Archives pour le mot-clef ‘Education’

Attention au déferlement des promesses

Publié le 30 août 2013

Durant l’été on a pu noter une accélération des promesses par la majorité municipale sur des thèmes qui ont fait l’objet de lourdes polémiques :

Urbanisme

Devant les protestations des habitants à propos de la construction d’une tour à l’angle du cours de la Libération et de la rue des Alliés, le maire a enfin demandé aux services de la ville et a l’adjoint à l’immobilier de ne pas délivrer le permis de construire et au promoteur et son architecte de revoir le projet. Le maire espère ainsi repousser le projet à plus tard, si possible après les élections de mars 2014, mais il ne l’a pas arrêté : donc vigilance.

Scolaire

Suite à des implantations massives de nouveaux logements sans aucune réflexion sur les équipements publics qui devraient suivre, il manque cruellement de places dans certains groupes scolaires et de collèges.

Lire le reste de cet article »

Ordre du jour du conseil municipal le 8 juillet

Publié le 6 juillet 2013

Un conseil municipal de Grenoble à la limite de l’indigestion (111 délibérations) qui démarre à 17 h et  devrait se terminer très tard dans la soirée.

Au menu, entre autres :

  • organisation de la réforme des risques scolaires (rythmes à part, il  s’agit bien de risques en effet) il parait que tout baigne : vérification sur pièces à la rentrée.
  • 29 délibérations sur Culture, sport, éducation, jeunesse.
  • Pas moins de 6 délibérations pour la ZAC Presqu’île : les nouvelles mobilités, le stationnement. Attention aux discours idylliques sur la prochaine cité radieuse. Encore un partenariat avec un grand groupe privé pour la recherche et développement, parfois on aimerait des partenariats avec la recherche publique.
  • Attention, l’opération stade Lesdiguières avec le club de rugby, se lance avec le bail emphytéotique. Encore du gaspillage, mais pourquoi ne pas faire jouer les rugbymen au  stade des Alpes ?
  • Mutualisation des services de l’eau entre le SIERG et Grenoble, ça avance plus lentement que prévu.
  • Adoption du budget supplémentaire (incorporation des résultats du budget 2012). Ce serait le moment de faire des économies, vu ce qui va se passer en 2014 avec le désengagement de l’Etat, mais ce n’est pas à l’ordre du jour.
  • Etc, etc.

Rythme scolaires : fâcheux contretemps

Publié le 22 juin 2013

« Rythmes scolaires : pourquoi ça va marcher ! » titraient les Nouvelles de Grenoble dans son n°156. Une affirmation digne de la méthode Coué où le doute n’a pas sa place. Car on cherche aujourd’hui encore les raisons qui permettent à la majorité municipale d’être aussi péremptoire.

Passons sur la valse hésitation qu’a suscité ces derniers mois, l’allongement ou non de la pause méridienne (le temps de repas) qui sera finalement modifié à la marge, soit un quart d’heure supplémentaire. « Ca va marcher ! » donc : le matin la classe commencera à 8h30, 8h45 ou 9h selon le choix des écoles : les parents et les fratries devant s’adapter et s’organiser pour les accompagnements. Pour la pause méridienne, l’embauche d’animateurs référents qui est sûrement une bonne chose ne résout pas le climat général dû au sureffectif des élèves, pas plus qu’il ne résout la qualité de l’encadrement. Après le temps scolaire contraint, suit à partir de 16h le temps périscolaire non obligatoire. La ville là encore promet la qualité. Mais pour l’heure c’est le flou qui domine.

