Archives pour la catégorie ‘Politique_’

Développement accéléré du vélo

Publié le 12 mai 2017

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. L’Observatoire du vélo note qu’en 2016 il y a eu plus de trois millions de vélos vendus et le chiffre d’affaire du marché du vélo a dépassé le milliard d’euros (+6,5% par rapport à 2015). Ce développement est dopé par le vélo à assistance électrique (VAE) dont les ventes ont dépassé les 130 000 unités en augmentation de 31,4% en un an. Le vélo est présenté par le Club des villes et territoires cyclables comme un remède anti-crise, car il est source d’économies de dépenses publiques, notamment de santé, et représente des marchés avec une forte capacité d’entraînement de l’économie locale (voir ici).

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

Publié le 7 avril 2017

A mi-mandat, les oppositions entonnent leurs sempiternels discours contre la majorité qui aurait tout faux…Mais tout ce qui est excessif est insignifiant (dixit Talleyrand) ou dérisoire (dixit Beaumarchais). On attend toujours ce que les oppositions auraient fait, face à la situation financière dramatique de la ville, toujours rien à l’horizon. A droite R. Cazenave déclare que la dette de la ville aurait augmenté de 53,7 % entre 2013 et 2017. Encore de l’enfumage puisque la dette du budget principal était de 267,37 M€ en 2013 ; or elle est estimée à 263,28 M€ dans le budget 2017, soit une diminution de 4 M€ !!! Il répète toujours le même mensonge sur l’investissement qui aurait diminué de 15 M€ par an depuis l’ancien mandat. C’est évidemment faux puisque la ville a transféré pour 11 M€ d’investissements annuels à la Métro à partir de 2015. Donc s’il y avait une diminution elle ne serait que le 4 M€ !!! Heureusement qu’ils ne sont pas en train de gérer la ville !

Lire le reste de cet article »

Combien construire de logements pour maintenir la population à Grenoble ?

Publié le 19 février 2016

PLUDans le PLU actuel, l’objectif qui avait été affirmé en 2005 était de maintenir la démographie dans la commune de Grenoble. Cet objectif est partagé par l’équipe municipale actuelle qui entend corriger les excès du passé, notamment de la période 2008-2014 sous l’impulsion de MM. Destot, De Longevialle et Safar. Cette politique passée a vu la livraison de plus de 1000 logements familiaux par an avec pour conséquence une augmentation de la population qui est passée de 152 000 habitants entre 2006 et 2010 à plus de 160 000 en 2013. Grâce aux chiffres des recensements récents de l’INSEE, on peut estimer à environ 600 logements neufs par an le nombre de constructions neuves nécessaires pour maintenir la population à Grenoble.

Voici quelques données qui permettent d’approcher ce chiffre.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

Publié le 31 juillet 2015
©Ville de Grenoble

©Ville de Grenoble

Les oppositions de droite et d’extrême droite ont abondamment critiqué le maire à propos de l’évacuation du bidonville d’Esmonin. Rien que de plus normal de la part de MM. Cazenave,  Chamussy et Carignon). Pour Monsieur Carignon, il y a maintenant plus de 20 ans qu’il a dû quitter ses fonctions de maire dans les circonstances dont tout le monde se souvient, il serait peut être temps qu’il cesse d’être  donneur de leçons de bonne gestion d’une ville. 20 ans sont passés, et nous avons tiré les enseignements de ses délits en ayant une vigilance sur la gestion des fonds publics et contre la corruption des élu-es.

Lire le reste de cet article »

La gratuité des transports en commun est-elle possible ?

Publié le 6 mars 2015

AubagneDes organisations syndicales et politiques développent une campagne pour la gratuité des transports en commun dans l’agglomération. Une réunion-débat a fait salle comble à la Maison du Tourisme le 24 février. Ce n’est pas la seule demande de gratuité pour des services publics. Avec la montée de la crise sociale, il est naturel de rechercher des moyens d’alléger le coût de la vie ; de plus pour les transports en commun il y a des raisons de santé publique pour les privilégier par rapport à l’automobile à cause des conséquences de la pollution atmosphérique. Les usagers y sont évidemment favorables, mais est-ce possible à court terme ?

