Agenda

24 janvier 2020
calendrier

Mardi 28 janvier de 18h à 19h30 à la Salle 150, 90 Galerie de l’Arlequin, vœux aux habitants du secteur 6


Mardi 28 janvier 2019 à 18 h 30, au bistrot-boutique A L’ENVERS, 3 rue d’Alembert, réunion débat « Changer la vie, municipalisme d’ici et d’ailleurs » avec Corinne MOREL-DARLEUX, conseillère régionale dans le groupe du « Rassemblement des citoyens, écologistes et solidaires »

La campagne de « Grenoble en commun » avec Eric Piolle

24 janvier 2020

L’équipe de « Grenoble en commun » avec Eric Piolle propose chaque semaine un nouveau défi pour accélérer les transitions nécessaires pour que notre ville reste vivable pour toutes et tous malgré le changement climatique et les politiques ultralibérales à l’œuvre qui visent à détruire les acquis sociaux, notre système de santé, de solidarité entre les générations et la décentralisation. Jamais un gouvernement n’avait été aussi brutal. C’est pourquoi Grenoble en commun propose de relever le défi qui consiste à « Garantir toutes les sécurités » : sécurités sociales, des personnes et tranquillité publique, sécurité routière et des mobilités, sécurité alimentaire et sanitaire.

En résumé :

Lire le reste de cet article »

Élections municipales : mieux comprendre qui sont les candidats et leurs projets

24 janvier 2020
©Ville de Grenoble

Pour savoir si des candidat-es sont sérieux ou pas, il faut examiner comment ils prennent en compte les contraintes qui s’imposent à la gestion de la ville et de la métropole.

Evidemment le maire sortant Eric Piolle et sa nouvelle équipe « Grenoble en commun » sont totalement au fait de ces contraintes qu’ils subissent tous les jours depuis 6 ans, notamment l’obligation pour la ville et la Métro de limiter l’augmentation des dépenses de fonctionnement à 1,2% par an (au moins jusqu’en 2022) soit moins que l’inflation. En plus : ne pas augmenter la dette et avoir une épargne suffisante pour que la capacité de désendettement soit inférieure à 12 ans. Ceci impose que chaque année des économies en fonctionnement soient faites. Donc toute nouvelle dépense doit impliquer obligatoirement une économie au moins équivalente dans les dépenses de fonctionnement. L’équipe actuelle a démontré sa capacité de gérer avec parcimonie l’argent public : baisse des indemnités des élus, économies importantes dans le fonctionnement de la machine municipale et maitrise de la dette et tout cela sans augmenter les taux des impôts locaux (c’est la première équipe qui ne l’a pas fait depuis au moins 50 ans). Les propositions faites sont prudentes et qualitatives et sont dans la continuité de la gestion actuelle.

Lire le reste de cet article »

Manifeste d’associations socio-culturelles de Grenoble

24 janvier 2020

Un certain nombre d’associations grenobloises du secteur socioculturel ont présentés le 22 janvier à la presse un manifeste collectif pour « dresser un bilan non exhaustif de leurs actions, de leurs difficultés et des propositions pour améliorer leur impact, leurs conditions de travail et la relation partenariale avec la Ville ». Ce manifeste s’adresse aux candidats à l’élection municipale de 2020 à Grenoble.

Toute démarche collective visant à faire un diagnostic sur des réalités de travail de terrain de ce type d’associations est positif même si ce bilan est très incomplet en ne traitant dans le détail que des relations avec la ville et n’analysant pas les progrès possibles dans le fonctionnement interne de ces associations ou leur situation par rapport à des politiques nationales très défavorables depuis des années, notamment par la suppression des contrats aidés qui étaient un apport significatif pour ces associations, car 35 emplois aidés du secteur ont été supprimés en 2017 par Macron. 

Lire le reste de cet article »

Non au fichage des locataires mauvais payeurs

24 janvier 2020

Lors d’une conférence de presse le 15 janvier, la Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM) a indiqué qu’elle voulait mettre en place un fichier national qui recenserait tous les locataires avec au moins trois mois de retard dans leurs paiements.