Lire le reste de cet article »

Pour des établissements scolaires et des structures éducatives de proximité

Publié le 13 juin 2013

Le Collectif « Pour un collège de proximité » écrit une lettre ouverte au maire de Grenoble pour des établissements scolaires et des structures éducatives de proximité et fait signer une pétition en ligne. Voici le début de cette lettre :

« Le secteur 1 de Grenoble situé au nord-ouest de la ville a énormément changé depuis 10 ans avec la construction de logements dans le quartier Gare-Europole, à la place de l’ancienne usine Lustucru, sur la zone de Bouchayer-Viallet, au Clos des Fleurs et prochainement sur la ZAC de la Presqu’île. L’ensemble de ces programmes immobiliers représentent plus de 10.000 habitants supplémentaires, soit un accroissement de plus de 40% de population par rapport au recensement INSEE 2009 qui dénombrait 27.000 habitants. Et pourtant les infrastructures pour les habitants n’ont pas suivi.

Toutes les écoles du secteur (Ampère, Anthoard, Claude Bernard, Berriat, Buffon, Chorier, Diderot, Jaurès, Macé et Vallier) débordent et les parents interpellent vos services chaque année… »

Pour lire la suite, et signer la pétition, cliquez ici

Correspondants vie scolaire : grève à la mairie de Grenoble

Publié le 30 mai 2013

Le 27 mai, 90% des correspondants vie scolaire (CVS) en colère, soutenus par leurs syndicats CGT, FO, CFTC, ont entamé une grève reconductible, dont voici les raisons :

« Qui sommes-nous ?

Selon notre employeur nous sommes les « maillons indispensables et privilégiés » pour l’ensemble des partenaires éducatifs : Directeurs d’écoles, Familles, Santé scolaire, Restauration !

De catégorie B, nous travaillons au sein d’une équipe pluridisciplinaire de la Direction Education Jeunesse.

Quelles sont nos missions principales ?

Lire le reste de cet article »

Vous avez dit, ville éducatrice !

Publié le 22 avril 2013

Lors d’une mise au point dans le quotidien régional du 18 avril, A. Pilaud, adjoint chargé du sport professionnel, a précisé que pour lui, que des supporters grenoblois crachent sur un arbitre n’est pas scandaleux !

Le 9 mars lors de la rencontre entre le GF38 et l’équipe du PSG en CFA, des supporters grenoblois ont craché sur l’arbitre de la rencontre, ce qui a entrainé une punition de 2 points de moins pour le GF38.

L’adjoint au maire déclare à propos des agissements des supporters : « ils sont à la hauteur de leur frustration. Leur comportement n’est pas scandaleux, c’est la faute des Japonais si on est arrivé là » !

Espérons que le maire réagisse fortement face à de tels propos qui sont indignes d’une ville qui se veut éducatrice.

Soutenir et couvrir de tels agissements sont-ils prévu dans le projet éducatif grenoblois ?

Ecole des Buttes : fin de partition

Publié le 12 avril 2013

Depuis près d’un an, immédiatement après le sinistre qui a ravagé une partie de l’école des Buttes, les parents n’ont cessé de lutter et de dépenser beaucoup d’énergie pour éviter le pire. Courriers d’interpellations des élus, demandes de rencontres, réunions, pétitions… jusqu’à cette manifestation avec les enfants en mairie lors du conseil municipal de mars. Pugnaces, tenaces, ils réclamaient depuis des mois l’installation de bâtiments préfabriqués afin que dès la rentrée 2013, l’ensemble des élèves aujourd’hui dispersés puissent se retrouver sur le site de leur école. Une demande rejetée par la ville d’abord pour des questions financières. Une justification inacceptable quand les parents ont comparé le prix d’un préfabriqué évalué entre 30 000 € et 40 000 € aux 250 000 € dépensés par la ville dans l’opération de communication « Grenoble Factory ». Après une rencontre avec Jérôme Safar pour qui, tout compte fait, cela n’était pas une question de moyens financiers, ils viennent d’obtenir satisfaction. Un préfabriqué prendra donc place dans la cour de l’école des Buttes dès la rentré 2013.