Lire le reste de cet article »

Agenda

Publié le 16 janvier 2015

Fete Un Vœu« Fête un vœu »

Samedi 17 janvier à partir de 18h30

Parc Paul Mistral – Derrière l’Hôtel de Ville

Le Maire et l’ensemble du Conseil municipal invitent les Grenoblois à se rassembler pour la traditionnelle soirée des vœux le samedi 17 janvier à l’Hôtel de Ville dans une ambiance de bal d’hiver et de féerie glacée !

Au programme de cette soirée festive : fanfare Pink it black, vœux aux Grenoblois par le maire Eric Piolle, lâcher de 50 montgolfières personnalisées en papier (associations Ballons Pirates) et soirée dansante animée par les Dj’s Up Tight.

Vin chaud et chocolat chaud seront offerts à partir de 19h30

Lire le reste de cet article »

Déneiger plus écolo, c’est possible

Publié le 9 janvier 2015

sel vertUne société iséroise vend des produits plus écologiques pour remplacer les désherbants et aussi un produit à base d’acétate de calcium comme alternative au sel utilisé pour faire fondre la neige. La Ville de Grenoble a commencé à faire des essais de ce produit cours Jean Jaurès quand il neige.

Ce produit est sans sodium, il ne pollue pas les sols, ne dégrade ni les enrobés, ni les dalles béton, ni les structures en ciment. Sans chlorures, il n’est pas corrosif pour les structures métalliques et ne pollue pas les eaux et respecte la faune et la flore.

Mais attention, ce n’est pas à ingérer ni à se mettre dans les yeux (boules de neige, s’abstenir) ! Voir la fiche de sécurité du produit sur le site de l’entreprise.

Nano 2017, y a des ratés…

Publié le 3 octobre 2014

STMicroST Microelectronics a décidé d’organiser une semaine de chômage partiel à l’usine de Crolles. Les syndicats s’inquiètent de cette situation paradoxale. Voici une entreprise qui encaisse d’énormes subventions publiques de l’Etat et des collectivités locales, qui s’est engagée à créer des emplois mais qui préfère verser d’importants dividendes à ses actionnaires. Encore un des ravages de la gestion purement financière d’une grande multinationale au détriment d’une bonne politique industrielle. Comme l’indiquait une banderole du syndicat CGT de Crolles protestant contre ce chômage partiel imposé : « Méga subventions pour une nano politique industrielle »

Hommage à Joëlle Diot

Publié le 26 septembre 2014
Photo G.Kuntz

Photo G.Kuntz

A Joëlle notre amie, notre compagne écologiste et solidaire,

Ce 19 septembre, «de battre, le cœur  de Joëlle s’est arrêté» après des années de combat contre cette saleté de maladie.

Joëlle fut conseillère municipale à Grenoble de 2001 à 2008.

Elle fut la première présidente des Verts Isère. Elle a participé activement à la campagne électorale des municipales de mars 2001 sur la liste des écologistes et de la gauche citoyenne. Elle s’est présentée pour les Verts, en 2002 aux législatives dans la 4ème circonscription de l’Isère. Elle a été l’une des fondatrice de l’Association pour la Démocratie, l’Ecologie et la Solidarité (ADES). Elle a participé à la liste « Ecologie et Solidarité en actes » en 2008 et a soutenu notre campagne municipale de 2014…

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

Publié le 3 juillet 2014
© Dauphiné libéré 3/7/2014

© Dauphiné libéré 3/7/2014

–  M. Chamussy (UMP) est très impatient. Il pense que tous les engagements pris par la majorité municipale doivent être réalisés tout se suite, alors qu’un mandat ne dure pas 100 jours mais 6 ans. Il y a des engagements qui s’appliquent rapidement et d’autres qui demandent plus de temps. Exemple il s’étonne que le SMTC n’ait pas encore assuré la gratuité des transports en commun pour les 18-25 ans. Il n’aura pas échappé à l’édile de droite que le SMTC n’est pas un satellite de la ville et qu’en conséquence il faut que la majorité grenobloise persuade ses partenaires à la Métro et au Conseil Général pour que cette proposition soit adoptée par le SMTC. Pour l’UMP la politique est simple : y a qu’à, faut qu’on !

Lire le reste de cet article »

Tour de France, pourquoi payer ?

