L’assassinat d’un professeur c’est l’assassinat des valeurs des « Lumières » et la négation du rôle de l’école républicaine

23 octobre 2020

Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie dans un collège est mort sauvagement assassiné par un terroriste se revendiquant d’un islamisme politique radical et sectaire.

A Grenoble, dimanche 18 octobre un hommage lui a été rendu place de Verdun par plus d’un millier de personnes dont de nombreux enseignants. Ce rassemblement a témoigné de la solidarité avec la victime et sa famille, affirmé un soutien à l’ensemble de la communauté éducative et assuré de la mobilisation pour défendre la liberté d’expression et la primauté de la laïcité dans l’organisation de la République.

C’est l’occasion de rappeler encore et toujours les valeurs qui fondent notre République notamment résumées dans les 17 articles de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 qui débutent par ce préambule :

Lire le reste de cet article »

Assassinat de Samuel Paty : ne pas céder à la barbarie mais s’attaquer aussi aux causes (Jo Briant)

23 octobre 2020

« L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde », Nelson Mandela

« L’enseignement perpétue la mémoire du monde et lui redonne quotidiennement son sens, une parcelle de sens », Francine Noël, écrivaine

« La religion est l’opium du peuple, mais aussi le cri de détresse de l’être opprimé », Karl Marx

Vendredi 16 octobre : Samuel Paty, enseignant d’histoire-géo au collège du Bois-d’Aulne à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) est assassiné, décapité dans des conditions horribles par un terroriste islamiste. Tout simplement, si l’on peut dire, parce qu’il avait osé montrer à ses élèves, explications à l’appui, les caricatures de Mahomet publiées par Charlie Hebdo.Même si certains enseignants, comme me l’a confié l’un d’entre eux le 19 octobre Place de Verdun, estiment qu’il aurait été plus opportun et moins blessant de montrer diverses caricatures visant aussi bien Moïse, le Christ ou le Pape ou encore le Boudha, il n’empêche que nous sommes face à une horreur absolue.  « Nous ne céderons pas à la peur » ont clamé à l’envi aussi bien les enseignants, les dizaines de milliers de citoyen.ne.s rassemblé.e.s en France les jours suivants. La douleur est immense et le chagrin sans fond. Les mots manquent face à l’abject. Et les questions s’accumulent : qui, comment, pourquoi ? A quoi ressemblera la société après cette tragédie ?

Lire le reste de cet article »

Un nouvel ordre dans l’exécutif de la Métro… Est-ce régulier ?

23 octobre 2020

Lors du conseil de métropole du 16 octobre 2020, le président a rendu public le nouveau classement protocolaire des 5 premiers vice-président-es qu’il a décidé par arrêté.

Michelle Veyret (1ère vice-présidente à l’administration générale, aux ressources humaines et au patrimoine). Salima Djidel (2e vice-présidente, à la Santé, à stratégie et à la sécurité alimentaire). Raphaël Guerrero, (3e vice-président aux finances, à l’évaluation des politiques publiques et au dialogue de gestion), Mélina Herenger, 4e vice-présidente au Tourisme, à l’attractivité, l’Université, à l’innovation et à la qualité de vie. Lionel Coiffard, 5e vice-président à la prévention, la collecte et la valorisation des déchets.

Lire le reste de cet article »

Grenoble, capitale verte : le coup de gueule de Roger Pellat-Finet

23 octobre 2020

M. Roger Pellat-Finet, ancien président de la chambre de commerce et d’industrie, ancien conseiller général, défenseur acharné des autoroutes déclarait le 13 février 2011 : « Du côté des regrets, je retiendrai un échec total : la non-poursuite de l’autoroute A51. Avec d’autres, j’ai obtenu que l’autoroute arrive sur mon canton jusqu’au col du Fau : ça, c’est une grande satisfaction. Autre déception : la rocade nord. Je me suis battu pendant trente ans pour. » Donc un anti-écolo primaire. Il n’a pas supporté que la ville de Grenoble soit nommée « Capitale verte européenne » pour 2022 et a poussé un coup de gueule contre cette nomination.