Lire le reste de cet article »

L’école dans tous ses états : rythmes scolaires, Buttes et Fantin-Latour

Publié le 29 mars 2013

Avec les rythmes…

Comme il fallait s’y attendre, la majorité municipale (moins l’abstention du groupe communiste) a voté sans grand enthousiasme la délibération décidant :

  • « d’engager à la rentrée de septembre 2013 une nouvelle organisation des rythmes scolaires.
  • de prendre acte de la démarche de consultation engagée au début de l’année qui permettra à Monsieur le maire de donner un avis sur le scénario à retenir » Sur la démarche de « consultation engagée » on imagine ici et là quelques sourires en coin en pensant à la réalité de cette « consultation ». Quant au « scénario » que devrait retenir le Maire, de quoi s’agit-il au juste, d’ailleurs le connaît-il lui-même ?
  • « de valider les premières propositions de contenu des temps périscolaires. » Si quelqu’un (citoyen, parent, animateur, enseignant, agent de la ville…) dispose d’informations détaillées sur le « contenu des temps périscolaires » qu’il nous le fasse savoir dans les meilleurs délais.

Lire le reste de cet article »

Refonder la démocratie locale : l’exemple des rythmes scolaires

Publié le 23 mars 2013
RythmesScolairesBanderole

Les banderoles demandant le report de l’application de la réforme fleurissent sur les balcons grenoblois

La méthode est désormais éprouvée. On décide d’abord puis on entame quelques réunions dites de concertation ou plutôt d’information pour que le citoyen ait l’illusion d’avoir participé à une décision déjà prise, le tout accompagné d’une communication tapageuse. Les exemples sont multiples de cette démocratie qui se veut participative et pour laquelle la majorité s’est donnée une charte qu’en réalité elle n’applique pas : le budget, les projets immobiliers… et aujourd’hui les rythmes scolaires. Chaque fois on perçoit dans la méthode un entêtement à forcer le passage. La mode étant depuis peu au tchat (dispositif permettant de dialoguer sur internet dans un temps donné avec un élu municipal) celui de l’élu à l’éducation le 14 mars dernier illustre assez bien l’obstination assortie d’un certain flou entretenu par la majorité municipale et les questions qui du côté du citoyen restent en suspens.

Lire le reste de cet article »

Rythmes scolaires : l’intérêt (politicien) des enfants

Publié le 9 mars 2013

Comme on pouvait s’y attendre la conférence de presse de l’ADES sur les rythmes scolaires a suscité les commentaires de la majorité municipale. Pour rappel, nous évoquions la mise en place de cette réforme en 2014 en proposant « de tout mettre sur la table avant de se lancer. Sans rien éviter : ni la question du temps le plus approprié de la journée, ni celle de l’encadrement et de son statut, ni celle des locaux disponibles. C’est de la qualité de la construction collective et sans précipitation que dépendra la réussite de la réforme au seul profit de l’enfant. » Ils s’y sont mis à deux, le président du groupe PS et celui de GOpuscule pour réagir « fortement aux propos »  (on en frémit encore) de l’ADES.

Que trouve-t-on dans cette forte réaction, un contre argumentaire solide et construit s’opposant au nôtre ? Rien de tel bien sûr, mais la sempiternelle formule usée jusqu’à la corde, à savoir que ceux qui émettent ne serait que le début du commencement d’une critique ou appellent à une réflexion ou au débat sont contre, assurément contre.

Lire le reste de cet article »

A Grenoble depuis 2008, le scolaire a perdu le Rythme

Publié le 23 février 2013

La réforme des rythmes scolaires est un élément d’un vaste projet de « Refondation de l’Ecole » voulue par le Ministre de l’Education Nationale, dont les contours sont encore mal définis et que chacun imagine à sa façon. C’est peut-être l’une des raisons qui provoque autour de cette réforme autant d’agitation et de controverses, mais elle n’est pas la seule.