Ce fichier appelé Arthel devrait être opérationnel en 2021, si la proposition de loi « Nogal » était adoptée. Ce fichier serait, pour la FNAIM, un outil qui permettrait aux professionnels d’apprécier le risque locatif et aussi de faire baisser le coût de leur assurance. Et donc de rendre leur mandat de gestion locative sécurisé plus compétitif.

La fondation Abbé Pierre proteste contre cette initiative, craignant une précarisation accrue des locataires pauvres qui seraient obligés de se tourner vers des marchands de sommeil. La confédération nationale du logement, dénonce aussi une stigmatisation des locataires qui pourraient avoir, quelques fois dans leur vie, un accident de paiement…La mobilisation contre ce fichage doit se développer.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

24 janvier 2020

Un colistier de Mme Chalas, spécialiste de la sécurité, à l’issue d’une conférence de presse sur ce thème a cherché à intimider un journaliste du Dauphiné Libéré, avant de le poursuivre dans la rue et de le menacer physiquement en l’apostrophant « frappe le premier et tu verras bien ce qu’il t’arrivera ensuite » et ceci en présence d’un autre journaliste. La conception de la sécurité des biens et des personnes est très relative dans la liste macroniste. En politique ce sont les actes qui comptent et Mme Chalas n’a pas indiqué qu’elle rayait cette personne de sa liste, elle lui garde donc sa confiance. Ça craint !


La « macronie » est présente avec deux listes à l’élection municipale de Grenoble, la liste officielle de Mme Chalas et la liste officieuse de Noblecourt. Ce dernier fait tout pour brouiller les pistes comme l’avait fait Macron en 2017 pour l’élection présidentielle en se présentant comme un renouveau à gauche et surtout en ne disant rien sur la politique gouvernementale pourtant très négative pour les collectivités. Noblecourt n’a pas démissionné de son poste de membre de l’équipe gouvernementale, il s’est simplement mis en congé et a proposé lui-même la personne qui assure l’intérim de sa fonction. La lettre qu’il a envoyé à Macron le 6 janvier 2020 est un modèle du genre puisqu’elle rappelle que c’était lui qui définissait la politique anti-pauvreté du gouvernement (qui n’a pas démontré une grande efficacité) et elle se termine par : « Je ne doute pas que nos engagements respectifs permettront à l’avenir d’autres rencontres et d’autres combats communs contre la pauvreté ». Il fait une offre de service pour après le 22 mars, car il entend poursuivre son compagnonnage avec Macron.


Attention, à l’arnaque ! L’ancien maire corrompu (Carignon) veut « inventer la démocratie sociale à Grenoble » !!! Encore une opération de pure communication pour faire oublier qu’il est bien de droite (il est adhérent aux Républicains, ami de Sarkozy et de Zemmour). Chaque fois qu’il s’est intéressé au social durant ses mandats de maire (1983-1995) ça a été la catastrophe. Il suffit de se reporter à l’ouvrage de Raymond Avrillier et Philippe Descamps (http://www.lesystemecarignon.fr/) et découvrir deux dossiers sulfureux qui montrent les limites de la politique sociale du corrompu : le logement social où le bailleur de la ville (OPALE ancêtre d’ACTIS) a failli mourir financièrement (pages 413 à 432) et l’affaire de l’Animation sociale grenobloise (pages 435 à 455).

Pollution de l’air : à Lille, la justice reconnaît une nouvelle faute de l’Etat

24 janvier 2020

Dans une décision détaillée (14 pages) rendue le 9 janvier 2020, le tribunal administratif de Lille a reconnu une faute de l’Etat dans sa politique de lutte contre la pollution de l’air dans l’agglomération de Lille, suite à un recours déposé par Sandrine Rousseau, ex-Vice-présidente écologiste du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais.

« L’insuffisante amélioration de la qualité de l’air dans l’agglomération lilloise caractérise une faute de l’Etat dans l’exécution des obligations résultant pour lui des dispositions précitées du code de l’environnement, telles qu’elles transposent les articles 13 et 23 de la directive du 21 mai 2008. Par suite, Mme Rousseau est fondée à rechercher la responsabilité de l’Etat à ce titre… l’Etat, en n’ayant pas pris, pour l’agglomération lilloise, un plan de protection de l’atmosphère susceptible de réduire… le dépassement des valeurs limites de particules fines – PM10 – et de dioxyde d’azote, a commis une faute de nature à engager sa responsabilité. »

Lire le reste de cet article »

Une jurisprudence intéressante sur la préférence locale dans la commande publique

24 janvier 2020

Le 20 décembre 2019, le Conseil d’Etat a validé un sous-critère relatif à l’emploi local lors de l’examen des offres concernant la passation d’une délégation de service public.Le principe de liberté d’accès à la commande publique ne permet pas de prendre en compte le lieu d’implantation d’un opérateur économique lors de l’examen des offres.