Voici la réaction à ce coup de gueule de notre ami Jean Jonot qui a subi les attaques de M. Pellat-Finet lors de la bataille contre l’A51.

Lire le reste de cet article »

Hommage à Grenoble pour les Algériens massacrés le 17 octobre 1961 à Paris

23 octobre 2020

Il y avait de l’ordre de 250 participants à l’hommage pour le 17 octobre 1961 à Grenoble. L’hommage s’est terminé sur la passerelle qui mène au quartier Saint laurent, où la manifestation aboutit chaque année et des fleurs sont lancées dans l’Isère, en hommage aux manifestants.
De nombreux élus étaient présents, dont le maire de Echirolles, Renzo Sulli, et le maire de Grenoble, Eric Piolle qui a pris la parole.

Ci-dessous une tribune qui a été publiée le 17 octobre, très largement signée par des élu-es, dont le maire de Grenoble qui porte sur la reconnaissance officielle du 17 octobre 1961 comme crime d’Etat et l’inscription du 17 octobre parmi les dates officielles.

Lire le reste de cet article »

Nano 2022, un financement bien trop vite voté…

23 octobre 2020

Le 16 octobre 2020, le Conseil de Métro a voté une délibération concernant le financement du programme Nano 2022 à hauteur de 2,5 M€. De nombreux élu-es ont demandé le report du vote de cette délibération car il n’y avait pas eu de préparation suffisante notamment pour examiner les contreparties exigées par les grandes entreprises internationales (SOITEC et ST Microelectronics) qui recevaient ces importantes subventions, qui n’en avait pas réellement besoin, alors qu’au même moment la crise sanitaire touchait de plein fouet de très nombreuses entreprises qui ne sont pas suffisamment soutenues.

Refus de reporter ce vote, ce qui a entrainé le vote contre du groupe UMA sur cette délibération mal préparée. Beaucoup d’élu-es ont voté cette délibération sans connaitre précisément les contreparties demandées qui sont restées très floues en termes de création ou de maintien d’emplois.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

23 octobre 2020
fou

Mme Chalas a été la cheville ouvrière de la loi du 6 août 2020 de transformation de la fonction publique. Lors des débats à l’assemblée nationale, elle a effectué les rapports au nom de la commission des lois et à la commission mixte paritaire. Elle vient de se faire taper sur les doigts par le Conseil constitutionnel qui vient de déclarer l’article 72 de la loi contraire à la Constitution. Ce dernier juge que toutes les organisations syndicales, pas seulement celles qui sont représentatives, peuvent désigner un conseiller pour assister les fonctionnaires ayant demandé une rupture conventionnelle. « Selon l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, la loi « doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse ». Le principe d’égalité ne s’oppose ni à ce que le législateur règle de façon différente des situations différentes, ni à ce qu’il déroge à l’égalité pour des raisons d’intérêt général, pourvu que, dans l’un et l’autre cas, la différence de traitement qui en résulte soit en rapport direct avec l’objet de la loi qui l’établit. »https://www.conseil-constitutionnel.fr/decision/2020/2020860QPC.htm


Encore des irrégularités à la Région Rhône-Alpes-Auvergne, c’est devenu une habitude. Lors de la réunion du Conseil Régional Aura, des 15 et 16 octobre 2020, le président L. Wauquiez a fait adopter une délibération créant un pacte régional pour la sécurité…  Or depuis la loi NOTRe du 7 août 2015 qui a supprimé la clause de compétence générale pour les régions et les départements, la loi impose des compétences précises pour chaque niveau de collectivité. Le Conseil régional n’a pas la compétence sécurité.