A Grenoble, l’improvisation qui domine accroît le malaise :

Lire le reste de cet article »

Rythmes scolaires : après Grenoble Factory, Majorité Vanity

Publié le 15 février 2013

Reconnaissons-le, concernant l’application de la réforme des rythmes scolaires, la tâche est des plus ardues. Prétendre qu’il serait possible de rendre une copie sans faute dès septembre 2013 serait tout bonnement irréaliste et présomptueux. Nous avons déjà évoqué ici les nombreux obstacles dont le premier est le financement (aucune ligne n’apparaît dans le budget 2013 de la ville) qui ne permettront pas sa réalisation à cette date, mais puisque personne ne sait encore la forme qu’elle prendra, penchons-nous sur les hypothèses qui ne sont pas légions.

Lire le reste de cet article »

Ecole des buttes : la majorité procrastine, mais pas pour tout

Publié le 8 février 2013
ecoleButtesAvantIncendie

état de l’école des Buttes avant l’incendie : photo DR, tous droits réservés

Les parents d’élèves de l’école « Les Buttes » (gravement endommagée par un incendie en juillet 2012) auront attendu cinq mois avant que la Ville consente enfin à les rencontrer pour envisager l’avenir. En décembre dernier, l’adjoint à l’éducation proposait une solution pour la rentrée 2013 : n’ouvrir que huit classes sur les 10 que comptait l’école à l’origine. Que faire alors des deux classes restantes et des 45 enfants les composant ? Les répartir dans les autres écoles de la Villeneuve et laisser jusqu’au 7 février, les parents des enfants concernés exprimer leur choix. Une solution pour le moins originale et un précèdent que l’on pourrait traduire par une « dérogation au choix » du périmètre scolaire. On n’ose imaginer les conséquences si elle devait s’appliquer à l’ensemble de la ville. Dernièrement, l’improvisation guidant ses pas, l’élu suggérait que les deux classes restent administrativement intégrées à l’école tout en étant délocalisées. Toujours est-il que comme à son habitude, la Ville se contente d’informer et de ne soumettre qu’une solution, la seule possible, c’est à dire la sienne. Or, forcément d’autres solutions existent parmi lesquelles :

  • reconstruire l’école dans son intégralité originelle (la Ville en a décidé autrement sans autre explication)
  • envisager huit classes mais sur la base des cycles en maintenant les plus jeunes à l’école pour ne pas les perturber.
  • Enfin, mais, il aurait sûrement d’autres possibilités encore, rajouter aux huit classes (pour l’instant) deux classes de plus avec l’installation de préfabriqués. Autant que faire se peut, il est préférable d’éviter les bâtiments modulaires mais quand la nécessité l’impose (et c’est le cas en l’occurrence), il n’y a pas de raison de s’en passer dans des périodes transitoires.

Lire le reste de cet article »

Rythmes Scolaires : manque d’animation

Publié le 25 janvier 2013

Si la mise en place des rythmes scolaires suscite de l’inquiétude chez des enseignants comme chez des parents d’élèves, les professionnels de l’animation ont eux aussi de bonnes raisons de s’inquiéter, et pour cause. Alors que d’eux dépend pour une grande part la réussite du projet, totalement oubliés des discussions, ils n’ont jamais eu voix au chapitre. Pourtant ça n’est pas faute de s’être manifestés auprès du Premier ministre, du Ministre de l’Education et de la Ministre des Sports. Ainsi dans une lettre ouverte datée du 22 novembre 2012, le Syndicat de l’Education Populaire formule une série de propositions dont celle-ci : « Le métier d’animateur doit être valorisé : la réforme des rythmes éducatifs risque d’entraîner davantage de précarité et des emplois du temps morcelés pour les animateurs. De plus les accueils de loisirs qui fonctionnaient les mercredis matin disparaîtront de cette tranche horaire. Nous demandons à l’Etat de prendre en compte les conditions de travail des animateurs dans la mise en œuvre de la réforme, et plus généralement de lancer une campagne de valorisation des métiers de l’animation ».