Le département de Mayotte avait conclu avec la société SNIE une délégation de service public (DSP) pour la gestion et l’exploitation du port de Mayotte. La société Lavalin, évincée, a saisi le tribunal administratif de Mayotte qui a rejeté sa demande d’annulation de la DSP. La cour administrative d’appel de Bordeaux a elle aussi refusé d’annuler le contrat en litige. La société Edeis (ex-Lavalin), a alors saisi le Conseil d’Etat en cassation ; selon elle, le département ne pouvait pas fixer un sous-critère relatif au nombre d’emplois locaux dont la création sera induite par la gestion et l’exploitation d’un port.

Lire le reste de cet article »

Lutte contre le moustique Tigre, une nouvelle instruction ministérielle

24 janvier 2020

Une instruction du ministère des Solidarités et de la Santé mise en ligne le 7 janvier présente le nouveau cadre d’intervention en matière de prévention des arboviroses, maladies vectorielles à moustiques. Elle vise notamment l’invasion du moustique tigre (Aedes albopictus). Elle précise les missions des différents acteurs, dont les mesures que les maires peuvent prendre au titre de leurs compétences en matière d’hygiène et de salubrité publiques.

« Dans un contexte de changements climatiques, environnementaux et de globalisation des échanges, le risque que des épidémies de maladies vectorielles à moustiques d’ampleur touchent notre territoire national est toujours plus grand. Notre politique de prévention de ces maladies s’est construite par strates successives d’une part selon les niveaux de colonisation des territoires par certaines espèces vectrices (Aedes albopictus notamment) et d’autre part selon l’apparition de nouveaux risques (ex. virus du Nil occidental, Zika…). 

Lire le reste de cet article »

La France ne prend pas les moyens pour limiter les activités d’Airbnb

24 janvier 2020

L’Association pour un hébergement et un tourisme professionnels (AHTOP) soutenait que l’activité d’Airbnb ne se limitait pas à la mise en relation de locataires potentiels avec des loueurs d’hébergements de courte durée via sa plateforme, mais qu’elle exerçait une activité d’agent immobilier sans détenir de carte professionnelle comme l’exige la loi dite Hoguet (n° 70-9 du 2 janvier 1970) « réglementant les conditions d’exercice des activités relatives à certaines opérations portant sur les immeubles et les fonds de commerce. »

La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a été saisie d’une demande d’interprétation de l’article 3 de la directive 2000/31/CE du 8 juin 2000 sur le commerce électronique.

Cette demande est intervenue dans le cadre d’une procédure pénale introduite en France contre la société Airbnb Ireland par l’Association pour un hébergement et un tourisme professionnels (AHTOP).

Lire le reste de cet article »

Mise en place du répertoire électoral unique, un bilan positif

24 janvier 2020

Un an après l’entrée en vigueur du répertoire électoral unique géré par l’INSEE et après les élections européennes, premier scrutin organisé avec ce nouvel outil, un bilan vient d’être tiré et mis en ligne par l’Association des maires de France dans sa publication « Maire info » du 20 janvier 2020. L’aspect le plus marquant est que cette nouvelle gestion du fichier électoral a démarré par un nettoyage très important du fichier puisqu’il y a eu environ un million de radiations dans le fichier, qui était auparavant géré par les communes. Voici les explications de « Maire info » :

Lire le reste de cet article »

Agenda

17 janvier 2020

Mercredi 21 janvier de 18 h à 19 h 30 vœux aux habitants du secteur 3 à la Salle polyvalente Gali, 39 rue André Rivoire.


Jeudi 23 janvier de 18h à 19h30 vœux aux habitants du secteur 1, au Transfo, 1 rue Victor Lastella.