« Un pacte régional pour la sécurité : pour faire face à l’augmentation de l’insécurité au sein du territoire régional, un pacte pour la sécurité a été mis en place. Il se décline en trois volets : un soutien renforcé en matière de vidéoprotection haute définition, un financement des Centres de supervision urbains (CSU) et pour finir une aide à l’équipement des polices municipales. Une première enveloppe de 3 millions d’euros permettra d’ici les prochains mois l’installation de 800 caméras supplémentaires dans les espaces publics, et la sécurisation des abords de 32 lycées supplémentaires, la création et / ou la modernisation de 4 à 5 CSU et enfin un soutien financier auprès des communes à hauteur de 50% pour les dépenses liées aux équipements des polices municipales. »

Le PLUi et le changement climatique

23 octobre 2020

Le Cerema ( Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement) présente une série de fiches pratiques sur le thème « PLUi et énergie : comment les PLU(i) peuvent-ils contribuer à la transition énergétique des territoires ? »

Les cinq premières fiches sont disponibles, et portent sur l’articulation PLUI et planification énergie-climat, sur l’éolien, les réseaux de chaleur, le photovoltaïque et la méthanisation.

Voici la présentation des cinq fiches :

Lire le reste de cet article »

La réforme de l’ISF est loin d’avoir tenu ses promesses ?

23 octobre 2020

France stratégie a édité le 8 octobre 2020 un deuxième avis sur l’évaluation des réformes de la fiscalité du capital. Ce sont les premiers éléments d’évaluation de l’instauration du PFU et de la transformation de l’ISF. La réforme a instauré un prélèvement forfaitaire unique (PFU) sur les revenus de l’épargne et remplacé l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) par un impôt recentré sur la fortune immobilière (IFI). En outre, la baisse de l’impôt sur les sociétés (IS), complémentaire de ces transformations, a été programmée sur l’ensemble du quinquennat. La loi prévoit que la réforme fasse l’objet d’une évaluation approfondie, permettant d’apprécier son efficacité au regard des objectifs poursuivis.

Comme l’indique un article d’Alternatives Economiques du 14 octobre : « Stimuler l’investissement et tarir le supposé exode des riches matraqués par la fiscalité française, tels étaient les arguments du gouvernement pour justifier sa réforme de la taxation du capital. A la lumière du second rapport du comité d’évaluation publié la semaine dernière, force est de constater que le compte n’y est pas…

Lire le reste de cet article »

Crise sanitaire : quels impacts sur la cohésion sociale ?

23 octobre 2020

Une grande étude auprès de milliers d’habitants dans plusieurs pays d’Europe en juillet 2020 révèle que la crise sanitaire a eu d’importantes répercussions sur la santé physique et mentale des individus, mais aussi sur la qualité du tissu social et la confiance des citoyens envers leurs institutions.

Cette étude qui s’intitule « Les Oubliés dans la pandémie » a été menée par l’organisation non gouvernementale More in Common dont la branche française est « Destin commun »

Destin commun explique : « Les Français, leurs ressentis, leurs inquiétudes et leurs aspirations à l’aune de la crise. 

Le monde vit une onde de choc sans comparaison. Le COVID-19 présente un défi social, économique et bien sûr sanitaire sans précédent. Il pourrait creuser davantage les failles et les fractures existantes et risque de nous diviser encore plus.

Lire le reste de cet article »

Rapport de la Cour des Comptes sur les polices municipales

23 octobre 2020

Le 20 octobre 2020, la Cour des Comptes rend un rapport thématique sur les polices municipales. Il ne s’agit pas d’une demande du gouvernement. Sa rédaction, a été réalisée par la Cour et sept chambres régionales des comptes et a tenu compte des différents milieux urbains ou ruraux, des polices municipales ou intercommunales présentant des caractéristiques variées. Elle recommande notamment d’engager une évaluation de l’efficacité de la vidéoprotection de la voie publique, notamment dans l’élucidation des crimes et délits, avec le concours de chercheurs et d’experts. ». Mais cela restera lettre morte comme d’habitude.

Lire le reste de cet article »

Agenda

16 octobre 2020

Samedi 17 octobre à 18 h rassemblement place Edmond Arnaud à Grenoble, comme chaque année, pour rendre hommage aux victimes de la répression policière contre les algériens qui manifestaient à Paris le 17 octobre 1961. Des fleurs seront ensuite jetées dans l’Isère et ce sera aussi l’occasion d’exprimer la solidarité avec le peuple algérien qui se bat pour la démocratie.