Voilà donc une proposition dont la majorité municipale en particulier à travers ses parlementaires (M. Destot, J. Chiron), devrait s’emparer et porter auprès du Gouvernement et des ministres concernés. Comme le dit l’ADES depuis fort longtemps, notamment à propos des temps de repas scolaires, la prise en charge de qualité des enfants passe par un personnel qualifié s’appuyant sur un statut professionnel reconnu.

Rythmes scolaires : moi… moi m’sieur !

Publié le 17 janvier 2013

Grenoble en tête, toujours et dans tous les domaines, c’est le message que la majorité s’ingénie à faire passer. Et voilà qu’en tête, elle l’est aussi pour le changement dans les rythmes scolaires. Elle le clame si fort et depuis si longtemps que l’on est pour le moins étonné de n’en trouver nulle trace dans le budget 2013 puisque sa mise en place est prévue dès septembre. Pour aider au démarrage, l’Etat à prévu de contribuer à hauteur de 50 € par élève, soit 600 000 € pour les 12 000 élèves grenoblois. Dans le même temps, la ville a évalué le coût par élève à 150 €, mais l’adjoint à l’éducation s’est empressé de dire qu’il s’agissait là d’un montant approximatif. Mieux vaut être prudent en effet, car à cette heure, personne ne sait à quoi correspond ce chiffre.

En tout état de cause tout bien calculé, la somme globale pour la totalité des élèves s’élèverait à 1,8 M€, atténuée de la contribution de la dotation de l’Etat de 600 000 €, il resterait à la charge de la ville au bas mot 1,2 M€. Une somme qui pourrait être largement dépassée si l’on considère que ce temps spécifique de prise en charge des enfants qui doit se dérouler dans le prolongement de la pause méridienne ou pour le dire simplement le temps de repas, doit l’être par des professionnels ou des personnels formés pour en assurer la qualité. Et ces professionnels ne sont pas forcément les mêmes, s’ils interviennent en maternelle ou en élémentaire. Enfin, c’est compter sans le problème des locaux dans certains secteurs de la ville. Ainsi quand, pour faire face à l’augmentation des effectifs, la ville choisit le « grignotage » des espaces disponibles (pour créer de nouvelles classes) dans les écoles existantes, plutôt que d’en construire, elle se prive d’autant de capacité d’accueil péri-scolaire.

Finances, personnel, locaux ! Grenoble en tête ?…

L’avenir de l’école des Buttes…

Publié le 14 décembre 2012

Le 7 décembre, l’adjoint à l’éducation a reçu les délégués des parents d’élèves de l’école des Buttes avant de rencontrer l’ensemble des parents le 13 décembre.

Ces derniers se sont dits satisfaits d’apprendre qu’une partie du bâtiment de l’école primaire serait réutilisable en septembre 2013. En revanche, ils déplorent que la mairie ne considère pas plus sérieusement la reconstruction de l’école des Buttes. Ils ne comprennent pas que la mairie entérine la destruction de classes dans cette école et prévoit à terme de construire un centre de loisirs : pour quelles raisons, s’interrogent-ils, le centre de loisirs et l’école ne pourraient-ils pas partager les mêmes locaux, comme cela se fait dans de nombreuses autres communes ?

Lire le reste de cet article »

Ecole des Buttes : ras le bol des parents !

Publié le 7 décembre 2012

Les parents d’élèves expriment un « ras le bol » devant le manque de réactivité des responsables de la ville à propos de l’avenir de l’école des Buttes qui a brulé début juillet… Pourtant rien n’est plus simple que de dire si l’école sera reconstruite et quand. La lenteur est une marque négative de la gestion municipale actuelle pour ce qui touche à la vie quotidienne, par contre pour les grands dossiers tout se règle très vite (même quand rien ne presse et parfois dans la précipitation, voir dernièrement le dossier GEG- Gaz Electricité de Grenoble).

L’adjoint à l’éducation va enfin rencontrer les parents le 13 décembre soit plus de 5 mois après l’incendie pour, souhaitons le, préciser enfin ce que va être l’avenir de cette école… Des parents font signer la pétition suivante qui sera remise aux élus lors de cette réunion.