Publié le 20 juin 2014

Tour de FranceIl y a quelque chose de bizarre dans le financement du Tour de France cycliste. Voila une société privée, Amaury Sport Organisation (ASO) qui utilise largement l’espace public pour organiser des courses cyclistes professionnelles et qui non seulement ne paye pas de redevance pour occuper le domaine public (pour une activité privative juteuse), mais au contraire impose aux villes de payer cher pour être ville étape. Cette société a un chiffre d’affaire de 166 M€ et dégage un résultat net de 33,4 M€ (chiffres de 2012), qui dit mieux ! Olivier Bertrand conseiller délégué à l’évènementiel a eu tout à fait raison de dire que Grenoble ne paiera plus ce genre de redevances à l’envers ! Ce qui ne porte aucun jugement de valeur sur l’aspect populaire de cette manifestation, mais qui s’interroge tout de même sur le modèle financier de ce spectacle sportif qui pousse les coureurs à l’utilisation de moyens répréhensibles. Il n’est pas inutile d’avoir un regard critique sur beaucoup de sports professionnels où le dopage fait des dégâts considérables et ne sont pas des exemples à suivre et à financer sur fonds publics.

Pour les Chambaran sans Center Parcs

Publié le 3 mai 2014

Chambaran sans CenterParcsUn des derniers acte administratif concernant le «mauvais» projet de Center Parcs à Roybon est la mise à enquête publique relative à l’autorisation « Loi sur l’eau » du projet. Elle se tient jusqu’au 28 mai 2014 à la Mairie de Roybon, salle du Conseil municipal. L’association qui s’oppose à ce projet demande d’intervenir dans l’enquête publique.

Cette étape est cruciale. C’est sans doute la dernière possibilité de barrer définitivement la route à ce projet.

Le dossier d’enquête publique est disponible sur le site internet suivant.

Pour donner le maximum de chances à un avis négatif sur ce projet à l’issue de cette enquête publique, l’association invite à déposer des avis à la commission d’enquête, soit par écrit (par correspondance au président de la commission d’enquête à la mairie de Roybon avec AR) soit par courriel à enq-pub-center-parcs@roybon.fr

Afin de faciliter grandement le travail, l’association met à disposition sur internet un répertoire, « http://pcscp.org/Loi_sur_l_eau/ » contenant toutes les informations utiles pour déposer un écrit pertinent.

Une deuxième réunion publique a lieu le lundi 19 mai à 19h, à la salle des fêtes de Roybon (face à l’office du tourisme).

Quelques leçons des résultats des élections municipales à Grenoble

Publié le 19 avril 2014

Vote ArlequinLes élections municipales à Grenoble devraient faire l’objet d’études approfondies car elles sont atypiques. Jamais des sondages ne se sont tant trompés (par qui étaient-ils payés ?) et les évolutions politiques entre les deux tours sont très intéressantes.

Que prédisaient les sondages, ceux publiés et non publiés : la liste de la majorité de droite et PS sortante menée par J. Safar était largement en tête au 1er tour et la liste du rassemblement menée par Eric Piolle était soit en 2e soit en 3e position. Et le plus surprenant c’était qu’au 2e tour en cas de triangulaire (PS, Rassemblement, UMP), la liste du Rassemblement s’effondrait au profit de la liste Safar, ce qui était une prédiction très curieuse. (voir plus loin les détails sur ces sondages).

Lire le reste de cet article »

Laïcité : Conférence de Henri Pena-Ruiz

Publié le 18 novembre 2011

Dans le cadre de ses formations citoyennes l’ADES a demandé à H. Pena-Ruiz, philosophe, professeur, essayiste, maître de conférence à l’IEP de Paris, de venir s’exprimer sur le thème de la laïcité le mardi 7 juin 2011 à 20h30 à la Maison du Tourisme de Grenoble. H. Pena-Ruiz est spécialiste des questions de laïcité, thème qui lui a inspiré de nombreux ouvrages. Il a été en 2003 l’un des 20 membres de la commission sur la laïcité présidée par B. Stasi.

L’ADES lui avait posé trois questions :

  1. Qu’est-ce que la laïcité, s’agit-il d’un concept spécifiquement Français ? La laïcité s’est-elle progressivement inscrite dans l’histoire et quelle est sa place dans les textes fondamentaux de la République. ?
  2. Pourquoi est-elle antinomique du libéralisme ?
  3. Pourquoi est-elle absolument contraire aux valeurs de l’extrême droite ?