L’état d’urgence sanitaire rétabli à partir de samedi 17 octobre 2020

16 octobre 2020

Lors du conseil des ministres de mercredi dernier, le gouvernement a adopté un décret déclarant l’état d’urgence sanitaire à partir de samedi 17 octobre à 0 h sur l’ensemble du territoire. Mais de par la loi, ceci ne peut pas aller au-delà d’un mois sans qu’une nouvelle loi soit adoptée. C’est pour cette raison que le couvre-feu est pour l’instant limité à une durée d’un mois dans certaines métropoles notamment à Grenoble.

Rappel, l’état d’urgence sanitaire était entré en vigueur sur l’ensemble du territoire national le 24 mars 2020 avec la publication de la loi du 23 mars 2020 d’urgence pour faire face à l’épidémie de Covid-19, il a été prolongé jusqu’au 10 juillet 2020 par la loi du 11 mai 2020.

Lire le reste de cet article »

Magouilles à l’établissement public foncier local du Dauphiné (EPFL)

16 octobre 2020

Les contribuables locaux sont directement intéressés à ce qui se passe à l’EPFL car ils payent chaque année dans leurs impôts locaux une participation au fonctionnement de cet établissement public très utile dans la politique foncière (voir la colonne taxe spéciale d’équipement dans les avis d’impôts locaux).

M. Coigné maire de Sassenage et conseiller départemental (bien à droite) a réussi à se faire élire président de l’EPFL (Etablisement public foncier local du Dauphiné) alors que la Métropole est majoritaire dans le conseil d’administration de cet établissement public avec 8 administrateurs sur 14. La communauté d’agglomération du Pays Voironnais a 2 sièges, le département, la région, la communauté de commune Saint-Marcellin Vercors Isère et la communauté de communes de Bièvres Est ont chacun 1 siège. M. Coigné a été élu avec 8 voix contre 5 à Laurent Amadieu conseiller de la Métro. Ceci signifie que des élus métropolitains ont voté pour M. Coigné. C’est un échec pour la Métro et son président qui aurait dû être plus prudent lorsqu’il a choisi la représentation de la Métro avec des membres de la droite. C’est la première fois que ceci se passe. Mais ce qui est ahurissant c’est que M. Coigné n’a pas le droit d’être président de l’EPFL puisqu’il est directeur général de la SPL Isère aménagement et administrateur d’autres sociétés et de nombreux bailleurs sociaux, il y a donc conflits d’intérêts directs et évidents entre ces diverses responsabilités. Espérons qu’un recours contre cette élection mettra fin à cette illégalité et que la Métro redésignera des administrateurs qui représente vraiment ses intérêts dans l’EPFL.

Le projet privé de centre commercial NEYRPIC à Saint Martin d’Hères, mis en cause

16 octobre 2020

Apsys le promoteur privé du projet de centre commercial Neyrpic à Saint Martin d’Hères essaye de sauver son projet qui est en train de battre de l’aile. Il a obtenu un nouveau permis de construire modificatif pout essayer d’éviter que son permis ne soit annulé par la justice administrative. Et de plus, très inquiet sur la rentabilité de son projet (du siècle dernier), il a essayé d’y intégrer avec l’aide d’UGC un complexe cinématographique de 12 salles de 2300 fauteuils afin de renforcer l’attractivité de son pôle commercial et de loisirs.

Mais l’affaire n’était pas simple à imposer car il fallait passer par un avis favorable de la Commission départementale d’aménagement cinématographique (CDACi) avant de pouvoir déposer un permis de construire pour ce complexe cinématographique. Or cette dernière, le 12 février 2020, a donné un avis très défavorable : 6 voix contre (celles des représentants de la Métropole, de la Ville de Grenoble, du Scot, et celles des trois experts) et deux voix pour (la Ville de Saint-Martin-d’Hères et le Département).