Vendredi 24 janvier à 18 h 30 à l’Auditorium du Musée, conférence de G. Bencheikh : « la République et l’islam » organisée par ATLLAS (Association tisser les liens d’amitiés solidaires) https://www.facebook.com/associationatllas/

Campagne municipale : « Grenoble en commun » avec Eric Piolle

17 janvier 2020

Chaque semaine, la liste « Grenoble en commun » relève un défi pour accélérer les nécessaires transitions sociétales, environnementales et sociales pour que la ville et l’agglomération soient vivables pour toutes et tous.

Il y a eu les défis contre les violences sexistes et sexuelles ; pour la gratuité (totale ou partielle) des mobilités en commençant par la gratuité des transports en commun les week-ends ; pour des écoles où il fait bon vivre et préparées au changement climatique ; pour une politique du logement plus solidaire et plus régulée, notamment par le développement du logement social qui est durement attaqué par la politique de Macron. Pour les détails lire ici.

Lire le reste de cet article »

Sauvons « la clinique mutualiste »

17 janvier 2020

Les propriétaires de la clinique mutualiste de Grenoble (GHM= groupement hospitalier mutualiste) veulent vendre cet établissement de santé, un pilier historique comme centre de soins de qualité utilisé par de nombreux Grenoblois et habitants de l’agglomération. Cette vente veut être faite rapidement (fin janvier) et la grande crainte des salariés du GHM et des usagers est de voir arriver un acheteur à but lucratif qui transformera en profondeur l’offre de soins actuelle.

Une pétition a été lancée et signée par presque 7000 personnes pour dire « NON A LA VENTE DES CLINIQUES MUTUALISTES DE GRENOBLE AU PRIVE LUCRATIF »

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

17 janvier 2020

Ça y est, ça devait arriver, A. Carignon se met à dérailler ; grisé par la campagne électorale il promet tout et n’importe quoi. Il propose que Grenoble organise des Jeux Olympiques d’été !!! C’est juste quelques milliards d’euros, mais pour un corrompu l’argent ne compte pas ! Mais ce n’est pas tout : il veut aussi lancer une exposition universelle de l’intelligence artificielle et un grand parc naturel international de Monaco à la Slovénie qui ferait de Grenoble la capitale des Alpes internationales. Qu’est-ce qu’il va encore inventer pour faire parler de lui et détourner l’attention sur ses pratiques politiques des plus douteuses ? Et E. Chalas qui trouve qu’il est brillant et qu’il a beaucoup fait pour la ville, démontrant par là qu’elle ne connait pas ce qui s’est passé durant le mandat du maire corrompu, qui a cassé les services publics et surendetté la ville : c’est grave pour quelqu’un qui voudrait gérer la ville.


Maintenant c’est la mode pour certains candidats aux élections de camoufler leur appartenance. Pour l’élection municipale il est nécessaire de rappeler les appartenances partisanes ou les compagnonnages des candidat-es qui veulent remplacer le maire actuel, puisqu’ils se camouflent toutes et tous en gommant leurs vraies appartenances. M. D’Ornano est d’extrême droite (ancienne du FN et adhérente des Patriotes) ; E. Chalas est adhérente et députée du parti « En marche » de Macron ; A. Carignon est adhérent et un responsable du parti « Les Républicains » ; O. Noblecourt est un compagnon de route (qui essaye de s’en cacher) de Macron après avoir été adhérent du PS et qui a réussi à vendre au PS qu’il est encore de gauche.

Le Président du Conseil départemental ne respecte pas les droits des oppositions

17 janvier 2020

Le groupe des élu-es du « Rassemblement des citoyens pour une Isère solidaire et écologique RC-S&E »   au Conseil départemental avait déposé un recours en avril 2017 au tribunal administratif estimant que le Président du CD38 ne respectait pas les dispositions légales permettant aux oppositions de s’exprimer normalement dans les organes de communication du Conseil que ce soit dans les documents écrits ou en numérique. Le 28 novembre 2019, le tribunal donne raison au groupe RC-S&E, dont voici le communiqué du 16 janvier 2020 :

Lire le reste de cet article »

Contre l’expérimentation de la reconnaissance faciale sécuritaire sur l’espace public

17 janvier 2020

Le secrétaire d’Etat chargé du numérique a confirmé dans une interview fin décembre 2019 (Le Parisien 24 décembre), le souhait du gouvernement de lancer rapidement des expérimentations sur l’usage de la reconnaissance faciale dans l’espace public.