C’est à ces questions que H. Pena- Ruiz a tenté de répondre au cours de sa conférence dont on trouvera ci-dessous une retranscription.

Lire le reste de cet article »

Les bulles, ça coince

Publié le 21 octobre 2011

Au prétexte qu’un établissement bancaire est le mécène du téléphérique, la majorité municipale vient de l’autoriser à couvrir les bulles de ses messages publicitaires. Cette décision viole le règlement de publicité que la ville s’est elle-même donnée, constituant ainsi un délit passible d’une amende de 7500€ par publicité. Il y a avait pourtant eu un précèdent en 2007 qui laissait penser que les choses en étaient restées là. En octobre de cette même année, les bulles avaient servi à promouvoir l’implantation dans l’agglomération grenobloise d’une enseigne internationale qui n’était pourtant pas mécène du téléphérique, avait suscité la désapprobation quasi générale des Grenoblois. Mais pas seulement.

Un certain Ph. Falcon de Longevialle, qui deviendra quelques mois plus tard élu à Grenoble, écrivait sur son blog « …Je reste néanmoins choqué qu’une enseigne aussi puissante soit-elle, puisse se payer le patrimoine grenoblois, comme un vulgaire espace publicitaire. Je ne sais pas qui a autorisé (ndlr : ignorance feinte ?) ce regrettable précèdent mais il doit savoir (ndlr : le maire) que Grenoble n’est pas à vendre. En matière de bulles, ça mérite un zéro pointé (ndlr : de l’humour avec ça !) » A le lire on sent bien poindre chez cet homme de conviction une vocation de gauchiste contrariée, mais 2007 est une époque révolue. Choqué quelques années plus tôt, le voilà muet au dernier conseil municipal. Ah ! comme on aurait aimé l’entendre dire, mais cette fois comme adjoint à l’immobilier que « Grenoble n’est pas à vendre ». Cet élu ne cesse de se renier, en 2007 il fustigeait la rocade. Dès qu’il est devenu un co-listier de Michel Destot, il était un ardent défenseur de la rocade.

« Ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent » disait le grand Edgar Faure. Certains politiques sont de vrais moulins à vent.

On en parle

Publié le 21 octobre 2011

« Parler Bambin » est mis en place depuis 5 ans environ, dans la quasi totalité des crèches de Grenoble. Ce programme initié par le grenoblois Michel Zorman, médecin de santé publique et chercheur en neuro-sciences, consiste à améliorer l’acquisition du langage des enfants de 18 à 36 mois en vue de lutter contre les inégalités sociales et l’échec scolaire. Concernant les modalités pratiques, le niveau de langage des enfants est évalué dès l’âge de 18 mois par un questionnaire rempli par les parents. Puis, les enfants sont pris en charge par groupe de 2 ou 3, et après une période de 6 mois ils font l’objet d’une nouvelle évaluation. M. Zorman part du constat qu’en améliorant l’acquisition du langage de l’enfant, on développe ses compétences scolaires. Aussi demande-t-il aux professionnels de veiller à une prise en charge de l’enfant plus individuelle que collective, pour une meilleure stimulation. Le manque de stimulation et de vocabulaire proviendrait en effet du retard de langage. Par toute une série de techniques dans lesquelles nous n’entrerons pas, « Parler Bambin » pourrait être assimilé à une recette qui donnerait les clefs de la résorption de l’échec scolaire dès l’âge de 18 mois. A chaque problème sa solution. Un peu trop beau et sûrement très réducteur.

Lire le reste de cet article »

Primaires socialistes 2ème tour – Analyse à Grenoble

Publié le 21 octobre 2011

Encore plus de votants qu’au premier tour, presque 2,9 millions d’électeurs se sont déplacés, Hollande atteignant nationalement 56,6 % et Aubry seulement 43,4 %. Dans l’Isère ce sont 58000 électeurs qui ont voté donnant 53,2% à Hollande et 46,8 % à Aubry. Hollande a beaucoup plus augmenté ses voix par rapport au 1er tour qu’Aubry.

A Grenoble la participation a été très forte. Aubry reste en tête mais difficilement (51,7%). Hollande augmente ses voix du 1er tour de 1684 voix (+ 61%) alors qu’Aubry n’augmente que de 1270 voix (+ 36 %).