Lire le reste de cet article »

Rapport de la chambre régionale des comptes sur les réseaux de chaleur de la métropole, dont celui géré par la CCIAG

16 octobre 2020

Le 16 octobre 2020 est présenté au conseil métropolitain les observations définitives de la chambre Régionale des Comptes sur les réseaux de chaleur urbains gérés par la métropole durant les années 2015 à 2018. Ce rapport a été transmis le 23 juillet à la Métro, il aurait dû être débattu lors du conseil du 18 septembre ou même du 25 septembre… D’où le rappel à l’ordre de la présidente de la CRC le 9 septembre : « vous avez l’obligation de communiquer le rapport d’observations de la chambre, auquel doit être jointe votre réponse écrite, à votre assemblée délibérante, dès sa plus proche réunion. Il doit faire l’objet d’une inscription à l’ordre du jour de celle-ci, être joint à la convocation adressée à chacun de ses membres et donner lieu à un débat. »

La Métro devra rapidement acheter au moins les 2/3 des actions de la ville de Grenoble dans la CCIAG et veiller à séparer dans le budget annexe de la Régie de chaleur les finances liées à chaque réseau afin de respecter la règle des services publics industriels et commerciaux qui exige que le tarif corresponde directement au service rendu. Donc il n’est pas possible qu’un réseau en finance un autre. Là il y a une irrégularité qu’il faudra lever.

Lire le reste de cet article »

Le contrat de sécurité intégré : un nouveau gadget du gouvernement ?

16 octobre 2020

Le 9 octobre, le Premier ministre a signé avec la ville de Toulouse le premier “contrat de sécurité intégrée”, notamment sur les effectifs de police nationale et de police municipale. Le Premier ministre a confirmé à cette occasion que le gouvernement soutiendra la proposition de loi Fauvergue-Thourot sur le continuum de sécurité déposée en décembre dernier.

Ce contrat de sécurité est une belle invention de l’Etat qui demande aux collectivités de partager les efforts faits par l’Etat sur les questions de sécurité qui sont pourtant de sa compétence exclusive et il est très déséquilibré en défaveur de la collectivité. Les pressions effectuées sur les collectivités concernant la vidéosurveillance ont été très bien analysées dans une thèse qui démontre que l’Etat arrive à faire financer par les collectivités des opérations dont il est le promoteur et le profiteur et cette thèse en démontre  l’inefficacité.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

16 octobre 2020
fou

Les cinémas font partie de ce qu’on appelle des “industries culturelles”, pour qui le soutien a été transférée comme pour tout le reste de l’économie et du commerce à la Métropole, en 2015. La Ville de Grenoble n’est plus compétente pour aider les cinémas « art et essai » sur son territoire, sauf pour leurs actions de médiation et culturelles qui n’ont pas de lien avec la diffusion de films. Avec la crise Covid, toutes les salles de cinéma, mais particulièrement celle labellisées « art et essai », sont très fragilisées. Christophe Ferrari a donc choisi avec sa position favorable aux 12 salles UGC sur le site Neyrpic à la Commission nationale d’aménagement cinématographique de fragiliser une activité locale sur le territoire de Grenoble, pour laquelle la Métropole est compétente, au profit d’un grand acteur privé national qui s’installe sur une autre commune pour avantager un promoteur privé. On est loin d’une position de gauche, écologiste et citoyenne. Heureusement il y a eu un avis défavorable de la commission…


Suite aux propos d’Éric Zemmour sur les mineurs non accompagnés (MNA), de nombreux conseils départementaux ont décidé de porter plainte. En effet les départements ont la compétence d’accueil des MNA car ils relèvent de l’aide sociale à l’enfance. Malheureusement en Isère le président Barbier refuse de faire de même, il considère que les actions en justice contre le polémiste reviennent à faire campagne sur les deniers de la collectivité. Curieuse justification ; faire respecter la loi n’est pas faire une campagne de pub, mais un acte essentiel surtout pour une collectivité de la République. Cette attitude de M. Barbier trouve aussi sa cause dans leur culture maurassienne commune. Il est en effet exactement sur la même ligne que Zemmour sur la question des “racines chrétiennes de la France“,  lors d’un de ses discours à l’occasion d’une cérémonie en mémoire du maquis de l’Oisans, qui était pourtant un maquis multiconfessionnel.