Le 19 décembre 2019, 80 organisations ont édité une lettre commune pour demander l’interdiction la reconnaissance faciale sécuritaire. Parmi ces organisations on y trouve notamment, La Ligue des Droits de l’Homme (LDH), La Quadrature du Net (LQDN), Le Syndicat des Avocats de France (SAF), Le Syndicat de la Magistrature (SM).

Lire le reste de cet article »

Les tarifs du chauffage urbain à Paris, annulés

17 janvier 2020

Le tribunal administratif de Paris vient d’annuler les tarifs du chauffage urbain à Paris pour des motifs très proches de ceux qui avaient conduit l’ADES et Raymond Avrillier à demander et d’obtenir l’annulation des tarifs du chauffage urbain de Grenoble de 1983 à 2008. En effet, c’était la Compagnie de chauffage (CCIAG) dirigée par un Directeur Général nommé par l’actionnaire privé qui définissait elle-même les tarifs. Ce qui était illégal puisque la définition des tarifs est de la compétence exclusive de l’assemblée délibérante ayant la compétence sur le service public. Ces recours ont obligé la majorité PS à revenir dans la légalité.

Depuis 2014, le Directeur général de la CCIAG est nommé par les actionnaires publics et cela a entrainé un contrôle effectif des actionnaires publics sur la gestion du service. Il reste à la Métro à racheter au moins les 2/3 des actions de la Ville et à Dalkia de vendre une partie de ses actions pour avoir moins de parts que la Métro et abandonner la minorité de blocage.

Le 7 janvier 2020, le tribunal administratif de Paris a déclaré illégale la grille tarifaire de la Compagnie parisienne de chauffage urbain (CPCU), délégataire de la capitale depuis 1927 ! Les mauvaises habitudes sont tenaces et il faut que des usagers aidés par l’association CLCV, imposent à la mairie de Paris d’entrer enfin dans la légalité.

Lire le reste de cet article »

Taux d’activité des Grenoblois-es par quartier IRIS

17 janvier 2020

Lors des recensements, l’INSEE examine parmi la population entre 15 et 64 ans combien sont actifs. Les chiffres du recensement de 2016 donnent pour Grenoble, entre 15 et 64 ans 70 % sont actifs, mais seulement 35 % entre 15 et 24 ans (notamment car il y a beaucoup d’étudiants sans emploi), 90 % entre 25 et 54 ans et 62 % entre 55 et 64 ans.

En 10 ans cela a un peu évolué, le taux d’activité (entre 15 et 64 ans) a un peu augmenté passant de 66 % à 70 %, ceci est dû à l’augmentation de l’activité des plus de 55 ans, qui passe de 49 % en 2006 à 62% en 2016.

Il y a des différences de genre : en 2016 un taux d’actif plus fort chez les hommes surtout à partir de 25 ans (5 points d’écart)

Lire le reste de cet article »

La LPO alerte sur la diminution des oiseaux communs dans la Région

17 janvier 2020

Il est très important d’évaluer les tendances des populations d’espèces au cours du temps pour connaître l’état de santé de la biodiversité. En Auvergne-Rhône-Alpes, au cours de 19 années consécutives de suivi, près de 300 observateurs bénévoles ou salariés se sont mobilisés en utilisant la méthode STOC-EPS, observations coordonnées par la Ligue pour la Protection des Oiseaux de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Résultat : « en 18 ans, les oiseaux communs ont diminué de près de 5 % sur l’ensemble de la région Auvergne-Rhône-Alpes. C’est particulièrement le cas des espèces des milieux agricoles et des villes et villages qui ont diminué de près de 16 % en 18 ans ».

Le STOC-EPS consiste en des relevés standardisés sur des points d’échantillonnages répartis le long de parcours visités deux fois par an à date fixe et par le même observateur. Chaque parcours compte 10 points de relevés. La méthode est celle dite des “points d’écoute” : les oiseaux vus ou entendus sont dénombrés sur ces points pendant 5 minutes exactement.

Lire le reste de cet article »