A noter que dans les bureaux de vote où le PS dépasse les 50 % des voix de gauche (aux régionales de 2010), c’est Hollande qui est nettement en tête (53,6 %) alors que dans les bureaux de vote où c’est le reste de la gauche (EELV et FDG) qui domine à gauche c’est Aubry qui fait ses meilleures scores (54% en moyenne).

Donc comme au 1er tour, les électeurs de gauche qui n’ont pas voté PS au 1er tour des régionales ont plus voté Aubry que Hollande.

Le résultat de Grenoble n’est pas une réussite pour le maire qui a été très en vue, surtout à la télé, dans le soutien à Aubry, sa candidate n’atteint pas les 52 %, ce qui est faible et elle n’est majoritaire que grâce à la gauche hors PS. Il était pourtant chargé des questions de sécurité, sujet très sensible à Grenoble.

Nous avions indiqué, lorsque M. Destot s’était déclaré pour M. Aubry, que ce n’était pas une bonne nouvelle pour elle, car tout ce qu’entreprend le maire, surtout depuis 2008, se termine par un échec. Voilà une preuve supplémentaire !

M. Destot, le loser !

Publié le 21 octobre 2011

La liste des échecs de M. Destot est impressionnante, en voici quelques exemples.

  • Il dirige une entreprise de privatisation du Commissariat à l’énergie atomique qu’il conduit à la quasi-faillite (1989-1997), dont le directeur sera mis en cause pour falsification des comptes. Cette entreprise sera reprise par une filiale de la Lyonnaise des eaux ;
  • Il se fait élire par une majorité de gauche et écologiste pour remunicipaliser le service de l’eau de Grenoble et, une fois élu, veut poursuivre illégalement la délégation avec son partenaire de la Lyonnaise des eaux (1995-2000), mais est obligé grâce aux actions des écologistes d’accepter la création de la Régie des Eaux de Grenoble.
  • Il est élu maire de Grenoble en 2008 sans avoir la majorité des voix des électeurs, bien qu’il ait fait une large ouverture à droite.
  • Il promet un grand stade à une équipe de football professionnelle pour accroître le rayonnement de Grenoble, l’aventure se termine en eau de boudin, mais coûte très cher aux Grenoblois.
  • Il promeut une autoroute urbaine traversant Grenoble (rocade Nord) que la commission d’enquête publique déclare opposée à l’intérêt général (2010) ; les sommes englouties en pure perte dans les différentes études de ce mirage ont atteint 40 M€.

Lire le reste de cet article »

L’Europe doit agir face au risque cancérigène des téléphones portables

Publié le 21 octobre 2011

Michèle Rivasi (écologiste), Frédérique Ries (libérale belge) et Kriton Arsenis (socialiste grec) ont demandé à la Commission européenne de travailler sur le risque cancérigène des ondes des téléphones mobiles et de préparer une proposition pour harmoniser les normes en Europe et les revoir à la baisse.

Le risque de tumeurs au cerveau a été démontré et il faut réviser les limites d’exposition du public (qui n’ont pas été modifiées depuis 1999) et qui sont trop élevées, alors que les technologies ont beaucoup évoluées.

Les 3 députés demandent de développer les études scientifiques indépendantes des opérateurs. M. Rivasi a rappelé que l’OMS a reconnu les risques cancérigènes de ce type de champ électromagnétiques. En plus des leucémies infantiles et les cancers, des études indiqueraient un lien avec la maladie d’Alzheimer, des troubles du sommeil ou des problèmes psychologiques.

L’UMP38 voudrait reconquérir Grenoble

Publié le 21 octobre 2011

Le nouvel état major de l’UMP 38 a décidé de lancer l’opération « reconquête de Grenoble ». Il a présenté le trio qui devrait animer cette opération, il s’agit des conseillers municipaux de l’opposition de droite Matthieu Chamussy et Nathalie Béranger (qui ont chacun leur groupe politique à la mairie) et d’Anthony Peres, étudiant ancien dirigeant de l’UNI et délégué de la 3ème circonscription. M. Chamussy étant désigné comme chef de file.

M. Chamussy indique les deux thèmes principaux d’attaque : la mauvaise gestion de l’argent public et la bétonisation de la ville, en essayant de s’approprier le travail des collectifs qui s’organisent dans la ville. C’est un peu court.

Lire le reste de cet article »