La manière dont a été préparé le Conseil syndical du SMMAG du 8 octobre vaut d’être contée, elle éclaire sur les nouvelles pratiques politiques à la Métro. Le président de la métropole a organisé dans le moindre détail cette réunion en la préparant avec les présidents des deux autres intercommunalité (ce qui n’est pas anormal), mais avec les groupes politiques de la Métro en excluant les deux groupes (UMA et CCC) qui ont été opposés à sa réélection suite à son alliance avec la droite (LREM et LR et Carignon) et l’extrême droite le 17 juillet 2020. UMA a rendu public la candidature à la présidence du maire de Champagnier (Florent Cholat) la veille de la réunion. Le candidat de Ferrari à la présidence du SMMAG n’a été dévoilé que lors de la réunion et il n’a pas jugé utile de parler de son projet pour le SMMAG. La liste des vice-présidents et du reste du bureau et l’intitulé des délégations étaient aussi prêts dans les moindres détails ! On a ainsi assisté à une séance où les 16 affidés de Ferrari ont voté comme un seul homme (il y a très peu de femmes) les propositions préparées à l’avance. Il se sont trouvés bien gênés, d’où la longue suspension de séance, lorsque les élus UMA ont réservé leur participation à l’exécutif demandant d’en savoir plus sur les priorités du nouvel exécutif… A suivre. Mme Chalas, députée LREM, commence à se rendre compte que sa survie politique à Grenoble est menacée, car le macronisme n’est plus porteur. Elle essaye de prendre quelques distances avec son parti mais sans le quitter et de se peindre un peu plus en écologiste en votant contre la poursuite de l’utilisation des néonicotinoïdes ou en se mobilisant pour le bien-être animal. Elle a été rappelée à l’ordre pour son vote par son chef local O. Six, qui est élu avec elle à Grenoble et à la Métro.

Centrale nucléaire du Bugey, bonne pour la fermeture…

16 octobre 2020

La coordination Stop Bugey regroupe différentes associations antinucléaires de l’Ain, du Rhône, de Savoie, de l’Isère, de Saône-et-Loire et de Genève ; elle demande l’arrêt immédiat de la centrale de Bugey et s’oppose au projet d’EPR au Bugey.

« Après l’arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim, celle du Bugey devient la plus vieille de France.
Outre son réacteur n°1 arrêté depuis 26 ans et dont le démantèlement est retardé au-delà de 2050, le site comprend 4 autres réacteurs en activité depuis plus de 40 ans, un Magasin Inter Régional (MIR) de combustibles neufs et ICEDA (Installation de Conditionnement et d’Entreposage de Déchets Activés), dont l’autorisation d’exploitation vient d’être accordée par l’ASN à EDF.

Les 4 plus vieux réacteurs de France cumulent de nombreuses malfaçons (271) et de fréquents incidents qui génèrent un fonctionnement par intermittence, voire des arrêts de très longues durées.

Lire le reste de cet article »

Hausse de la pauvreté : les propositions du CNLE

16 octobre 2020

Le Conseil national de lutte contre les exclusions (CNLE), après le collectif Alerte qui regroupe 35 fédérations et associations nationales de solidarité, fait part de ses préconisations devant la hausse ininterrompue et rapide de la pauvreté. Instance officielle le CNLE a rendu un avis intitulé “Soutenir, accompagner, protéger : 12 propositions pour accompagner les plus fragiles face à la crise”.

Le constat est que la crise sanitaire sans précédent depuis février 2020 s’est transformée en crise économique et sociale. Elle touche particulièrement les personnes les plus pauvres, les plus isolées et les plus vulnérables. La crise a fait ressortir certaines insuffisances de notre protection sociale et met en évidence l’ampleur des disparités vécues en situation de confinement, qu’il s’agisse de l’accès à l’alimentation et à un hébergement protecteur, de la perte de ressources, de l’accès aux dispositifs de protection sanitaire, de la continuité de la scolarisation, du risque d’isolement…

Lire le reste de cet article »