécurité des installations, des personnels et des habitants, avoir un personnel permanent pour la maintenance d’installations dangereuses que des salariés de sous traitants moins formés, connaissant moins bien le site, moins organisés collectivement…

Lire le reste de cet article »

Téléphérique Fontaine-Vercors, suite…

Publié le 1 juin 2012

Aujourd'hui Medellin, demain Grenoble ? (tous droits réservés)

Certains lecteurs estiment que nous ne sommes pas assez enthousiastes sur le projet de téléphérique Fontaine, Saint Nizier, Lans en Vercors, lancé très médiatiquement par M. Baïetto président de la Métro, tout seul.

Pour être clairs, nous sommes partisans d’un développement rapide des alternatives à la voiture, notamment pour les déplacements pendulaires (domicile-travail) entre l’agglomération et les zones périurbaines ; et surtout de l’arrêt des projets routiers (élargissement de l’A480 ou la relance par la droite et la Chambre de Commerce d’un contournement nord de l’agglomération).

Le transport par câble peut être une bonne solution, à condition que les dossiers soient mis correctement au débat public sans effets d’annonce de tel ou tel responsable politique. Les citoyens sont des adultes et doivent pouvoir donner leur point de vue en amont des décisions, surtout quand elles concernent la vie quotidienne et l’avenir d’un territoire.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne grenobloise

Publié le 1 juin 2012

Les affaires ressortent

La campagne sur la 1ère circonscription de l’Isère et la nomination de la sortante comme ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche donne à la droite un bon prétexte pour exhumer de vieilles affaires. C’est le cas avec Corys. Il est vrai que la fin de cette entreprise, créée par M. Destot, n’a pas été des plus glorieuses, Tractebel (du groupe Suez – Lyonnaise) est heureusement arrivé à temps pour éviter une liquidation qui aurait pu être frauduleuse. Nous avions, à l’époque évoqué un renvoi d’ascenseur de la Lyonnaise des Eaux, qui se voyait confirmée comme gestionnaire de l’eau de Grenoble par M. Destot en 1996. Il avait alors fallu toute la pugnacité des écologistes pour que s’impose le retour en régie du service de l’eau. G. Fioraso et S. Siebert faisaient partie du staff dirigeant de Corys et le rapport des experts judiciaires montre clairement que tout n’était pas limpide dans cette entreprise. Mais ceci ne devrait pas faire oublier les comportements des candidats de droite dans cette circonscription : Mme Tardy a été sur la liste régionale de Charles Millon qui, pour se faire élire président, s’est allié avec le Front national, M. Peyrin est activement soutenu par les réseaux du maire corrompu de Grenoble. M. de Longevialle, membre du cabinet du corrompu, se met en scène dans son tract de campagne avec son fils et sa compagne qui est adjointe au maire (très à droite) d’Aix les Bains. Nous encourageons donc les électeurs-trices à voter pour les candidats qui ont des comportements éthiques (voir nos bons choix).

Lire le reste de cet article »

Le récidiviste

Publié le 1 juin 2012

Nous n’étions pas naïfs au point de croire que le quotidien régional était un parangon de vertu en matière d’information. Mais, nous n’imaginions pas pour autant qu’à une semaine d’intervalle dans ses éditions dominicales, il ressortirait l’artillerie lourde, en pleine campagne électorale, de l’intox municipale en étalant une fois de plus sur deux pleines pages, les projets bétonnants dits «  chantiers grenoblois » : Hoche, Blanche Monier, Châtelet… sans oublier cette fois, Flaubert.

En droit, on appelle cela une récidive dont l’auteur pris en flagrant délit serait condamné en comparution immédiate. Que nous réserve donc la prochaine édition dominicale, sachant que les sujets immobiliers semblent (mieux vaut faire preuve de prudence) épuisés ? Pour poursuivre dans une voie qui porte haut la dignité de la presse, nous suggérons la publication hebdomadaire de l’hagiographie de chaque élu municipal. Dans le même temps il y a fort à parier que de nombreux lecteurs apprécieraient un quotidien régional distribué gratuitement ce qui serait, à n’en pas douter, le gage d’une véritable information pluraliste. Ah ! Les journaux gratuits bourrés de publicité existent déjà ?

Mais pourquoi autant de candidats aux législatives ?

Publié le 1 juin 2012

La raison est très simple, les élections législatives servent de critère à la distribution d’une partie du financement des partis politiques par l’Etat.

Pour essayer de moraliser un peu la vie politique et éviter les financements occultes des partis politiques, diverses lois ont institué le plafonnement et le remboursement des campagnes électorales (en général pour les candidats ayant dépassé les 5 % des votes exprimés) ainsi que le financement public des partis politiques qui ont une certaine « représentativité ».

Il y a deux formes de financement public (montant 74 M€) :

Lire le reste de cet article »

Tout ça pour ça

Publié le 1 juin 2012

L’élu à l’éducation de la Ville de Grenoble, par ailleurs président du groupe des élus GO est ravi par les déclarations de V. Peillon, le nouveau ministre de l’éducation nationale, à propos du retour à la semaine scolaire de 4,5 jours. On se souvient qu’en 2009, mû par on ne sait quelle urgence, P. Bron avait initié une série de réunions publiques sur cette question. Un « combat » (pour reprendre cette expression guerrière) en trompe l’œil que nous avions qualifié d’inutile et sans objet puisque la décision initiale de réduire la semaine scolaire à 4 jours comme son éventuelle remise en cause ne dépendait que des instances nationales. Parce que nous expliquions qu’il y avait mieux à faire et des sujets d’importance à traiter au plan local, nous étions devenus favorables à la semaine de 4 jours ! Comprenne qui pouvait !

Lire le reste de cet article »

Renversant

Publié le 1 juin 2012

Dans le dernier numéro de « Nova magazine » de mai 2012, journal interne au Conseil général de l’Isère CGI), dont le directeur de publication est le Directeur Général des Services, Thierry Vignon (DGS), on découvre cette déclaration de ce dernier :

« Mon itinéraire, au gré des régions, des collectivités et des métiers, a nourri ma passion pour l’action publique – une passion pour les autres – dans des collectivités dotées de compétences concrètes. En 2004, lorsqu’André Vallini m’a nommé directeur général des services de l’Isère, j’ai choisi de placer l’usager au centre de mes préoccupations, préférant les organisations centrées sur les personnes à celles centrées sur les techniques. Cette vision m’a guidé en 2005, lorsque nous avons conçu la territorialisation « made in Isère », avec nos 13 territoires, nos directions territoriales et nos Maisons du Conseil général, qui ont offert la proximité, la lisibilité et la transversalité que de nombreux départements nous envient. Sur ce sujet comme sur bien d’autres nous avons été innovants… »

Il n’est pas du tout sûr que cette déclaration la main sur le cœur soit très appréciée des personnels du CGI. Quand on connait, l’autoritarisme et les pratiques de gestion du personnel de ce DGS, on se dit qu’il y a un gouffre entre les paroles et les actes.

Précisons que le CGI dépense moins en personnel que la moyenne des autres départements. Voici une mise au point de l’intersyndicale CGT-CFDT suite au mouvement de grève récent au CGI

Lire le reste de cet article »