Lire le reste de cet article »

Ecole des Buttes : quelle vie après le sinistre ?

Publié le 24 novembre 2012

Les parents d ‘élèves de l’école des Buttes de la Villeneuve sont inquiets. Ils ont de bonnes raisons de l’être et l’ont fait savoir lors du conseil municipal du 19 novembre. Victimes d’un premier incendie en novembre 2011, les bâtiments qui abritent un espace petite enfance, une maternelle et une école élémentaire, ont été le 7 juillet 2012 la proie des flammes, dont la violence a cette fois entraîné d‘énormes dégâts. En septembre 2012 faute de pouvoir réintégrer les lieux, les enfants de l’école élémentaire ont été accueillis dans trois établissements du quartier dont le collège.

Depuis cinq mois les parents d’élèves de l’école des Buttes, et plus généralement des autres écoles et du collège du quartier, ne connaissent toujours pas les causes de ce sinistre qui devaient faire l’objet d’un rapport officiel, et ne voient rien venir pour la suite (réhabilitation reconstruction des bâtiments et si oui à quelle échéance ? …). La Ville, dont la principale compétence est d’offrir les meilleurs conditions d’accueil aux enfants par l’entretien des bâtiments scolaires, reste curieusement silencieuse. A ce jour, les parents et surtout les élèves de l’école élémentaire des Buttes qui ont sans doute, plus que d’autres, grand besoin de stabilité, ne savent toujours pas de quoi sera faite la rentrée 2013-2014.

Lire le reste de cet article »

Rythme scolaire : à quel prix !

Publié le 24 novembre 2012

Selon l’association des maires de France, la réforme des rythmes scolaires et le retour à la semaine de 4,5 jours coûteraient 600 M€ aux collectivités locales. Le Président de la République a précisé que cette réforme se mettrait progressivement en place sur une durée de deux ans et que le gouvernement lui consacrerait 250 M€ dès la rentrée 2013. Deux chiffres qui laissent présager les difficultés à venir de certaines collectivités pour la mise en place des activités péri-scolaires avec probablement leurs lots d’inégalités d’une commune à l’autre, selon les capacités financières de chacune.

A ce propos, à Grenoble, l’adjoint à l’éducation évoque un montant de 150 € par enfant (sans que l’on sache vraiment sur quelles bases ont été réalisés ces calculs) ce qui, dans le budget de la ville reviendrait au bas mot en fonctionnement à 1 M€. Alors que compte faire la ville de Grenoble en la matière, elle qui, dans son Document d’Orientation Budgétaire, n’a rien prévu pour l’année 2013 ? Sinon 2014 peut-être ? Voilà en tout cas le bon moment d’informer l’ensemble des intéressés à cette question : enfants, parents d’élèves, enseignants, personnels des structures d’animation.

Messages Personnels

Publié le 8 septembre 2012

La rentrée scolaire est un marronnier, un sujet qui revient régulièrement dans l’actualité pour employer une formule journalistique. Chaque année donc pour marquer cet événement, le maire choisit de visiter quelques écoles et la presse ne manque pas de relayer l’information avec force photos dans le quotidien régional.

Mais cette année, surprise ! Le maire est relégué au deuxième plan et se fait voler la vedette par son ancienne adjointe. Ministre de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur, G. Fioraso, sans aucune compétence dans le premier degré comme l’indique clairement l’intitulé du ministère, a rendu visite aux jeunes élèves de trois écoles grenobloises. Il n’est bien sûr pas question ici de lui en tenir rigueur, mais on se prend à s’interroger sur les raisons de sa présence à Grenoble en ce jour particulier, sur le fait qu’elle ne pouvait ignorer l’impact de cette visite au dépend du maire… alors ? 2014, les municipales ? Toujours est-il que nombreux sont ceux qui auraient doublement apprécié sa présence si elle avait été accompagnée de V. Peillon, ministre de l’Education nationale.

Lire le reste de cet article »